Archives de catégorie : Sainte-Geneviève-des-Bois

Aéroport d’Orly. Chronique des travaux 2016 (4) : le vrai bilan des nuisances aériennes (18 juillet – 28 août 2016)

Un avion toutes les deux minutes

De nouvelles communes situées au sud de l’aéroport d’Orly ont été survolées durant six semaines, du 18 juillet au 28 août 2016. La raison avancée par l’établissement public Paris-Aéroport (Groupe ADP) et par son administration de tutelle, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) du ministère des Transports est  le suivant : la nécessité de réaliser des travaux de rénovation et la mise en sécurité des pistes.

Après un mois quel est le vrai bilan de ces nuisances subies par les habitants situés dans l’axe Brétigny-sur-Orge, Saint-Michel-sur-Orge, Sainte-Geneviève-des-Bois, Villemoisson-sur-Orge, Épinay-sur-Orge, Morsang-sur-Orge, Savigny-sur-Orge, Viry-Châtillon, Juvisy-sur-Orge, Paray-Vieille-Poste, Athis-Mons ?

Un bilan prématuré et partial

« Très vive début juillet, la colère des habitants s’est finalement atténuée », pouvait-on lire dans Le Parisien Essonne-Matin (édition du 22 août 2016). Il est étonnant que cette conclusion ait été tirée avant que la période de survol ne soit achevée totalement. (1)

Cet article poursuivait en minimisant les effets des nuisances.

« Finalement, le ciel ne leur est pas tombé sur la tête. Très redoutées au début de l’été, les nuisances aériennes ont finalement eu moins d’impact que prévu sur le quotidien des habitants du nord-est de l’Essonne (voir ci-contre). Le 18 juillet, un chantier de six semaines a démarré sur l’aéroport d’Orly (Val-de-Marne). Ces travaux de rénovation de la piste 4, qui doivent s’achever en fin de semaine, ont décalé le trafic sur la piste 2 dite « de secours », située plus proche des habitations. Un contexte qui a entraîné les gênes attendues quelques jours après le début des travaux avant une accalmie constatée en milieu de chantier. »

LIBELLULE A SSO - SMM

Une libellule dans un jardin de Savigny-sur-Orge. Les habitants de la Vallée de l’Orge auraient préféré vivre au rythme calme de cet insecte odonate durant l’été 2016, plutôt que sous le bruit des avions. © SMM pour PEE, 26 août 2016.

Des arguments trompeurs

A l’appui de sa conclusion, le journal Le Parisien Essonne-Matin relate deux témoignages. Ceux des maires de Viry-Châtillon et de Savigny-sur-Orge.

  • Viry-Châtillon. « Nous avons reçu une demi-douzaine d’appels par jour en mairie lors des deux premières semaines, constate ainsi Jean-Marie Vilain (UDI), le maire de Viry-Châtillon. Les gens se plaignaient du bruit et cherchaient des explications. Depuis quelques jours, nous avons l’impression que la commune est moins survolée. La situation s’est calmée. »
  • Savigny-sur-Orge. « Le constat est similaire dans la ville voisine de Savigny-sur-Orge. « Les premiers jours, nous avons reçu une vingtaine de courriers à l’hôtel de ville. Les gens se plaignaient de la fréquence des passages mais aussi de la faible hauteur du survol, constate-t-on au cabinet du maire Eric Mehlhorn (LR). Il y a eu aussi des réactions sur les réseaux sociaux. » Depuis, la situation est « rentrée dans l’ordre » affirme encore l’entourage d’Eric Mehlhorn. »

On remarquera l’acceptabilité tacite de la situation ainsi, encore une fois, la volonté de minimiser les effets des nuisances.

Des indicateurs non pertinents

D’une part, le nombre de plaintes (appels téléphoniques, lettres, mails, SMS…) enregistrées par deux mairies constituent des indicateurs invérifiables. D’autre part, il faudrait s’interroger sur la représentativité des démarches effectuées auprès des mairies. Celles-ci sont-elles considérées par les habitants comme des instances de lutte contre les nuisances qu’ils subissent ?  Ce n’est pas sûr.

On doit également s’interroger lorsque l’on sait qu’une démarche entreprise par quatre maires est demeurée sans effet. « Aux côtés de ses collègues de Viry-Châtillon, Juvisy-sur-Orge et Athis-Mons, le maire de Savigny-sur-Orge a adressé fin juillet un courrier à Ségolène Royal, ministre de l’Environnement dénonçant notamment la multiplication des rotations et un non-respect du couvre-feu instauré à 23 h 30. « Cette lettre est restée sans réponse », déplore Jean-Marie Vilain. » Alors, les mairies sont-elles des instances efficaces face à Paris-Aéroport (ADP) ? (2)


Les étranges arguments des maires

Prenons l’exemple d’Olivier LÉONHARDT, maire de Saint-Geneviève-des-Bois (35 868 habitants) et président de l’agglomération Cœur d’Essonne (21 communes, 193 221 habitants). Il écrit dans Votre Ville, le bulletin municipal de Sainte-Geneviève-des-Bois, un article dans lequel il se borne à reproduire les informations développées par Paris-Aéroport (ADP) avec, pour appel, la phrase «quelques explications d’ADP pour mieux comprendre». Ce faisant, il accepte les arguments de l’autorité productrice de nuisances. Il avait annoncé que l’agglomération porterait plainte pour non respect des engagements pris au sujet du survol des communes dans l’axe de la piste 2 de façon discontinue et avec faibles nuisances. Il a renoncé, contrairement à Marjolaine RAUZE, maire de Morsang-sur-Orge, qui a lancé une pétition contre les nuisances aériennes répétées et le non-respect des engagements pris par ADP pour les travaux de l’été 2016. (3) (4)

« SURVOL DE SAINTE-GENEVIÈVE-DES-BOIS : DES TRAVAUX A ORLY DU 18/07 AU 28/08/2016

Comme nous avions tenu à vous en informer dans le Votre Ville de Juillet/Août, Sainte-Geneviève-des-Bois (entre autres) est, depuis ce matin, survolée, en raison de travaux réalisés par Aéroport de Paris sur la piste 4 à Orly.
Si les nuisances sonores sont évidentes pour les foyers génovéfains, ces travaux de rénovation et de mise en conformité sont nécessaires pour la sécurité des avions et leurs passagers. Quelques explications d’ADP pour mieux comprendre.

La rénovation est liée aux conditions d’usure normale de l’infrastructure. L’enrobé de la piste 4 date de 2006, la durée de vie est d’environ 10 ans. Des zones sont abîmées avec des attaques liées à la météorologie et à l’usage de la piste. De ce fait, la maintenance est importante pour sécuriser cette piste. Pour rappel, les rénovations de pistes sont nécessaires afin de maintenir la capacité opérationnelle de l’aéroport et la sécurité du personnel comme des voyageurs. Les avions roulant dessus à près de 250 km/h.

L’aire de sécurité d’extrémité de piste sera prolongée de 200 mètres afin de réduire les risques. Les déplacements aviaires et les cheminements de surveillances de piste seront refaits à neuf. Paris Aéroport profite de l’opportunité de cette rénovation pour améliorer la mise en sécurité de la piste en installant un nouveau système d’atterrissage aux instruments. Il doit permettre une utilisation plus performante de la piste dans des conditions météorologiques particulières. Il augmentera la sécurité des appareils sur la plate-forme, quel que soit le sens d’atterrissage.

La piste a été réalisée en 1963, rénovée en partie en 1995, puis en 2006 et 2009. Certaines zones sont vétustes. Les équipements électriques, les câblages, toutes les alimentations électriques et tous les systèmes qui permettent d’alimenter électriquement les pistes seront refaits en 2016-2017. Le but est de répondre aux nouvelles normes européennes. Les travaux seront réalisés dans le cadre d’une démarche environnementale avec la technologie «leds » pour le balisage entièrement rénové.

La piste 4 sera complètement fermée à l’exploitation durant les six semaines de l’été 2016. Seules la piste 3 (08/26) et piste 2 dite de secours (02/20) seront en activité. Paris Aéroport a élaboré le phasage de telle manière à optimiser le plus possible la durée des travaux. Il a été demandé aux compagnies aériennes de réduire l’activité durant ce temps. Un travail avec les compagnies a donc été effectué de façon à limiter à la baisse la programmation des vols sur la base du volontariat avec des déplacements ou des suppressions provisoires de vols. Le respect du couvre-feu et l’impact limité des travaux sur les opérateurs aériens ont été les deux cadres de ce phasage.

Sur les six semaines de l’été 2016, les équipes travailleront 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, afin de comprimer le plus possible la gêne.

Pour rappel, les travaux ont été programmés sur la période la moins pénalisante pour les foyers. Cœur d’Essonne Agglomération et la Municipalité ont obtenu de l’aéroport d’Orly qu’aucun avion ne survole la zone avant 7h du matin. » Pour toute question : DGAC – Direction des Services de la Navigation Aérienne. Tel : 01 58 09 43 21 » (5)


A la recherche de l’argument qui tue

Si les nuisances sonores sont reconnues, elle sont justifiées par la sécurité, par l’environnement (qui peut être contre des leds ?), ainsi que par l’indépassable « moins pénalisant ». A aucun moment on n’envisage de diminuer drastiquement les vols pour laisser à la piste 2 sa vocation de secours ou de fermer l’aéroport durant un bref laps de temps comme cela se pratique ailleurs. Alors, nous assistons à l’affrontement argumentaire : il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Avec le renfort de ceux qui soutiennent ceux qui sont pour, et celui de ceux qui sont contre mais qui pensent au fond d’eux-mêmes qu’on ne peut rien faire, que c’est un moment à passer et que, donc, il faut le subir.

La fascination du transport aérien et sa croissance démesurée, les déplacements inutiles qu’il suscite – au mépris de toute sobriété – la coûteuse guerre économique entre les compagnies concurrentes, le mythe de la compétition économique mondialisée, les emplois faussement créés dans les zones aéroportuaires… sont autant de justifications pour repousser sans cesse les limites des survols des riverains par les avions.


Les nuisances oubliées

Les maires et les associations, s’ils évoquent les nuisances sonores, évoquent rarement les nuisances causées par la pollution des gaz de combustion des réacteurs volant à basse altitude. Une altitude qui, contrairement à ce qui a été annoncé dans la presse locale (dernier article du Parisien Essonne-matin), semble plus basse qu’au démarrage des travaux lorsque l’on étudie le sujet pour une localisation terrestre fixe sur toute la durée de la rénovation  de la piste 4. Par ailleurs, des lecteurs du présent site ont rapporté d’importantes déflagrations notamment sur le plateau de Juvisy-sur-Orge causant de nombreux dégâts à des toitures de maisons. Quels recours ont ces riverains ?

IC JSO PLATEAU 24-08-2016 1

Quartier de Juvisy Plateau : passage des avions à basse altitude, des déflagrations suivies de bruits de tuiles, lors des travaux 2016 de la piste 4 d’Orly. © Isabelle CANDELIER, 24 août 2016. (6)

IC JSO PLATEAU 24-08-2016 2

Quartier de Juvisy Plateau : zoom sur la toiture d’une maison ayant subi des dégâts après le passage d’un avion à basse altitude avec déflagration suivie de bruits de tuiles se décrochant de la toiture (voir au centre de la photographie). © Isabelle CANDELIER, 24 août 2016. (6)

Conclusions pour les sinistrés des travaux d’Orly 2016. Davantage de bruit. Davantage de gaz de combustions. Davantage de poussières… Des élus fatalistes et complaisants. Que demander de plus ? Et dire que cela doit recommencer l’année prochaine en 2016, puis en 2018 et en 2019…


RÉFÉRENCES
1. DEGRADI Laurent, « Le bruit des avions s’estompe avec la fin des travaux d’Orly. Transports. En raison de travaux sur les pistes, le Val d’Orge a été survolé tout l’été par les avions. Très vive début juillet, la colère des habitants s’est finalement atténuée », Le Parisien Essonne-Matin, 22 août 2016 (pdf) :
LPE ORLY 22-08-2016.
2. Lettre des maires de Juvisy-sur-Orge, de Savigny-sur-Orge et de Viry-Châtillon à Madame la Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, 25 juillet 2016 (pdf) :
JSO SSO VC A SG 25 juillet 2016.
3. F. L. et C. Ch, « Vallée de l’Orge. Les maires s’unissent contre ADP », www.leparisien.fr, 26 juillet 2016 (pdf) : Vallée de l’Orge : les maires s’unissent contre ADP – Le Parisien. « Aéroport d’Orly. Nuisances aériennes : les maires renoncent à porter plainte », Le Parisien Essonne-matin, 8 août 2016 (pdf) : LPE ORLY CER 08-08-2016.
4. Commune de Morsang-sur-Orge. « Pétition : Morsang mobilisée contre les nuisances sonores », http://www.morsang.fr/spip.php?article15292. Page consultée le 27 août 2016. 331 signataires de la pétition mise en ligne : https://www.change.org/o/ville_de_morsang_sur_orge.

Travaux Aéroport d’Orly : Stop aux nuisances sonores à Morsang
Ville de Morsang sur Orge
La Municipalité et la population Morsaintoise exigent de la DGAC et de la Direction d’ADP que soient respectés les engagements pris :  respect des horaires du couvre feu, de l’altitude lors des phases d’atterrissage et de décollage, réduction de la fréquence et du nombre de vols, afin de limiter, le plus possible les nuisances sonores subies en raison des travaux de rénovation de la piste 4 de l’Aéroport d’Orly.

Rappelons que cette commune fait partie de la communauté d’agglomération Coeur d’Essonne.
5. Commune de Sainte-Geneviève-des-Bois, « Survol de Sainte-Geneviève-des-Bois : des travaux a Orly du 18/07 au 28/08/2016 », www.sgdb91.com/news/actualites/actualites/survol-de-sainte-genevieve-des-bois-des-travaux-a-orly-du-1807-au-28082016-1.html. Page consultée le 8 août 2016.
6. Photographies reproduites avec l’aimable autorisation d’Isabelle CANDELIER, habitante de Juvisy-sur-Orge, 24 août 2016.

© Paul-André BEAUJEAN, 27 août 2016, 23 h.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2016.