Archives de l’auteur : Jean-Marie CORBIN

Transports en commun en Ile-de-France. Nouveaux tarifs

Avec le changement de majorité politique au sein du conseil régional d’Ile-de-France, le Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF) a changé de nom pour s’appeler désormais « Ile-de-France mobilités ». Action cosmétique dont l’usager pourra s’interroger pendant longtemps sur un quelconque apport positif de ce « rebranding » (changement de marque), notamment sur la qualité et la ponctualité de ses déplacements.

En effet, les tracas restent comme ont pu le constater les usagers du RER-C qui ont définitivement dit adieu aux trains PAUL et BALI aux heures de pointes. Pourtant le poste d’aiguillage des Ardoines incendié par négligence au cours de l’été 2014 a été reconstruit et est enfin à nouveau opérationnel depuis le mois d’avril 2017.

A propos du rebranding soulignons aussi que l’appellation RER est aussi obsolète : on appelle plus ainsi un RER mais « Train » ! Il faut dire qu’entre retards, ralentissements, suppressions, l’acronyme RER signifiant Réseau Express Régional était devenu de plus en plus galvaudé. La notion d’express n’est plus qu’un souvenir lointain. En 1985, il était possible d’aller de la gare de Lyon à celle de Montgeron, par exemple, en 12 minutes chrono et sans aucun arrêt intermédiaire.

Rappelons aussi que depuis 2011, la plupart des missions du RER-C marquent des arrêts supplémentaires dans les gares de la petite couronne notamment aux Ardoines, à Vitry-sur-Seine et  Ivry-sur-Seine.

Train touristique d'Artouste (64) - (c) Jean-Marie CORBIN PEE Juillet 2015

Train touristique d’Artouste dans les Pyrénées. © Photographie Jean-Marie CORBIN pour PEE, juillet 2015.

Face à ces cumuls de régressions des transports en commun, l’usager avait sans doute apprécié la baisse conséquente (plus de 30 %) du prix de l’abonnement mensuel au mois de septembre 2015. C’était une promesse électorale du candidat Jean-Paul HUCHON en 2009, votée juste avant l’expiration de son mandat de président du conseil régional francilien en décembre 2015.

Depuis l’abonnement mensuel a repris son cours inflationniste. D’ailleurs, Ile-de-France mobilités a beau se targuer de la qualifier comme modérée, cette hausse reste largement supérieure au cours de l’inflation. Pour les zones 1-4, elle est de 3 % et est 0,5 % supérieure à celle moyenne de 2,5 % annoncé dans le communiqué de presse d’Ile-de-France mobilités. Concernant la comparaison du prix de l’abonnement des transports en commun avec d’autres métropoles européennes, il faut aussi comparer les pouvoirs d’achat respectifs de ses habitants ! (1)

Voici donc le tableau récapitulatif du prix du coupon 1-4 mensuel et annuel depuis l’année 2002. Même si Ile-de-France mobilités se targue d’investissement conséquents, ceux-ci sont affectés en priorité au Grand Paris Express. Cela ne concernera que les usagers de la petite couronne. Les usagers du RER-C euh pardon, Train-C devront se contenter des rames actuelles dont les livraisons se sont échelonnées entre 1977 et 2001.

      variation
millésime mensuel annuel annuelle globale
01/07/2002 70,24 772,64    
01/07/2003 73,5 808,50 4,6% 4,6%
01/07/2004 75,8 833,80 3,1% 7,9%
01/07/2005 77,5 852,50 2,2% 10,3%
01/07/2006 79,1 870,10 2,1% 12,6%
01/07/2007 80,5 885,50 1,8% 14,6%
01/07/2008 82,9 911,90 3,0% 18,0%
01/07/2009 84,5363636 929,90 2,0% 20,4%
01/07/2010 88,4 972,40 4,6% 25,9%
01/07/2011 92,2 1014,20 4,3% 31,3%
01/07/2012 96,5 1061,50 4,7% 37,4%
01/07/2013 99,4 1093,40 3,0% 41,5%
01/01/2015 102,3 1125,30 2,9% 45,6%
01/09/2015 70 770,00 -31,6% -0,3%
01/08/2016 73 803,00 4,3% 3,9%
01/08/2017 75,2 827,20 3,0% 7,1%

RÉFÉRENCE
1.
Les tarifs 2017 actualisés sur le site d’Ile-de-France mobilités : http://www.stif.info/nouveaux-tarifs-nouveau-forfait-pour-2017.html.

© Jean-Marie CORBIN, 2 août 2017, 10 h 30.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017.
http://portes-essonne-environnement.fr

 

Énergie. La région Île-de-France toujours plus gourmande en électricité

Un article, dernièrement paru dans le journal du Figaro, fait état de la croissance de la consommation électrique de la région Ile-de-France. (1) Avec plus de 12 millions d’habitants, c’est la région la plus peuplée de France.

Lignes à haute tension à Épinay-sur-Orge. © Jean-Marie CORBIN pour PEE, 18 juin 2017.


Une électricité fabriquée loin du lieu de consommation

L’article n’est pas hélas pas très disert sur la question de la production énergétique en Ile-de-France. En effet, la centrale au charbon de Vitry-sur-Seine s’est arrêtée définitivement au début de l’année 2015. (2) Dans le cadre des visites organisées par FNE Ile-de-France, elle avait pu être visitée en novembre 2013. Construite en partie à partir des années 60 et terminée dans les années 70, elle était devenue trop polluante par rapport aux nouvelles normes européennes. Ses rejets (fumées) contenaient trop de particules.

Faute de production locale conséquente, ne serait-ce qu’à l’aide de panneaux photovoltaïques disposés sur l’ensemble des toitures, l’Ile-de-France est obligée d’importer à 95 % son électricité depuis les autres régions. Ce chiffre tenait probablement compte de la production de la centrale thermique de Porcheville. (3) Sachez qu’elle vient aussi de fermer ses portes, le 1er mai 2017, soit plus d’un an en avance sur le calendrier initialement prévu.

La production électrique locale résiduelle reste celle des éoliennes dispersées dans les parcelles agricoles situées en périphérie de la région comme celles que l’on apercevoir depuis la N20 dans la Beauce et les deux centrales thermiques à turbine à gaz de Gennevilliers et de Montereau qui, avec leur puissance cumulée de 500 MW, sont loin de couvrir les besoins franciliens. Cela oblige à faire venir cette électricité depuis la province à l’aide de nombreuses lignes à très haute tension.


La part du nucléaire : 85 à 89 %

Alors que tous les abonnés au tarif réglementé continuent de recevoir des factures de rappel vieilles de plus de deux ans, EDF réduit sa production flexible pour continuer à recentrer sur ses centrales électro-nucléaires. Ainsi, pour le particulier qui n’a pas souscrit de contrat différencié sur l’approvisionnement, la part du nucléaire est passé en quelques années de 85 à 89 %. L’approche est risquée, car les centrales électro-nucléaires sont tout sauf flexibles dans la variation quotidienne de la production.


Une consommation toujours plus forte…

L’augmentation constante de la consommation électrique est le prolongement de la politique du tout électrique dans l’habitat résidentiel amorcée dans les années 70 pour faire face aux crises pétrolières. Aujourd’hui, cet engouement se prolonge au profit des pompes à chaleur fortes consommatrices d’énergie électrique et dont peu de gens savent que les performances s’effondrent lorsque la température extérieure est inférieure à 4°C (dépôt de givre sur l’échangeur extérieur).

L’installation très fréquente de ballons électriques d’eau (très) chaude sanitaire pose également un problème. Ces appareils sont énergivores car les constructeurs les règlent en usine à une température dépassant largement les 65°C, ce qui par ailleurs occasionne l’entartrement de l’élément chauffant puis sa destruction. Cette surchauffe, où l’utilisateur, surtout quand il est un jeune enfant, risque l’ébouillantement, est soi-disant pour nous protéger d’un risque de légionellose. Pourtant les données médicales actuellement disponibles ont bien du mal à mettre en évidence une quelconque causalité. De son coté, faisant fi de ces avertissements s’apparentant à de l’appel de la terreur, l’auteur de ses lignes a volontairement réduit à 40°C la température de son cumulus, et il y gagne 4 kWh/jour ! (4)

N’oublions pas aussi l’engouement très probable pour la voiture électrique et qui risque d’impacter à la hausse les consommations électriques. À cela la réponse « nucléaire » ne nous semble pas appropriée, non seulement en raison des déchets dangereux et irréductibles que cela engendre mais aussi du fait des risques – certes mimines mais cataclysmiques – d’une catastrophe à l’exploitation (voir Three-Miles-Island, Tchernobyl et Fukushima).


DOCUMENT

« La région Île-de-France toujours plus gourmande en électricité », par Frédéric De MONICAULT, www.lefigaro.fr. Publié le 15/06/2017 à 06:00. Mis à jour le 15/06/2017 à 06:07. (1)

Selon les chiffres publiés mercredi par Réseau de transport d’électricité (RTE), la consommation d’électricité de la région francilienne a progressé de 1,9% en 2016. Le climat est le premier responsable de cette progression.

C’est un fait solidement établi: la région francilienne est la région qui consomme le plus d’électricité dans l’Hexagone. En revanche, parmi les éléments nouveaux, cette demande a encore progressé en 2016, selon les chiffres publiés mercredi par Réseau de transport d’électricité (RTE), la filiale d’EDF en charge des lignes haute et très haute tension. L’année dernière, la consommation d’électricité en Ile-de-France a progressé de 1,9%, à 69.032 gigawattheures (GWh). Ce léger gain par rapport à 2015 s’explique d’abord par des températures plus froides. À noter que la consommation finale des professionnels et des particuliers représente 46% des GWh consommés, contre 54% pour les PME-PMI et la grande industrie.

Après la consommation, la production: en 2016, la production d’électricité en Ile-de-France a progressé de 2,9%, à 3703 GWh. Cette progression n’empêche pas que la production francilienne recouvre seulement 5% des besoins de la consommation électrique régionale. En matière de répartition des sources d’énergie, RTE insiste sur le poids des bioénergies – qui ont représenté 32 % de la production totale de la région – et sur l’importance de la contribution éolienne, qui a augmenté de 15,6 % en 2016.

Croissance exponentielle des investissements

En Ile-de-France comme dans les autres régions du territoires, RTE prévoit de continuer à investir massivement sur ses infrastructures, qu’il s’agisse des lignes proprement dites ou des postes électriques. Mercredi, RTE a indiqué que le volume des investissements sur la période 2017-2022 dépasserait les 550 millions d’euros. En 2016, cette enveloppe s’est élevée précisément à 113 millions. La courbe des investissements dévoilée par le transport vise à répondre à la croissance des besoins en électricité de la région, pour un seuil de puissance supplémentaire estimé à 2400 mégawatts (MW).

Au regard de RTE, le développement des territoires passe par le souci constant de sécuriser l’alimentation électrique. Ceci implique des réflexions poussées en matière d’aménagement puisque «la forte pression sur le foncier augmente les demandes de mises en souterrain des ouvrages de RTE, dont certains font partie du réseau stratégique indispensable à l’alimentation de l’Ile-de-France», note l’entreprise.


RÉFÉRENCES

  1. De MONICAULT Frédéric, « La région Ile de France toujours plus gourmande en énergie », www.lefigaro.fr, 15 juin 2017 : http://www.lefigaro.fr/conso/2017/06/15/20010-20170615ARTFIG00016-la-region-ile-de-france-toujours-plus-gourmande-en-electricite.php.
  2. CHAILLOU Clément, « Vitry voit s’éteindre sa dernière centrale électrique, www.leparisien.fr, 23 avril 2015 :  http://www.leparisien.fr/informations/vitry-voit-s-eteindre-sa-derniere-centrale-electrique-23-04-2015-4718829.php.
  3. Sur la centrale de Porcheville, lire l’article publié sur www.wikipedia.org : https://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_thermique_de_Porcheville.
  4. Sur l’appel à la terreur, lire l’article publié sur www.wikipedia.org : https://fr.wikipedia.org/wiki/Appel_%C3%A0_la_terreur.

© Jean-Marie CORBIN, 20 juin 2017, 22 h 00.

Déchets. Des bénévoles nettoient les abords de l’Yvette à Épinay-sur-Orge

Ce samedi 1er avril 2017 alors que je circulais sur mon vélo électrique le long de la vallée de l’Yvette, je vois avec surprise des sacs de déchets fraichement déposés le long du chemin qui longe la rivière. Plus loin, j’aperçois, un homme avec un sac. Je m’approche et je constate rapidement qu’il est en train de collecter les déchets pour les regrouper en vue d’un ramassage imminent. Les sacs portent le logo du Conseil Départemental de l’Essonne.

Un bénévole collecte les déchets le long de l’Yvette. © Photographie Jean-Marie CORBIN pour PEE, 1er avril 2017.

Je me suis donc arrêté pour en savoir un peu plus sur cette opération. Il s’agissait d’un riverain habitant à proximité de la gare de Petit-Vaux. Il m’a dit qu’il collectait une quantité impressionnante de bouteilles de verre du fait que le parc de Petit-Vaux soit devenu, hélas, un lieu de rendez-vous pour les ivrognes !

Le parc de Petit-Vaux à Épinay-sur-Orge. © Photographie Jean-Marie CORBIN pour PEE, 1er avril 2017.

Ces appels au bénévolat se font régulièrement dans le département de l’Essonne comme j’ai pu le constater dernièrement le long de la RN6, à Montgeron, le 19 mars dernier. (1)

En dehors d’Essonne Nature Environnement (ENE) dont le siège se trouve à Épinay-sur-Orge, il existe une toute récente association locale de protection de l’environnement, née en 2016 suite au projet d’urbanisation de la ZAC de la Croix-Ronde. L’information sur le nettoyage des bords spinoliens de l’Yvette n’est relayée ni par ENE, ni par l’association, ni par la mairie d’Épinay-sur-Orge. C’est un peu dommage, ce type d’opération mériterait une meilleure exposition médiatique, d’autant que la ville affiche clairement son souci de la protection du cadre de vie.

Capture d’écran du site Internet de la ville d’Épinay-sur-Orge le 1er avril 2017.

RÉFÉRENCE
1. Nettoyage des abords de la RN6, ville de Montgeron : https://www.montgeron.fr/index.php/bibliotheque-images?idpage=113&idmetacontenu=4772.

© Jean-Marie CORBIN, le 1er avril 2017, 16 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017

 

Environnement. Mon voisin et les pesticides

Les querelles du héros Achille Talon et de son voisin Hilarion Lefuneste sont célèbres dans l’univers de la bande dessinée. Avec les voisins, le dessinateur Michel Greg trouvait là une source intarissable d’inspiration.

Greg, Achille Talon et l’âge ingrat, tome 24. © Éditions Dargaud, 1978.

A moins d’être un ermite perdu au fin fond d’une forêt tolkienne, qui n’a pas maudit un jour son voisin ? Le mien m’en fait voir de toutes les couleurs. Forcément possesseur d’un SUV Renault Koleos diesel, il met plus de deux heures pour tondre 250 m² de pelouse avec sa bruyante et polluante tondeuse thermique. Ne parlons pas de ses soirées barbecue. Ce « carnivore » a trouvé l’emplacement idéal pour son fourneau infernal, c’est-à-dire au plus près de mes fenêtres. Il choisit bien évidemment, les soirées de fortes chaleurs et sans vent, celles d’ailleurs, où les avions au départ d’Orly nous survolent au décollage.

La liste est-elle terminée ? Que nenni !


Herbicides quand tu nous tiens…

En ces premiers jours du printemps, s’acharnant férocement contre une nature qui ne cherche pourtant qu’à s’épanouir dans ce milieu urbain pas vraiment accueillant, il a épandu une généreuse quantité de désherbant sur des graviers pour qu’ils restent dans l’état qu’ils étaient en sortant du sac. Nous passerons rapidement sur ses goûts esthétiques.

« Désolation après un essai nucléaire » – Gravillons aux pesticides © Photographie Jean-Marie CORBIN, 28 mars 2017.

Les inconvénients de cette guerre chimique qui aurait dû être listée depuis bien longtemps dans les interdits de la Convention de Genève, n’ont pas tardé à se faire sentir. Les graviers se trouvant, comme par hasard, au plus près de la clôture séparative et surtout de mon habitation, une odeur pestilentielle chimique a envahi mon jardin et mon intérieur. Car contrairement, au nuage en provenance de Tchernobyl, les agents chimiques ont franchi sans encombre la clôture en béton qui me sépare de ce voisin.

Comble de la malchance, une météo particulièrement sèche les jours suivants ont empêché les produits nocifs de pénétrer le sol. L’odeur nauséabonde s’est donc maintenue trois jours durant. N’y tenant plus, à la nuit tombée, j’entrepris, tel un « Faucheur Volontaire » à l’assaut d’un champ d’OGM, de prendre ma lance d’arrosage pour y verser quelques quantité d’eau sous pression provenant de ma réserve personnelle d’eaux pluviales afin de disperser ces affreuses molécules juchées sur les graviers, qu’elles rejoignent prestement le sous-sol et ainsi, malheureusement polluer nos nappes phréatiques et nos rivières.

Greg, Achille Talon n’a pas tout dit…, tome 36. © Éditions Dargaud, DL, 1998.

Ignorance ? Stupidité ? Malveillance ? Les pesticides ainsi épandus m’ont donné bien du tracas !


1er janvier 2019, enfin la fin des pesticides en tout genre !

Même si la victoire n’est pas totale, l’atmosphère est moins empoisonnée. Nous pûmes ranger nos masques à gaz sans être dérangés par l’odeur. Cette victoire n’est que provisoire mais elle sera dans deux ans définitive ! Car si je peste assez souvent contre le législateur avec des lois toujours plus liberticides, il faut bien reconnaitre que les faits lui donnent parfois raison.

Herbicide glyphozerb au glyphosate © Photographie Jean-Marie CORBIN, 28 mars 2017.

Ainsi, depuis le 1er janvier 2017, les pesticides ne sont plus en vente libre mais doivent être délivrés d’une manière raisonnée et assortie de conseils sur leur usage et leur toxicité. Manifestement, mon voisin devait être distrait au moment de la délivrance de ses produits. (1)(2)

La prochaine étape aura lieu le 1er janvier 2019, les particuliers n’auront plus accès à ce genre de saletés, la revente de pesticides leur sera définitivement interdite. (3) C’est dommage d’en arriver là, mais quand la pédagogie et l’intelligence échouent, il faut prendre des mesures plus radicales. Je ne vous cache pas que je suis très satisfait de les voir avancées de trois années par rapport au calendrier initial. (4)

RÉFÉRENCES
1. Loi n° 2014-110 du 6 février 2014 visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028571536&categorieLien=id.
2. Assemblée nationale, session extraordinaire de 2014-2015, projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte, 22 juillet 2015 (Texte définitif) :
http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta/ta0575.asp.
3. Interdiction totale des pesticides dans les jardins en 2019 : http://www.gerbeaud.com/nature-environnement/interdiction-pesticides-2019,1114.html.
4. L’interdiction de vente des pesticides aux particuliers avancée de 2022 à 2019 : https://www.actu-environnement.com/ae/news/interdiction-vente-pesticides-particuliers-2022-2019-24954.php4.

© Jean-Marie CORBIN, 28 mars 2017, 23 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017.

Circulation routière. Vers la fin des feux rouges en France ?

Les transports en commun franciliens se dégradant, l’auteur de ces lignes a fait le choix un peu forcé, de circuler quotidiennement en motocyclette légère (« ultra-polluante » sans son précieux macaron Crit’air et malgré ses 2,5l/100km !). Aux heures de pointe (vers 8 h 30) et à l’occasion de pannes des feux à certains carrefours de grande circulation, il a pu faire le constat suivant stupéfiant : quand les feux sont en panne, les véhicules disparaissent ! Est-ce un nouveau tour de magie du facétieux David COPPERFIELD ou bien est-ce une blague de Gérard MAJAX ?

Il est évident qu’il vaut mieux rouler en ville à une vitesse constante de 30 km/h (ce qui est la moyenne constatée) que d’alterner d’incessants arrêt – 50 km/h – arrêt.

Batterie de feux rouges sur le CD25 à la hauteur du diffuseur n° 6 de l’A6 à Savigny-sur-Orge – © Photographie Jean-Marie CORBIN, 22 février 2017.


Feux = plus d’accidents ?

L’enquête citée dans l’article (1) constate qu’un carrefour sans feux est moins accidentogène. Ceci est paradoxal quand on apprend à l’auto école, qu’un feu est censé sécuriser une intersection. Une des hypothèses à envisager est que pour augmenter ses chances de franchir l’intersection sans risquer de perdre de temps si le feu vient à passer au rouge, un usager a tendance à accélérer dangereusement à l’approche d’un feu vert. À l’opposé, lorsqu’il aborde une intersection sans feux, son premier réflexe est de réduire son allure pour la franchir prudemment en observant le comportement des autres usagers. On pourra objecter qu’il y aura toujours d’irréductibles cinglés qui franchiront l’intersection à toute allure (et qui ne s’arrêteront que le jour de la rencontre avec un de leurs congénères). Je ferais remarquer que ceux là ne faisaient déjà bien souvent que peu de cas des feux rouges. Gardons à l’esprit qu’un feu n’est qu’un signal et non pas une muraille infranchissable.


L’exemple des feux de l’échangeur n°6 entre le CD25 et l’A6 à Savigny-sur-Orge

diffuseur echangeur A6 D25 Savigny-sur-Orge

Diffuseur échangeur A6-D25 Savigny-sur-Orge. Source OpenStreetMap.

Construit en même temps que l’autoroute A6 entre 1957 et 1960, l’échangeur entre le CD25 et l’A6 fonctionnait initialement selon le régime des priorités à droite.

Sortie A6 vers Savigny-sur-Orge et Épinay-sur-Orge avant l’ouverture en 1960. Source : Archives Départementales de l’Essonne (articles 1236W 31 à 63). Photographes Robert Durandaud et Lucien Viguier. © AD91.

Le trafic rapidement croissant, la régulation a été confiée à des feux tricolores. Les technologies évoluant, les feux ont été remplacés dernièrement par des feux comportant des blocs optiques à LED. Pendant la durée des travaux, les feux ont été éteints et contre toute attente, la circulation y était plus fluide ces matins-là.

Ce remplacement à l’identique ne devait pas comporter d’incidence sur la programmation du séquençage des feux. Mais c’était sans compter le manque de compétence de la société en charge du remplacement des feux. Jusqu’à la mi-octobre 2016, certains feux étaient dotés de flèches directionnelles clignotantes afin de diminuer certains temps morts et de fluidifier la circulation. C’est ainsi que la flèche « tourne à droite » à la sortie en direction d’Épinay-sur-Orge a été désactivée. Les conséquences funestes se sont faites vite ressentir puisque jusqu’à une heure avancée de la pointe du soir, la rétention de la circulation remontait jusqu’à plusieurs centaines de mètres sur l’autoroute. Alertés simultanément le maire de Savigny-sur-Orge et la sous-préfète d’arrondissement, le premier n’a jamais répondu, la seconde a réagi dans le quart-d’heure. Vu le risque encouru, la flèche directionnelle a été réactivée dans la semaine.

Flèche directionnelle désactivée. © Photographie Jean-Marie CORBIN, 22 février 2017.

En revanche, une flèche directionnelle, en place sur le CD25 dans le sens montant en direction de Savigny-sur-Orge, persiste à rester éteinte.

Feu piéton à la demande et dont la commande est désactivée. © Photographie Jean-Marie CORBIN. 22 février 2017.

A cet échangeur, circulent également quelques piétons sur le passage supérieur. Les piétons qui s’y aventurent sont bien téméraires, entre végétation luxuriante – les plantes doivent profiter du CO2 environnant – et un feu piéton à commande manuelle désactivée, même un matador expérimenté des grandes corridas s’y sentirait mal à l’aise … Nous observons également que le brillant bureau d’étude, en charge des travaux de rénovation, a pensé aux personnes à mobilité réduite et aux malvoyants avec des passages piétons à bandes podotactiles, notamment pour aller sur l’autoroute en direction de Paris !

Bande podotactile pour guider et assister les personnes à mobilités réduites et les malvoyants qui souhaiteraient s’engager à pied sur l’autoroute en direction de Paris …  © Photographie Jean-Marie CORBIN, 22 février 2017.


L’exemple réussi d’Abbeville en Picardie maritime

À deux pas des réserves du Marquenterre et du Grand Lavier, la ville d’Abbeville en Picardie maritime est citée dans l’article de M6. (1) De passage sur les lieux depuis depuis décennies, j’ai pu constater la nette amélioration de la fluidité dans cette agglomération depuis la suppression des feux. Persiste un dernier carrefour à feux qui reste problématique, situé à l’embranchement de la route de Doullens et de celle d’Amiens. Cette vaste place aurait pu être également transformée en giratoire depuis bien longtemps. J’ignore les raisons d’un tel ajournement.

Il demeure que les giratoires ne résolvent pas tout :

  • la place centrale Max Lejeune est congestionnée. Reconstruite ex-nihilo après guerre, elle n’est plus adaptée au trafic urbain actuel. Les autobus ont d’ailleurs bien du mal à circuler et il n’existe pas de voies de délestage.
  • Les giratoires des places de Verdun et du Général de Gaulle sont souvent congestionnées par des automobilistes trop hésitants qui abordent le giratoire arrêtés au lieu de s’y insérer à vitesse réduite.
  • Le boulevard de la République subit un très fort trafic de transit. Il existe bien un itinéraire de contournement à ce boulevard, mais celui-ci est intégré au réseau autoroutier concédé payant. La France contrairement à l’Allemagne a fait le choix, dès le départ, d’un réseau autoroutier payant avec un système de paiement pour chaque utilisation. La mise en place d’accès par des barrières de péage complique les diffuseurs et réduits les possibilités d’emplacements de ces derniers.

Comme la plupart des autres agglomérations, le reste de la voirie évolue vers un régime de ralentisseurs (dangereux car trop élevés en hauteur) ou de chicanes (rue du Château d’eau) forçant à l’arrêt ou bien de « Stop » sur des axes précédemment prioritaires (intersection rue Réné Coty – rues d’Auvergne et de Picardie).

Plan Abbeville (Somme).


Le carrefour à feux à son paroxysme de l’absurdité au cœur même de l’établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre (GOSB)

À Choisy-le-Roi pour accéder à l’A86, ou en sortir, le diffuseur est géré par une multitudes  de feux tricolores. L’accès ou la sortie de l’A6 sont régulés selon la direction par deux à trois lignes de feux dont le séquençage est établi d’une manière que l’usager arrive systématiquement à chaque étape sur un feu qui passe au rouge. Il est obligé de marquer un long arrêt à chacun d’eux. Ce n’est pas pour protéger les piétons ou les cyclistes vu que l’accès leur est interdit. Notons qu’il y aurait largement la place pour y placer un giratoire comme au carrefour Pompadour. Le temps perdu même en situation de trafic fluide est de plusieurs minutes. Verra-t-on un jour quelques élus s’y intéresser enfin et crever l’abcès de cette incohérence routière ?

diffuseur echangeur A86 D5 Choisy-le-Roi

Diffuseur échangeur A86-D5 à Choisy-le-Roi. Source OpenStreetMap.


DOCUMENT (1)

« Certaines communes comme Nantes, Bordeaux et Paris ont fait le choix de supprimer des feux tricolores. La raison ? Les carrefours seraient moins dangereux quand ils sont remplacés par des rond-points », www.m6info.yahoo.com, 13 février 2017.

Se dirige-t-on vers la fin des feux rouges ? En France, 30 000 carrefours en sont encore équipés. Pourtant de plus en plus de municipalités décident de s’en passer. C’est le cas de Nantes, Niort, Rouen, Abbeville, ou encore Bordeaux.

La capitale aussi vient d’ailleurs de faire ce choix.  Le 30 janvier dernier, le conseil de Paris a voté l’expérimentation de l’abandon des feux de signalisation, en vue d’en supprimer certains situés en zone 30 km/h d’ici à 2018. Car les feux tricolores sont fortement accidentogènes. A leurs carrefours, 10 000 accidents se produisent chaque année en France provoquant 150 morts et 1 500 blessés.

“Les études montrent que lorsqu’on élimine les feux à certains embranchements, il y a moitié moins d’attente pour les conducteurs, mais il y a surtout moins de morts car les automobilistes ont tendance à ralentir”, indique au Parisien Anne Souyris, coprésidente du groupe écologiste de Paris.

La ville de Bordeaux suit également cette voie et compte en supprimer 300. “Quand il n’y a plus de feux, les automobilistes font davantage attention lorsqu’ils se rapprochent d’un passage protégé, et les piétons ont tendance à regarder à deux fois avant de traverser”, explique Michel Duchene, vice-président chargé des grands projets urbains au sein de la Métropole de Bordeaux.

25% d’accidents en moins

A Abbeville (Somme), où l’on a également fait le choix de s’en passer, la mairie reconnaît que la circulation s’en est amélioré. “Nous avions des bouchons sur plusieurs centaines de mètres du temps où nous avions des feux. Depuis que nous les avons remplacés par des carrefours giratoires, la fluidité est bien meilleure”, explique le chef de cabinet du maire.

Et il n’y a pas qu’en France que l’expérience est menée. Aux Etats-Unis, il y aurait 25% d’accidents en moins sur les intersections en question. “Au début, les gens se sentent moins en sécurité, ont le sentiment d’être livrés à eux-mêmes car il n’y a pas de panneaux ou de feux pour leur dire quoi faire. Mais ils se retrouvent du coup dans une situation de plus grande vigilance”, relève Christophe Damas, chercheur au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement au Parisien. Les feux tricolores seraient bien en voie d’extinction.


RÉFÉRENCE
1.   « Certaines communes comme Nantes, Bordeaux et Paris ont fait le choix de supprimer des feux tricolores. La raison ? Les carrefours seraient moins dangereux quand ils sont remplacés par des rond-points », www.m6info.yahoo.com, 13 février 2017 https://m6info.yahoo.com/.