Archives de l’auteur : Bernard MÉRIGOT

Savigny-sur-Orge. Quartier de Grand-Vaux. Un projet d’atelier de menuiserie pour l’insertion par l’emploi

Avec quels projets une commune peut-elle favoriser l’insertion des jeunes par le travail ?

Territoires et Emplois. Un territoire donné – en l’occurrence ici, une commune – comprend une réalité visible (ses rues, ses équipements, ses monuments, ses maisons…) et des réalités vécues, non visibles directement, qui doivent faire l’objet d’enquêtes pour être appréhendées. Il en est ainsi de l’emploi dans une commune. Qui travaille et qui ne travaille pas ? Qui est à la recherche d’un travail ? Qui est au chômage ?

Cette réalité se décline à chaque niveau d’emboîtement des territoires (commune, intercommunalité, département, région, métropole, ensemble de la France). On se livre ici au jeu de la comparaison des valeurs et des pourcentages : où y a-t-il plus de chômage ? Où y a-t-il moins de chômage ?

Taux de chômage à Savigny-sur-Orge (Essonne) et en France de 2006 à 2014.

  • 2006-2010. Le taux de chômage à Savigny-sur-Orge est inférieur au taux de l’ensemble de la France.
  • 2011. Le taux de chômage à Savigny-sur-Orge est identique au taux de l’ensemble de la France (9,7%).
  • 2014. Le taux de chômage à Savigny-sur-Orge est supérieur au taux de l’ensemble de la France.

Il est évident que cette situation requiert une attention de tous les acteurs de la commune. D’autant plus qu’il s’agit d’une moyenne et que le chômage touche plus sévèrement les jeunes, particulièrement dans certains quartiers de la commune.  A la date du 9 mai 2018, l’INSEE en France ne fournit aucun chiffre postérieur à l’année 2014.


Quel est le taux de chômage des 15-24 ans en France ? L’Organisation internationale du travail définit le chômage comme « la situation de la main-d’oeuvre disponible pour travailler, qui est à la recherche d’un emploi, et qui ne réussit pas à en trouver ». Pour le centre de recherche Perspective Monde de l’Université de Sherbrooke (Canada), la situation du chômage en France pour les 15-24 ans s’établit en 2017 à un taux de 24,58 %. Pour les années à venir, les projections qu’ils ont établies prend en compte la situation structurelle de l’économie française. Elles ne prévoient en aucun cas une diminution du chômage mais, au contraire, une augmentation régulière. (1)

Taux de chômage des 18 – 24 ans en France

  • 2017. 24,58 %
  • 2018. 24,72 %
  • 2019. 24,85 %
  • 2020. 24,98 %

Quelles initiatives pour changer la situation ? C’est dans ce contexte d’augmentation du chômage dans la commune que deux habitants proposent de créer une entreprise d’insertion par l’emploi sous la forme d’un atelier coopératif  de menuiserie sous le nom de « Urban Style. Une menuiserie dans les quartiers ».

Savigny-sur-Orge. Urban Style. Une menuiserie dans les quartiers. Entreprise d’insertion par l’emploi. Extrait du dossier de présentation, 7 mai 2018.

Elle prendrait la forme d’une société coopérative de production (SCOP) dont le capital serait réparti pour 1/3 par les jeunes habitants de la commune, 1/3 par les habitants et 1/3 par les entreprises. Ses produits seraient constitués par des mobiliers conçus, fabriqués et vendus à partir de matériaux neufs et/ou d’occasion afin d’être recyclés.

DOCUMENT

SAVIGNY-SUR-ORGE : UNE MENUISERIE D’INSERTION
EN PROJET AU CŒUR DE GRAND-VAUX

Deux associés travaillent sur l’installation d’une menuiserie coopérative dans le quartier de Grand-Vaux où des jeunes du quartier, éloignés de l’emploi, seraient embauchés et actionnaires.
A 62 ans, Bernard Blanchaud, a conservé intact son esprit d’entreprendre. Ce chef d’entreprise, également élu d’opposition (LREM) à Savigny-sur-Orge, apporte actuellement les dernières touches à un projet d’entreprise d’insertion par le travail qui pourrait voir le jour dès janvier 2019 sur le quartier de Grand-Vaux.
« Mon mandat d’élu m’a aidé à prendre conscience de certaines réalités présentes sur les quartiers populaires de notre ville comme Grand Vaux ou les Prés-Saint-Martin. Surtout en ce qui concerne la situation des jeunes », confie-t-il. Associé à Nicolas Fernandes, jeune chauffeur-livreur de 26 ans originaire de Grand Vaux, il s’est fixé l’objectif d’ouvrir une menuiserie à statut de coopérative de production (SCOP). « Dans un premier temps, on partirait avec 36 actionnaires, révèle Bernard Blanchaud. Un tiers d’entre eux seraient des jeunes issus de ces quartiers, un tiers des particuliers et le dernier tiers serait composé de chefs d’entreprise de la région. »
Mobilier urbain et meubles
Dans un premier temps, cette menuiserie pourrait intégrer les locaux d’une ancienne supérette de Grand Vaux, désormais fermée, sous la forme d’un bail précaire. Puis, dans le cadre de l’opération ANRU dont va bénéficier ce grand ensemble, Bernard Blanchaud espère voir sa SCOP intégrer des locaux neufs dans la zone artisanale prévue en bordure du quartier.
Le public visé par cette menuiserie solidaire est celui concerné par le dispositif d’insertion par l’activité économique (IAE), à savoir très éloigné de l’emploi. « Pôle emploi et les missions locales nous enverrons leurs 16-25 ans que nous formerons mais ce dispositif peut aussi concerner les seniors en fin de droits notamment », explique le chef d’entreprise. Chaque candidat retenu profitera d’une formation de six mois aux métiers du bois naturellement mais également à l’ensemble des maillons d’une entreprise commerciale comme la comptabilité, le secrétariat ou les méthodes de vente. « Nous allons démarrer avec un salarié à plein temps spécialisé dans la production du bois et une équipe de bénévoles », complète Bernard Blanchaud qui a déjà débuté sa prospection. Des réunions d’information sont organisées dans la commune et des affiches ont été placardées à Grand Vaux ou aux Pré-Saint-Martin. « C’est un appel à toutes les bonnes volontés. Il faut aussi que des particuliers s’investissent pour que ce projet existe », poursuit-il.
Une fois lancée, la menuiserie s’attaquera à deux marchés différents. Celui du mobilier urbain comme les bancs ou tables de pique-nique et celui d’un mobilier davantage adressé aux particuliers. « On veut développer un site Internet de e-commerce pour la vente de produits tendances réalisés à partir de tonneaux recyclés et de palettes. Il s’agit d’une toute nouvelle activité », révèle Bernard Blanchaud qui se heurte à un ultime obstacle, celui du financement. « Un partenaire financier s’est déjà déclaré intéressé puisque ce projet bénéficie des mesures en faveur des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPC), poursuit-il. Reste maintenant à trouver des prêts complémentaires. »
RÉFÉRENCES DE L’ARTICLE
« Savigny-sur-Orge : une menuiserie d’insertion en projet au cœur de Grand-Vaux », Le Parisien Essonne, 6 mai 2018. Article de Laurent Degradi. http://www.leparisien.fr/essonne-91/savigny-sur-orge-une-menuiserie-d-insertion-en-projet-au-coeur-de-grand-vaux-06-05-2018-7701789.php

RÉFÉRENCES

1. « Chômage. % de la main d’oeuvre totale âgée de 15 à 24 ans », in Perspective monde, Outil pédagogique des grandes tendances mondiales depuis 1945, UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE (Canada). http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=FRA&codeTheme=8&codeStat=SL.UEM.1524.ZS

« Les projections sont établies à partir d’une tendance linéaire des cinq dernières valeurs réelles. L’équation de régression est construite ainsi : constante = -246.965, coefficient de régression = 0.135. Le calcul est simple : au produit de l’année par le coefficient de régression, on additionne la constante. On obtient alors la valeur estimée. »

Le site de Perspective Monde de l’université de Sherbrooke a été fondé en 2000 par Jean-Herman Guay, professeur titulaire à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Professeurs, professionnels de recherche, chargés de cours et étudiants ont contribué à son développement et son rayonnement. L’idée maîtresse est simple : fournir une plate-forme conviviale, gratuite, avec des contenus variés qui permettent de comprendre le monde contemporain.

LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

Savigny-sur-Orge. Urban Style. Une menuiserie dans les quartiers. Entreprise d’insertion par l’emploi. Extrait du dossier de présentation, 7 mai 2018.

© Bernard MÉRIGOT, 9 mai 2018, 23 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2018
http://portes-essonne-environnement.fr

Essonne. Qu’est-ce que l’identité territoriale ? Le cas de la commune de Savigny-sur-Orge

Un département comme celui de l’Essonne a-t-il une identité ? Les 196 communes qui le composent ont-elles chacune une identité propre ? Se poser la question revient à s’interroger sur la pertinence de l’application à l’échelle d’un vaste territoire (1 804 kilomètres carrés), peuplé de 1,3 millions d’habitants, du concept d’identité.


La notion d’identité est polysémique. La philosophie, comme les sciences sociales, ont des difficultés à la définir. Cette situation est d’autant plus paradoxale que, simultanément à l’embarras méthodologique que nous indiquons,  nous sommes tous confrontés à une opinion publique et à une opinion médiatique qui trouvent dans la notion d’identité l’expression d’une aspiration naturelle et vitale, celle de la croyance, sans cesse réaffirmée, en l’existence d’un espace de reconnaissance à des valeurs communes qui, par-delà les différences individuelles, rassemblent les hommes et les femmes appartenant à un même territoire.

  • Il est possible que l’identité territoriale n’existe pas.
  • Il est possible qu’elle soit un mirage.
  • Il est possible qu’il existe une identité qui soit implicite, ou indicible, ou encore cachée.
  • Il est possible qu’il existe non pas une identité, mais des identités, à la fois multiples, fragmentées, voire contradictoires.

L’identité souffrante. Pour notre part, nous reprendrons ce qu’écrivait Claude LEVI-STRAUSS il y a maintenant plus d’un demi-siècle.

« A en croire certains, la crise d’identité serait le nouveau mal du siècle. Quand des habitudes séculaires s’effondrent, quand des genres de vie disparaissent, quand de vieilles solidarités s’effritent, il est certes fréquent qu’une crise d’identité se produise. Malheureusement, les personnages qu’inventent les médias pour convaincre du phénomène et souligner son aspect dramatique ont plutôt, de façon congénitale, la cervelle vide : leur identité souffrante apparaît comme un alibi commode pour nous masquer, et masquer à leurs créateurs, une nullité pure et simple. La vérité est que, réduite à ses aspects subjectifs, une crise d’identité n’offre pas d’intérêt intrinsèque. Mieux vaudrait regarder en face les conditions objectives dont elle est le symptôme et qu’elle reflète. (pp. 9-10). (1)


L’identité est-elle toujours d’actualité ? Nous posons cette question à l’occasion de la publication de l’ouvrage collectif L’Identité de l’Essonne. Ses villes et villages (2) par Essonne Nature Environnement (ENE), fédération départementale des associations de protection de la nature de l’Essonne. Le livre, auquel ont contribué 35 associations, comprend 45 articles. Pour sa part Portes de l’Essonne Environnement (PEE), en collaboration avec Culture, Arts Découverte (CAD), y a apporté sa contribution.

L’Identité de l’Essonne. Ses villes et villages. Regard des associations environnementales, GDS Éditions, 2018, 180 p.


Les « réseaux de réputation territoriale » forment l’identité du XXIe siècle. L’identité territoriale d’une commune ne peut aujourd’hui s’abstraire des réseaux de réputation qui résultent des jugements, des notations des évaluations… qui circulent sur Internet. Ils portent sur la qualité de vie qui existe dans une commune et qui est tout sauf un « sentiment », une notion abstraite. Ces nouveaux réseaux se fondent sur des critères variés : l’environnement, les transports, la sécurité, la santé, les sports et loisirs, la culture, l’enseignement, les commerces, la fiscalité, la valeur du foncier, les nuisances…  La note de « qualité de vie » qui en résulte synthétise globalement les avantages et le bien-être ressenti à vivre dans une ville. Aujourd’hui, c’est elle qui attire les nouveaux habitants qui font le choix d’y résider, d’y travailler, d’y étudier. C’est aussi elle qui repousse de nouveaux habitants dans leur volonté d’y venir, ou qui amènent d’anciens habitants à quitter un territoire pour un autre.


RÉFÉRENCES
1. LEVI-STRAUSS Claude,
Tristes tropiques (1955), Paris, Plon, 1971, 512 p.

2. ESSONNE NATURE ENVIRONNEMENT, L’Identité de l’Essonne. Ses villes et villages. Regard des associations environnementales, GDS Éditions, 2018, 10 p. ISBN 978-2-9546872-8-5

LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS
L’Identité de l’Essonne. Ses villes et villages. Regard des associations environnementales, GDS Éditions, 2018, 180 p.

Pavillon construit en 1931, avenue Charles de Gaulle, Savigny-sur-Orge © Photo CAD/BM 2016.

« Savigny-sur-Orge » extrait de « L’Identité de l’Essonne. Ses villes et villages. Regard des associations environnementales », GDS Éditions, 2018, page 127.


DOCUMENT : Article publié dans l’ouvrage

Savigny-sur-Orge
700 hectares

37 045 habitants en 2017

PATRIMOINE, ENVIRONNEMENT, QUALITÉS DE LA VIE, IDENTITÉ

S’interroger sur l’identité d’un territoire, en l’occurrence celui de la commune de Savigny-sur-Orge, revient à questionner les correspondances qui existent entre une réalité et les modes de reconnaissance et d’appropriation individuels et collectifs de ceux qui y habitent et y travaillent.

Comment expliquer les inégalités présentes qui existent entre des communes limitrophes, qu’elles soient patrimoniales, urbanistiques, paysagères, écologiques, sinon en prenant en compte les dynamiques urbaines qu’elles ont connues ?

Château de Savigny-sur-Orge. Lycée Jean-Baptiste Davout. © Photo CAD/BM 2016.

Ces particularités marquent les conditions de vie actuelles de ses habitants. C’est à partir d’elles que se construit son devenir. L’histoire de la commune de Savigny-sur-Orge a fait l’objet de plusieurs publications dont Savigny-sur-Orge Mémoires en images dont peut trouver le texte en ligne (1). Elle est celle d’une commune rurale d’Ile-de-France située à 20 kilomètres au sud de Paris dont le territoire, voué jusqu’au début du XXe siècle aux activités agricoles, a été presque entièrement urbanisé (quartiers pavillonnaires et grands ensembles). Sa population, par vagues successives, a connu plusieurs périodes de doublement : 1 995 habitants (1921), 5 593 (1926), 11 582 (1931), 24 219 (1962), 32 502 (1982), 37 000 (2006). Elle est aujourd’hui la quatrième ville du département de l’Essonne.

Les étapes principales de cette évolution sont connues : construction de la gare du Chemin de fer (1904 telle que nous la connaissons), lotissements et constructions de zones pavillonnaires (à partir des années 1920), construction de l’autoroute du Sud (1953-1960), construction du grand ensemble de Grand-Vaux (1960-1966) et des Prés-Saint-Martin (1970-1972), réalisation de la ZAC des Gâtines (1992).

Façade d’un bâtiment du grand ensemble, rue Gauguin, quartier de Grand Vaux, à Savigny-sur-Orge. © Photo CAD/BM 2016.

Situé en aval de la confluence de deux rivières, l’Orge et l’Yvette, le centre ancien de la commune s’est développé autour de son château datant du XIIe siècle et de son parc, dont un des propriétaires fut le Maréchal Davout. Il est aujourd’hui occupé par le Lycée Jean-Baptiste Corot.

La qualité de vie qui existe dans une commune n’est pas une notion abstraite. Elle fait l’objet d’études, d’évaluations et de notations comparatives aujourd’hui accessibles par Internet sur les réseaux sociaux qui prennent en compte des critères variés : l’environnement, les transports, la sécurité, la santé, les sports et loisirs, la culture, l’enseignement, les commerces, la fiscalité, la valeur du foncier, les nuisances… (2). La note de « qualité de vie » qui en résulte synthétise globalement les avantages et le bien-être ressenti à vivre dans la ville. Aujourd’hui, c’est elle qui attire les nouveaux habitants qui font le choix d’y résider, d’y travailler, d’y étudier.

Nous sommes à l’heure de compétition des territoires qui développent des stratégies fondées sur une analyse de ses forces (proximité de Paris, autoroute A6, gare RER, jardins, 2 lycées et 3 collèges…), de ses faiblesses (services publics menacés, pénurie de logements sociaux, absence de centre ville, difficultés de stationnement, manque de commerces), de ses opportunités (réhabilitation des quartiers de Grand-Vaux et des Prés-Saint-Martin), de ses menaces (Tram Train sans arrêt dans la commune, défaillances du RER C, nuisances aériennes, zones inondables… ). (3)

Pavillon construit en 1931, avenue Charles de Gaulle, Savigny-sur-Orge © Photo CAD/BM 2016.

Comment conclure un questionnement citoyen portant sur l’identité d’une commune, sinon par une série d’interrogations ? Le cas de la commune de Savigny-sur-Orge est révélateur d’attirances et de répulsions qu’un territoire entretient avec les territoires l’entourant, comme le feraient les pièces aimantées d’un puzzle, certaines s’attirant ou se repoussant, d’autres changeant de polarité, voire se désaimantant en perdant tout pouvoir d’attraction.

Le rattachement en 2016 de la commune de Savigny-sur-Orge à l’établissement public territorial Grand Orly Seine Bièvre (24 communes) au sein de la Métropole du Grand Paris (131 communes) modifie son cadre administratif, ses compétences exécutives ainsi que ses modes d’administration pour l’avenir des grands dossiers. Les lieux de décision se sont déplacés. Quels en seront les effets sur les modes d’identification des habitants à l’égard de leur territoire de proximité ?

NOTES

1. GROUPE D’ÉTUDE SUR L’HISTOIRE DE SAVIGNY-SUR-ORGE (sous la direction de Sylvie MONNIOTTE-MÉRIGOT), Christian AUCLAIR, Henri BONNIN, Annie DEPRINCE, Simone DUSSART, Françoise JOSSEAUME, Bernard MÉRIGOT, Sylvie MONNIOTTE-MÉRIGOT, Muriel VAILLANT, Préface de Jean MARSAUDON), Mémoire en images : Savigny-sur-Orge, Éditions Alan Sutton, 2008, (Seconde édition), 128 p. ISBN 2-84910-340-3
Texte complet en pdf : http://www.savigny-avenir.fr/2015/01/18/histoire-de-savigny-sur-orge-memoire-en-images-2005/
2. REYNARD Robert, VIALETTE Pascal, 
« Une approche de la qualité de vie dans les territoires », Insee Première, n°1519, 8 octobre 2014. https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281328
3. MÉRIGOT Bernard,
« Plan local d’urbanisme (PLU) communal : la méthodologie SWOT / MOFF (Commune de Savigny-sur-Orge) », Territoires et démocratie numérique locale, 1er février 2012. http://www.savigny-avenir.fr/2012/02/01/plan-local-d’urbanisme-communal-la-methodologie-swot/

Association Culture Arts Découverte
http://www.savigny-avenir.fr
Portes de l’Essonne Environnement

http://www.portes-essonne-environnement.fr


« Savigny-sur-Orge » extrait de « L’Identité de l’Essonne. Ses villes et villages. Regard des associations environnementales », GDS Éditions, 2018, page 127.


© Bernard MÉRIGOT et Sylvie MÉRIGOT-MONNIOTTE, 7 mars 2018, 23 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2018.
http://portes-essonne-environnement.fr

MGP. Le métro du Grand Paris Express (GPE) fera-t-il partie des « grands travaux inutiles imposés » ?

En ce mois de janvier 2018, de nombreuses questions sont posées sur le programme de construction du métro souterrain « Grand Paris Express » que conduit la Société du Grand Paris. Quel sera son véritable coût ? Sera-t-il réalisé comme il a été annoncé ? Ou bien sera-t-il réduit ? Quelles seront les dates de ses différents achèvements ? Autant d’incertitudes à l’heure actuelle.

Le lancement du premier tunnelier du métro souterrain du «Grand Paris Express» devait être fait devant la presse le lundi 22 janvier 2018 à Champigny-sur-Marne par Philippe YVIN. La visite du chantier a été annulée en catastrophe par la Société du Grand Paris suite aux réserves formulées par la Cours des Comptes sur le surcoût de de plus de 13 milliards d’euros du programme. (Document SGP / PEE)


Le plus grand projet d’Europe. Le projet de métro Grand Paris Express comprend 200 km de lignes automatiques, soit autant que le métro actuel, et 68 gares. Ses promoteurs le qualifient de « plus grand projet urbain en Europe » . Pour eux, « il est bien plus qu’un réseau de transport, il ouvre de nouveaux horizons et offre de nombreuses opportunités. Avec lui, la métropole devient plus grande et plus unie ». (1) Les quatre nouvelles lignes du Grand Paris Express (15, 16, 17 et 18) et les lignes 11 et 14 prolongées, doivent être connectées au réseau de transport existant. Essentiellement souterrain, le nouveau métro traversera les territoires du Grand Paris pour les relier entre eux et à la capitale.

Projet du réseau du métro Grand Paris Express, Société du Grand Paris. 2017


Qui pilote le projet ? Le lancement du premier tunnelier du métro souterrain du « Grand Paris Express» devait être fait devant la presse le lundi 22 janvier 2018 à Champigny-sur-Marne par Philippe YVIN. La visite du chantier a été annulée en catastrophe par la Société du Grand Paris suite aux réserves formulées par la Cours des Comptes concernant les dérives financières du programme de plus de 13 milliards d’euros. Ce qui n’empêche pas que soit maintenu « un rassemblement festif et populaire (performances, innovations, spectacle vivant, ateliers pour les familles et les enfants, son et lumière, repas de chantier, bal populaire…». Autant de manifestations qui demeurent programmés pour le 3 février 2018 ! (2)

Le Premier ministre Édouard PHILIPPE a retiré à la Société du Grand Paris l’initiative de la communication à la presse de l’inauguration du tunnelier. C’est lui qui, en fin de compte, a visité le chantier le mardi 23 février 2018 et qui a pris en main la communication sur le sujet. Il a déclaré, sur le modèle du discours universel – c’est-à-dire d’un discours obscur, qui ne tranche rien et dans lequel toutes les opinions peuvent se retrouver – « Je suis venu voir l’ambition, l’ampleur et la complexité de cet immense projet ». Comme dit le poète comprenne qui pourra.


Une certitude. Le Grand Paris Express comprend quatre nouvelles lignes de métro automatique (lignes 15, 16, 17 18), les prolongements de la ligne 14, les branches qui doivent relier les deux aéroports d’Orly et de Roissy, le pôle scientifique de Saclay, et désenclaver des villes de Seine-Saint-Denis, de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil. Les mises en service avaient été échelonnée initialement entre 2019 et 2030. Tout ne peut pas être fini à temps. C’est désormais une certitude.

Les travaux de cet ensemble gigantesque de chantiers simultanés ont démarré, mais ils ont déjà pris du retard. Au nord-ouest de Paris, une inondation a ralenti les travaux, alors que la ligne 15, au sud, pourrait n’être achevée qu’en 2024 au lieu de 2022. Sans compter les autres tronçons où les travaux n’ont toujours pas commencé…


Des coûts pharaoniques. La Cour des Comptes a demandé une « révision du périmètre du projet et de son phasage ». Car la facture s’envole : initialement prévu à 19 milliards d’euros en 2010, le projet est maintenant chiffré à 35,08 milliards.

  • Première estimation :
    25,5 milliards
  • Deuxième estimation :
    35 milliards
  • Estimation de la Cour des Comptes :
    38,5 milliards

Des élus et citoyens des départements franciliens s’inquiètent. Le Grand Paris Express n’est-il pas entrain de s’inscrire au tableau des Grand travaux inutiles ? Comme l’ont été avant lui le barrage de Sivens ou l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ?

Que signifie l’expression de Grands travaux inutiles (GTI) ? Elle a été popularisée à partir de 1986 par le journaliste belge Jean-Claude DEFOSSÉ lors ses interventions à la télévision belge. Elle a été reprise dans un livre intitulé Le Petit Guide des grands travaux inutiles publié en 1990. La formule a été complétée dans les années 2000 par celle de Grand travaux inutiles imposés (GTII).

Appartiennent à la catégorie des Grands travaux inutiles imposés, les équipements publics importants (ligne de chemin de fer, pont, barrage…) qui ont pour caractéristique :

  • soit de n’avoir jamais été terminé,
  • soit de ne pas avoir atteint les objectifs annoncés,
  • soit d’avoir un coût final, qui en augmentant sans cesse, finit par atteindre un montant prohibitif, sans rapport ni avec les besoins initiaux, ni avec les besoins présents, ni avec les besoins futurs.

Marc FRESSOZ, dans un article intitulé « Grand Paris Express : un scénario à la Eurotunnel ? », écrit : « Alors que le gouvernement va tenter de rectifier le tir face aux énormes dépenses, l’analyse de la Cour des comptes sur la folie des grandeurs du Grand Paris Express rappelle le projet de construction du tunnel sous la Manche dans les années 1980-1990 ».

« On n’a qu’une envie, c’est d’aller se pendre » : c’est le cri du cœur de la députée (PS) Christine PIRES-BEAUNE après l’exposé de Didier MIGAUD, le premier président de la Cour des Comptes venu présenter à la commission des Finances le rapport sur la Société du Grand Paris (SGP), le 17 janvier 2018. Tous les ingrédients d’un scandale sont réunis. « Une bombe à retardement financière pour le siècle », a renchéri un autre député ». (3)

S’il continue à être réalisé dans un contexte d’effets d’annonces, successives et contradictoires, le nouveau réseau du Grand Paris Express fera partie des grands travaux imposés inutiles.

Des liaisons Banlieue/Banlieue – et non plus des liaisons Paris/Banlieue – sont attendues depuis trop longtemps. Il ne faut pas que la réalisation des unes soient réalisées au détriment du fonctionnement des autres. La cohérence des différents projets manque. A ce sujet, des transports de surface comme le T7 et le futur T12 apparaissent peu performants. Il ne faudrait pas que pour des raisons économiques, les métros soient transformés en tramways.

Les 200 kilomètres de métro du Grand Paris Express ne correspondent pas en l’état, ni aux attentes, ni aux besoins des usagers et des usagères qui utilisent au quotidien les lignes du RER, notamment celles du réseau SNCF. Avant de créer de nouvelles lignes il faudrait assurer le fonctionnement normal des lignes existantes.


DOCUMENT

« La réalisation des tunnels », 19 septembre 2017, You Tube, Durée : 3:13. Vidéo sur le site : https://www.societedugrandparis.fr/gpe/actualite/les-premiers-tunneliers-bientot-sur-le-chantier-1501

RÉFÉRENCE DE LA VIDÉO
SOCIÉTÉ DU GRAND PARIS /GRAND PARIS EXPRESS, « La réalisation des tunnels », 19 septembre 2017, You Tube, Durée : 3:13. https://www.societedugrandparis.fr/gpe/actualite/les-premiers-tunneliers-bientot-sur-le-chantier-1501


LES 12 ARGUMENTS ET PROCÉDÉS
POUR FAIRE ACCEPTER À L’OPINION UN
GRAND PROJET INUTILE IMPOSÉ (GPII)

  • 1. L’INTÉRÊT GÉNÉRAL. Un GPII est toujours présenté comme porteur de l’intérêt général. Quant est-il défini ? Par qui ? Quelle analyse partagée est-elle faite d’un projet (par exemple, en termes de forces/faiblesses/opportunités/menaces) ?
  • 2. LA LÉGITIMITÉ. Un GPII est toujours légitime, « puisqu’il émane de pouvoirs en place légitimes ». Cet argument est construit sur le plan rhétorique sur le modèle de l’« enthymème ». C’est-à-dire un syllogisme incomplet, dont le second terme est absent, et qui considère implicitement comme établi. La légitimité se transmet par contamination. Elle opère une confusion entre « être » et « faire » : il n’est nullement établi que toutes les actions d’un pouvoir légitime sont elles mêmes automatiquement légitimes ?
  • 3. LA LÉGALITÉ. Un GPII est toujours justifié par l’argument : le projet respecte la loi. Mais il précise rarement à quelle(s) loi(s) il se réfère, en omettant de citer de façon complète les jurisprudences encadrant son application.
  • 4. LA DIVISIONS. Un GPII opère toujours une division entre plusieurs catégories de destinataires, entre élus et citoyens, entre usagers, riverains, habitants, travailleurs…
  • 5. LE TEMPS. Un GPII utilise le temps : l’âge des GPII, ente le projet initial, sa divulgation publique, les multiples divulgations partielles de son contenu, est très souvent extrêmement élevé, (plusieurs années, plusieurs décennies…). Le temps confère une légitimité naturelle à n’importe quel projet.
  • 6. LES FINANCES PUBLIQUES. Un GPII devient toujours, in fine, un équipement privé financé à l’origine par de l’argent public.
  • 7. L’EMPLOI. Un GPII annonce qu’il participe au maintien de l’emploi et à la création d’emplois nouveaux. Il s’agit encore d’un enthymème qui dit sans le dire : ceux qui s’opposent au projet, s’opposent a l’emploi.
  • 8. LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE. Un GPII prétend toujours qu’il participe à une politique de relance de la croissance par les grands travaux.
  • 9. LE RESPECT DES FORMES. Un GPII tente toujours de passer en force. Il pratique l’impasse sur le respect des formes. Il ignore ce qu’est un vice de forme, qu’il considère toujours comme quelque chose de mineur qui ne saurait remettre en cause le projet lui-même.
  • 10. LA SURDITÉ. Un GPII ignore les avis négatifs aussi bien des entités consultatives que du public qui sont ignorés lors des procédures d’information et de consultation…
  • 11. LE SECRET. Les pouvoirs en place, porteurs d’un GPII, utilisent le silence à l’égard des collectifs, des associations et des citoyens : aucune réponse n’est faite à leurs courriers et à leurs demandes de rendez-vous sont soir absentes, soit imprécises.
  • 12. LE FAIT ACCOMPLI. Le lancement d’un projet de GPII est ponctué « faits accomplis » discutables, qui permettent d’assoir l’étape suivante. Une situation d’irréversibilité du projet est ainsi créée, rendant difficile tout retour en arrière.

RÉFÉRENCES DU DOCUMENT

LAVOCAT Lorène, « Projets inutiles, la victoire est possible. Le récit de la rencontre de Reporterre », 5 décembre 2014, http://reporterre.net/Projets-inutiles-la-victoire-est-possible
HELUIN Gilles,
« La Rencontre de Reporterre du décembre 2014. Les projets inutiles : la victoire est possible », 12 décembre 2014. http://www.centpourcentnaturel.fr/post/2014/12/02/rencontre-de-reporterre-projets-inutiles-la-victoire-est-possible
REPORTERRE, LE QUOTIDIEN DE L’ÉCOLOGIE,
« Projets inutiles : la victoire est possible. (Sivens, Notre-Dame-des-Landes, Triangle de Gonesse, Décathlon à Saint-Jean-de-Braye, Center Parcs à Roybon) », Réunion organisée le lundi 1er décembre 2014, Salle Jean Dane, Paris 12e, http://reporterre.net./


RÉFÉRENCES DE L’ARTICLE
1.
Société du Grand Paris,
https://www.societedugrandparis.fr/
2. PIERRE LAPORTE COMMUNICATION (pour le compte de la Société du Grand Paris), « Invitation Preview Presse KM3. Lancement du Grand Paris Express. Visite de chantier », 22 janvier 2018.
DELAHAUTEMAISON Virginie, « Le calendrier des travaux du Grand Paris Express sera revu cette semaine », France 3 Régions / France TV Info Paris Ile-de-France, 21 janvier 2018.
https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris/grand-paris/calendrier-travaux-du-grand-paris-express-sera-revu-cette-semaine-1405561.html
3. FRESSOZ Marc, « Grand Paris Express : un scénario à la Eurotunnel ? », Contexte transports, 24 janvier 2018. https://www.contexte.com/article/transports/grand-paris-express-un-scenario-a-la-eurotunnel_81629.html?utm_medium=email&utm_source=transactional&utm_campaign=newsletter_pouvoirs


Commentaire du 1er février 2018

La ministre des transports Élisabeth Borne confirme la révision à la baisse du projet de Grand Métro Express. Elle a adressé en date du 30 janvier 2018 une lettre aux élus d’Ile-de-France dans laquelle est indique que « Le futur métro sera réalisé… avec « un calendrier réaliste de livraison et de coût  » ».

Voir l’article :
« Le futur métro sera réalisé… avec « un calendrier réaliste de livraison et de coût » », Le Parisien, 1er février 2018. Article de Jean-Gabriel Bontinck.

© Bernard MÉRIGOT, 26 janvier 2018, 17 heures. Mise à jour le 1er février 2018, 19 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017
http://portes-essonne-environnement.fr

 

Savigny-sur-Orge. Surprise lors de la vente aux enchères de la colonie de vacances de La Tranche-sur-Mer

Pour 408 000 €, il n’y a eu aucun candidat pour acheter les 2 585 mètres carrés construits et les 2,4 hectares de terrain de la Colonie de vacances La Savinière, propriété de la commune de Savigny-sur-Orge, située à La Tranche-sur-Mer (Vendée).

Cela s’est passé lors de la vente aux enchères publiques à la bougie (1)  le mardi 21 novembre 2017 dans la salle des adjudications de la Chambre des notaires de Paris, 12 avenue Victoria à Paris, située place du Châtelet.

Le notaire qui préside l’adjudication a déclaré que « n’ayant trouvé aucun preneur, le bien sera proposé lors d’une vente aux enchères ultérieure ».


 

Vente aux enchères (à la bougie) de la Colonie de vacances de la commune de La Tranche-sur-Mer propriété de la commune de Savigny-sur-Orge, le mardi 21 novembre 2017, à la Chambre des notaires de Paris. A gauche, Maître Alain de PUISSEGUR, notaire à Savigny-sur-Orge, présente la composition du lot. A l'extinction du 3e feu, aucun acquéreur ne se manifestera.. © Photographie CAD / BM pour PEE.

Vente aux enchères (à la bougie) de la Colonie de vacances La Savinière sise sur la commune de La Tranche-sur-Mer propriété de la commune de Savigny-sur-Orge, le mardi 21 novembre 2017, à la Chambre des notaires de Paris. A gauche, Maître Alain de PUISSEGUR, notaire à Savigny-sur-Orge, présente la composition du lot. A l’extinction du 3e feu, aucun acquéreur ne se manifesta. © Photographie CAD / BM pour PEE.

NB. La bougie allumée est à droite du chronomètre qui affiche 0 : 01 : 30. Curieuse proximité de deux objets pour mesurer le temps, l’un digital et moderne, l’autre « naturel » et séculaire. Une question : La flamme apporte-t elle la lumière ?


Des élus désappointés. Éric MEHLHORN, maire de Savigny-sur-Orge, accompagné par Anne-Marie GÉRARD, adjointe au maire, ne cachaient pas leur désappointement. Il faut savoir que cette somme a été inscrite en recette dans le Budget primitif 2018 de la commune qui a été voté par la majorité du conseil municipal.

Quant à Bernard BLANCHAUD, conseiller municipal, également présent, il voyait dans cette absence d’acheteur « la conséquence de la mauvaise idée de la majorité du conseil municipal qui a voté en 2017 la vente d’un bien communal, appartenant à tous les habitants de la commune ».

D’autres issues que la vente doivent-elles être étudiées ? Le conseiller municipal, élu aux élections municipales de 2014 sur la liste conduite Éric MEHLHORN, pense que les activités de La Savinière doivent être repensées dans le cadre d’un projet d’équipement public moderne, partagé par plusieurs communes. « La création d’un syndicat intercommunal de gestion pour la continuité des activités de La Savinière, avec Grand Orly Seine Bièvre (GOSB), l’établissement public territorial de 24 communes dont Savigny-sur-Orge est membre, demeure une chose possible ».

Pour Bernard BLANCHAUD « d’après les notaires de la région, le potentiel de valeur de La Savinière est supérieur à l’estimation qui a été faite ». On notera que la transformation des bâtiments existants en appartements et en studios n’est pas l’unique destin envisageable pour La Savinière. La valeur d’un bien dépend de l’utilisation que l’on en fait. Il ne faut pas oublier que La Tranche-sur-Mer est une commune touristique recherchée de la côte Atlantique.

La Savinière, Centre d’accueil permanent de la Ville de Savigny-sur-Orge (Essonne) de La Tranche-sur-Mer (Vendée) est implanté sur un terrain de 24 hectares. Plan de 2005. Archives CAD / BM.


De nombreuses questions citoyennes se posent. Visiblement le notaire de la commune a raté son coup. La proposition de vente n’a pas trouvé de client. Il est évident qu’exerçant son office à 450 kilomètres du bien à vendre, il n’était pas le mieux placé pour connaître la réalité des projets et des transactions immobilières sur la côte vendéenne.

  • Quelle est la mission exacte que le commune a confiée à Maître Alain de PUISSEGUR, notaire ?
  • Qui a fixé le montant de la mise à prix de 408 000 € ?
  • Pourquoi les frais de notaire qui sont en principe de 7 % (soit 28 560 €) s’élèvent-ils pour cette vente à 20 % ? (soit 81 600 €)
  • Pourquoi l’Ordre des notaires facture-t-il en plus 2,4 % ? (soit 9 792 €)

Autant de coûts supplémentaires qui alourdissent la facture finale pour l’acheteur.


Que va-t-il se passer maintenant ? La commune est liée par la délibération qu’elle a votée : la Savinière doit être vendue aux enchères. Il est évident que le prix de vente est à revoir à la baisse puisque aucun acheteur n’a accepté de payer 408 000 €.

Pour enchérir lors d’une vente d’un bien immobilier, il faut avoir consigné une somme. Dans le cas présent, cette consignation s’élevait à la somme de 81 000 € sous la forme d’un chèque de banque. Un seul candidat s’est manifesté pour cet achat, SAS STEVALIS dont les bureaux sont en Loire-Atlantique. A la sortie de la salle d’adjudication, son représentant ne cachait pas que la somme demandée par la commune de Savigny-sur-Orge était trop élevée compte tenus des importants travaux d’isolation et de mise aux normes qui devaient être faits dans les bâtiments.


Une superficie incertaine. On peut s’étonner avec raison que les superficies soient données avec la mention « environ ». Comment comprendre : «Ensemble immobilier de 2 589 m2 environ sur un terrain de 2,4 hectares environ » sinon :
  • qu’aucun descriptif précis des surfaces construites , conforme à la loi – et qui est demandé à tout vendeur – ne soit pas mentionné,
  • que le cadastre (qui comporte la superficie exacte des parcelles) ne soit pas mentionné.

Cette imprécision concernant les superficies exactes est curieuse.


Quel prix de vente au mètre carré ? La mise à prix est de 408 000 € pour 2 589 m2 carrés construits, ce qui fait 157 € le mètre carré construit.

Enfin autre sujet préoccupant. Une personne qui a visité récemment La Savinière nous a signalé hier qu’elle avait constaté que des individus avaient pénétrés sur le site – inoccupé depuis plusieurs années – et que certaines parties des locaux avaient été vandalisées. Ces faits posent un problème de sécurité des locaux, avec leurs conséquences sur la valeur de cet ensemble immobilier dont la commune de Savigny-sur-Orge est toujours légalement propriétaire.

La Savinière n’est pas encore vendue.

Chambre des notaires, 12 avenue Victoria, Paris 1er, 21 novembre 2017. © Photographie CAD/BM pour PEE.


DOCUMENT

Vente de La Savinière à La Tranche-sur-Mer par la Ville de Savigny-sur-Orge
Extrait de Ventes aux enchères immobilières des Notaires

 

LA TRANCHE-SUR-MER (85)
La Savinière, 9 chemin du Sablon, Route des Sables
 
Ensemble immobilier de 2 589 m2 environ sur un terrain de 2,4 hectares environ.

Dans une commune du Centre-ouest de la France, dans le département de la Vendée, ensemble immobilier anciennement à usage de centre de vacances, situé dans une forêt de pins au coeur d’un parc clos.
  • Bâtiment principal édifié en 1932 comprenant : salles de classe, dortoirs, cuisine professionnelle refaite en 2010, réfectoire, lingerie, bibliothèque et un logement
  • Bâtiment de plain-pied avec préau pour les classes extérieures
  • Bâtiment infirmerie comprenant chambres, local infirmerie, sanitaires, local buanderie
  • Local bar et technique avec piscine
  • Deux blocs sanitaires
  • Chaufferie
  • Terrain de tennis

Consommation énergétique : D

Mise à prix : 408 000 €

« Vente de La Savinière à La Tranche-sur-Mer par la Ville de Savigny-sur-Orge ». Extrait de Ventes aux enchères immobilières des Notaires, n° 406, Séances des 12 novembre et 5 décembre 2017, Chambre des Notaires de Paris, 12 rue Victoria, Paris 1er, p.3.


RÉFÉRENCES

1. La vente à la bougie, également appelée vente à la chandelle, est une forme d’adjudication particulière qui consiste à enchérir tant que deux bougies sont allumées. Les enchères cessent dès que les deux chandelles ont atteint leur terme, ce qui clôt les enchères.
Cette pratique très ancienne se fait au moment de la dernière enchère. On allume alors une petite mèche qui, lorsqu’elle s’éteint, au bout de trente secondes, laisse monter une fumée. Après son extinction, une deuxième chandelle est allumée puis une troisième. Arrivée au terme de la combustion, si aucune autre nouvelle enchère ne survient pendant ce temps, l’adjudication est prononcée au profit du dernier enchérisseur.

ARTICLES EN LIGNE sur http://portes-essonne-environnement.fr

© Bernard MÉRIGOT, 22 novembre 2017 2017, 8 heures.


COMMENTAIRE DU 27 novembre 2017

Qu’est-ce qu’un cahier des charges d’une vente aux enchères publiques d’un bien immobilier ?

Dans le cadre d’une procédure de vente aux enchères « à la bougie», on parle de « Cahier des charges ». Pour les autres ventes, on parle de « Cahier des conditions ».

Les cahiers des charges sont des documents disponibles auprès du notaire vendeur. Ils décrivent les conditions de la vente :

  • la désignation complète du bien,
  • l’origine de propriété,
  • les dispositions d’urbanisme,
  • les servitudes éventuelles,
  • les certificats relatifs à la Loi Carrez, à l’accessibilité ou non-accessibilité au plomb, à l’amiante, à la présence éventuelle de termites, aux diagnostics de performance énergétique, électricité, gaz…,
  • les réponses au questionnaire du syndic s’il s’agit d’une copropriété,
  • la situation hypothécaire,
  • la date de la vente,
  • la mise à prix,
  • les frais d’organisation,
  • la faculté de surenchère,
  • les pièces annexes…

Lorsqu’il s’agit de terrains à bâtir et assimilés, sont mentionnées :

  • les dispositions d’urbanisme et limitations administratives au droit de propriété,
  • la possibilité d’utiliser les terrains ou assimilés pour la réalisation d’une construction avec indication de la destination du bâtiment projeté, de la localisation approximative, de la surface constructible et du nombre de niveaux.

Les Cahiers des charges des ventes aux enchères publiques de biens immobiliers appartenant aux collectivités locales sont des documents publics.

COMMENTAIRE DU 28 novembre 2017

Un exemple de cahier des charges de vente aux enchères publique de biens immobiliers appartenant à une collectivité territoriale.

La Ville de Savigny-sur-Orge, ainsi que Me Alain de PUISSEGUR, le notaire chargé de la vente, refusent présentement de communiquer le Cahier des charges de la vente aux enchères de La Savinière. Pourtant il s’agit d’un document public qui est communicable.

Pour preuve, le cas de la Ville de Toulouse. Celle-ci est propriétaire d’un immeuble, de deux maisons et d’un parking qu’elle a décidé, par délibération de son conseil municipal, de vendre aux enchères le 12 décembre 2017. Le Cabinet de notaires chargé de la vente a publié sur son site le cahier des charges de 62 pages de cette vente. Il est ainsi possible à tout le monde d’en prendre connaissance. On trouvera le pdf de ce document sous le lien suivant :

91352b_fa4c1020477f43d89827968f8c9e2c08

COMMENTAIRE DU 28 novembre 2017

Un de nos correspondants nous a communiqué le cahier des charges daté du 14 septembre 2017, concernant la Vente aux enchères organisée par la Chambre des notaires de Paris, 12 avenue Victoria, Paris 1er, Séance du 21 novembre 2017, 14 h.

COMMUNE DE SAVIGNY-SUR-ORGE, Cahier des charges de la vente aux enchères publiques de l’ensemble immobilier situé à La Tranche-sur-Mer (Vendée) signé le 14 septembre 2017 par Éric MEHLHORN et Me Alain de PUISSEGUR (29 pages) p. 20

COMMUNE DE SAVIGNY-SUR-ORGE, Cahier des charges de la vente aux enchères publiques de l’ensemble immobilier situé à La Tranche-sur-Mer (Vendée) signé le 14 septembre 2017 par Éric MEHLHORN et Me Alain de PUISSEGUR, 29 pages.

Texte complet en pdf :

Cahier des Charges Saviniere

 

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017
http://portes-essonne-environnement.fr

GOSB. Premières assises économiques du territoire Grand-Orly Seine Bièvre

Le 2 février 2017, dernier lors des Premières rencontres économiques à l’aéroport d’Orly, il a été annoncé le lancement d’une concertation avec les acteurs économiques afin de contribuer à la construction d’une feuille de route 2018 de l’EPT en matière de développement économique.

Le résultat de ce travail sera présenté aux premières assises économiques du Territoire Grand-Orly Seine Bièvre le 19 Octobre 2017.

  • Quel développement économique pour le territoire ?
  • Quelle feuille de route 2018 pour l’Établissement public territorial ?
  • Quels partenariats et quelle gouvernance territoriale ?
  • Comment favoriser l’emploi local ?
  • Quand la coopération d’acteurs territoriaux devient un levier de développement durable et d’innovation sociale.
  • Quelle politique foncière et immobilière pour le territoire ?
  • Quel marketing territorial pour le territoire et ses acteurs ?

RÉFÉRENCES

Les Assises du développement économique du Territoire Grand-Orly Seine Bièvre, 19 octobre 2017, Cœur d’Orly.

ARTICLES EN LIGNE sur http://portes-essonne-environnement.fr

© Bernard MÉRIGOT, 11 octobre 2017, 11 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017.