Archives de catégorie : Ministère Environnement, Énergie, Mer (MEEM)

Les 17 objectifs mondiaux du développement durable 2015. Où en est-on deux ans après ?

Les 17 objectifs mondiaux du développement durable (en anglais Sustainable Development Goals) adoptés le 2 août 2015, ont été approuvés le 25 septembre 2015 par 193 pays pour la période 2015-2030. Portés par l’Organisation des Nations unies (ONU), ils ont pour but le développement international.

Le dispositif actuel comprend :

  • 17 objectifs,
  • 169 cibles,
  • 244 indicateurs.

Où en sommes-nous deux ans après ?

« La Planète des singes Suprématie » dans le métro de Paris. (1) Ligne n° 5 Place d’Italie-Bobigny-Pablo Picasso, station Gare d’Austerlitz. © Photographie BM/CAD pour PEE, 28 juillet 2017.


Les 17 objectifs mondiaux du développement durable

  • 1. PAUVRETÉ. Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.
  • 2. FAIM. Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.
  • 3. SANTÉ. Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge.
  • 4. ÉDUCATION. Assurer à tous une éducation équitable, inclusive et de qualité et des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.
  • 5. GENRES. Égalité des genres : parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles.
  • 6. EAU. Garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable.
  • 7. ÉNERGIE. Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable.
  • 8. EMPLOI. Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.
  • 9. INNOVATION. Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation.
  • 10. INÉGALITÉS. Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre.
  • 11. VILLES. Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables.
  • 12. CONSOMMATION. Établir des modes de consommation et de production durables.
  • 13. CLIMAT. Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions.
  • 14. OCÉANS. Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable.
  • 15. ÉCOSYSTÈMES ET BIODIVERSITÉ. Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité.
  • 16. PAIX. Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et inclusives aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous.
  • 17. PARTENARIAT MONDIAL. Renforcer les moyens de mettre en œuvre le Partenariat mondial pour le développement durable et le revitaliser. 

Les 169 cibles

L’Assemblée générale de l’ONU en adoptant l’Agenda 2030 instaurant les 17 objectifs de développement durable (ODD) a élaboré une liste de 169 cibles pour la période 2015-2030. Trois buts essentiels sont poursuivis :

  • lutter contre les inégalités, l’exclusion et les injustices ;
  • faire face au défi climatique ;
  • mettre fin à l’extrême pauvreté.

Les 244 indicateurs

En mars 2017, la commission statistique des Nations Unies a validé une liste de 244 indicateurs relatifs aux 17 objectifs et aux 169 cibles de développement durable à l’horizon 2030. Cette liste, destinée au suivi mondial des ODD, doit être révisée en 2020 et 2025 pour tenir compte des développements méthodologiques et des capacités de chacun des pays à produire ces données. Chaque année, le Secrétaire général de l’ONU établira un rapport annuel de suivi et d’examen des ODD au niveau mondial. Les États sont également invités à réaliser des rapports nationaux qui doivent s’appuyer sur leurs propres indicateurs nationaux de suivi.


Quelles avancées significatives ces deux dernières années pour inverser les évolutions funestes du monde ?

L’opinion publique a le sentiment, qu’à quelques exceptions près, l’ensemble des élus et des administrations se désintéressent au quotidien de l’exécution par la France de ses engagements internationaux. Des engagements qui ne sont pas seulement pour la France mais aussi pour le monde. On serait tenté de citer Blaise PASCAL lorsqu’il écrivait ce qu’il décrivait comme l’ « empêchement de la pensée ».

« Les hommes n’ayant pu guérir la mort, la misère, l’ignorance, ils se sont avisés, pour se rendre heureux, de n’y point penser. Nonobstant ces misères, il veut être heureux, et ne veut être qu’heureux, et ne peut ne vouloir pas l’être. Mais comment s’y prendra t il ? Il faudrait, pour bien faire, qu’il se rendît immortel. Mais ne le pouvant, il s’est avisé de s’empêcher d’y penser. » (2)


La difficile évaluation de l’exécution des engagements

En France, le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) et le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères (MEAE) coordonnent et accompagnent la mise en place des ODD.

Au niveau national, le Commissariat général au développement durable (CGDD) publie un rapport annuel sur les ODD. L’INSEE effectue un recensement auprès des producteurs de statistiques publiques afin d’avoir un premier aperçu sur la faisabilité et la disponibilité des indicateurs statistiques en France. (3)

RÉFÉRENCES
1. « La Planète des singes. Suprématie » (War for the Planet of the Apes), film de science-fiction américain coécrit et réalisé par Matt REEVES (2017), nouvelle variation à partir du roman La Planète des singes (1963) de Pierre BOULLE (1912-1994).
2. PASCAL Blaise, Pensées. On se reportera au site conjoint de l’Université de Clermont-Ferrand/CNRS/BNF « Les Pensées de Blaise Pascal » qui propose références et commentaires :
http://www.penseesdepascal.fr/Divertissement/Divertissement2-moderne.php. Fragment Divertissement 2 / 7. Papier original : RO 121-2 ; copies manuscrites du XVIIe: C1 : Divertissement n° 184 p. 53 / C2 : p. 75 ; Éditions de Port-Royal. Chap. XXVI – Misère de l’homme: 1669 et janv. 1670 p. 217 / 1678 n° 4 p. 211 ; Éditions savantes : Faugère II, 39, IV / Havet IV.5 / Brunschvicg 169 et 168 / Tourneur p. 205-1 / Le Guern 124 / Lafuma 134 et 133 / Sellier 166.
3. http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/.

© Sylvie MONNIOTTE-MÉRIGOT, 10 août 2017, 10 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017
http://portes-essonne-environnement.fr

Aéroport d’Orly. Chronique des travaux 2016 (4) : le vrai bilan des nuisances aériennes (18 juillet – 28 août 2016)

Un avion toutes les deux minutes

De nouvelles communes situées au sud de l’aéroport d’Orly ont été survolées durant six semaines, du 18 juillet au 28 août 2016. La raison avancée par l’établissement public Paris-Aéroport (Groupe ADP) et par son administration de tutelle, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) du ministère des Transports est  le suivant : la nécessité de réaliser des travaux de rénovation et la mise en sécurité des pistes.

Après un mois quel est le vrai bilan de ces nuisances subies par les habitants situés dans l’axe Brétigny-sur-Orge, Saint-Michel-sur-Orge, Sainte-Geneviève-des-Bois, Villemoisson-sur-Orge, Épinay-sur-Orge, Morsang-sur-Orge, Savigny-sur-Orge, Viry-Châtillon, Juvisy-sur-Orge, Paray-Vieille-Poste, Athis-Mons ?

Un bilan prématuré et partial

« Très vive début juillet, la colère des habitants s’est finalement atténuée », pouvait-on lire dans Le Parisien Essonne-Matin (édition du 22 août 2016). Il est étonnant que cette conclusion ait été tirée avant que la période de survol ne soit achevée totalement. (1)

Cet article poursuivait en minimisant les effets des nuisances.

« Finalement, le ciel ne leur est pas tombé sur la tête. Très redoutées au début de l’été, les nuisances aériennes ont finalement eu moins d’impact que prévu sur le quotidien des habitants du nord-est de l’Essonne (voir ci-contre). Le 18 juillet, un chantier de six semaines a démarré sur l’aéroport d’Orly (Val-de-Marne). Ces travaux de rénovation de la piste 4, qui doivent s’achever en fin de semaine, ont décalé le trafic sur la piste 2 dite « de secours », située plus proche des habitations. Un contexte qui a entraîné les gênes attendues quelques jours après le début des travaux avant une accalmie constatée en milieu de chantier. »

LIBELLULE A SSO - SMM

Une libellule dans un jardin de Savigny-sur-Orge. Les habitants de la Vallée de l’Orge auraient préféré vivre au rythme calme de cet insecte odonate durant l’été 2016, plutôt que sous le bruit des avions. © SMM pour PEE, 26 août 2016.

Des arguments trompeurs

A l’appui de sa conclusion, le journal Le Parisien Essonne-Matin relate deux témoignages. Ceux des maires de Viry-Châtillon et de Savigny-sur-Orge.

  • Viry-Châtillon. « Nous avons reçu une demi-douzaine d’appels par jour en mairie lors des deux premières semaines, constate ainsi Jean-Marie Vilain (UDI), le maire de Viry-Châtillon. Les gens se plaignaient du bruit et cherchaient des explications. Depuis quelques jours, nous avons l’impression que la commune est moins survolée. La situation s’est calmée. »
  • Savigny-sur-Orge. « Le constat est similaire dans la ville voisine de Savigny-sur-Orge. « Les premiers jours, nous avons reçu une vingtaine de courriers à l’hôtel de ville. Les gens se plaignaient de la fréquence des passages mais aussi de la faible hauteur du survol, constate-t-on au cabinet du maire Eric Mehlhorn (LR). Il y a eu aussi des réactions sur les réseaux sociaux. » Depuis, la situation est « rentrée dans l’ordre » affirme encore l’entourage d’Eric Mehlhorn. »

On remarquera l’acceptabilité tacite de la situation ainsi, encore une fois, la volonté de minimiser les effets des nuisances.

Des indicateurs non pertinents

D’une part, le nombre de plaintes (appels téléphoniques, lettres, mails, SMS…) enregistrées par deux mairies constituent des indicateurs invérifiables. D’autre part, il faudrait s’interroger sur la représentativité des démarches effectuées auprès des mairies. Celles-ci sont-elles considérées par les habitants comme des instances de lutte contre les nuisances qu’ils subissent ?  Ce n’est pas sûr.

On doit également s’interroger lorsque l’on sait qu’une démarche entreprise par quatre maires est demeurée sans effet. « Aux côtés de ses collègues de Viry-Châtillon, Juvisy-sur-Orge et Athis-Mons, le maire de Savigny-sur-Orge a adressé fin juillet un courrier à Ségolène Royal, ministre de l’Environnement dénonçant notamment la multiplication des rotations et un non-respect du couvre-feu instauré à 23 h 30. « Cette lettre est restée sans réponse », déplore Jean-Marie Vilain. » Alors, les mairies sont-elles des instances efficaces face à Paris-Aéroport (ADP) ? (2)


Les étranges arguments des maires

Prenons l’exemple d’Olivier LÉONHARDT, maire de Saint-Geneviève-des-Bois (35 868 habitants) et président de l’agglomération Cœur d’Essonne (21 communes, 193 221 habitants). Il écrit dans Votre Ville, le bulletin municipal de Sainte-Geneviève-des-Bois, un article dans lequel il se borne à reproduire les informations développées par Paris-Aéroport (ADP) avec, pour appel, la phrase «quelques explications d’ADP pour mieux comprendre». Ce faisant, il accepte les arguments de l’autorité productrice de nuisances. Il avait annoncé que l’agglomération porterait plainte pour non respect des engagements pris au sujet du survol des communes dans l’axe de la piste 2 de façon discontinue et avec faibles nuisances. Il a renoncé, contrairement à Marjolaine RAUZE, maire de Morsang-sur-Orge, qui a lancé une pétition contre les nuisances aériennes répétées et le non-respect des engagements pris par ADP pour les travaux de l’été 2016. (3) (4)

« SURVOL DE SAINTE-GENEVIÈVE-DES-BOIS : DES TRAVAUX A ORLY DU 18/07 AU 28/08/2016

Comme nous avions tenu à vous en informer dans le Votre Ville de Juillet/Août, Sainte-Geneviève-des-Bois (entre autres) est, depuis ce matin, survolée, en raison de travaux réalisés par Aéroport de Paris sur la piste 4 à Orly.
Si les nuisances sonores sont évidentes pour les foyers génovéfains, ces travaux de rénovation et de mise en conformité sont nécessaires pour la sécurité des avions et leurs passagers. Quelques explications d’ADP pour mieux comprendre.

La rénovation est liée aux conditions d’usure normale de l’infrastructure. L’enrobé de la piste 4 date de 2006, la durée de vie est d’environ 10 ans. Des zones sont abîmées avec des attaques liées à la météorologie et à l’usage de la piste. De ce fait, la maintenance est importante pour sécuriser cette piste. Pour rappel, les rénovations de pistes sont nécessaires afin de maintenir la capacité opérationnelle de l’aéroport et la sécurité du personnel comme des voyageurs. Les avions roulant dessus à près de 250 km/h.

L’aire de sécurité d’extrémité de piste sera prolongée de 200 mètres afin de réduire les risques. Les déplacements aviaires et les cheminements de surveillances de piste seront refaits à neuf. Paris Aéroport profite de l’opportunité de cette rénovation pour améliorer la mise en sécurité de la piste en installant un nouveau système d’atterrissage aux instruments. Il doit permettre une utilisation plus performante de la piste dans des conditions météorologiques particulières. Il augmentera la sécurité des appareils sur la plate-forme, quel que soit le sens d’atterrissage.

La piste a été réalisée en 1963, rénovée en partie en 1995, puis en 2006 et 2009. Certaines zones sont vétustes. Les équipements électriques, les câblages, toutes les alimentations électriques et tous les systèmes qui permettent d’alimenter électriquement les pistes seront refaits en 2016-2017. Le but est de répondre aux nouvelles normes européennes. Les travaux seront réalisés dans le cadre d’une démarche environnementale avec la technologie «leds » pour le balisage entièrement rénové.

La piste 4 sera complètement fermée à l’exploitation durant les six semaines de l’été 2016. Seules la piste 3 (08/26) et piste 2 dite de secours (02/20) seront en activité. Paris Aéroport a élaboré le phasage de telle manière à optimiser le plus possible la durée des travaux. Il a été demandé aux compagnies aériennes de réduire l’activité durant ce temps. Un travail avec les compagnies a donc été effectué de façon à limiter à la baisse la programmation des vols sur la base du volontariat avec des déplacements ou des suppressions provisoires de vols. Le respect du couvre-feu et l’impact limité des travaux sur les opérateurs aériens ont été les deux cadres de ce phasage.

Sur les six semaines de l’été 2016, les équipes travailleront 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, afin de comprimer le plus possible la gêne.

Pour rappel, les travaux ont été programmés sur la période la moins pénalisante pour les foyers. Cœur d’Essonne Agglomération et la Municipalité ont obtenu de l’aéroport d’Orly qu’aucun avion ne survole la zone avant 7h du matin. » Pour toute question : DGAC – Direction des Services de la Navigation Aérienne. Tel : 01 58 09 43 21 » (5)


A la recherche de l’argument qui tue

Si les nuisances sonores sont reconnues, elle sont justifiées par la sécurité, par l’environnement (qui peut être contre des leds ?), ainsi que par l’indépassable « moins pénalisant ». A aucun moment on n’envisage de diminuer drastiquement les vols pour laisser à la piste 2 sa vocation de secours ou de fermer l’aéroport durant un bref laps de temps comme cela se pratique ailleurs. Alors, nous assistons à l’affrontement argumentaire : il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Avec le renfort de ceux qui soutiennent ceux qui sont pour, et celui de ceux qui sont contre mais qui pensent au fond d’eux-mêmes qu’on ne peut rien faire, que c’est un moment à passer et que, donc, il faut le subir.

La fascination du transport aérien et sa croissance démesurée, les déplacements inutiles qu’il suscite – au mépris de toute sobriété – la coûteuse guerre économique entre les compagnies concurrentes, le mythe de la compétition économique mondialisée, les emplois faussement créés dans les zones aéroportuaires… sont autant de justifications pour repousser sans cesse les limites des survols des riverains par les avions.


Les nuisances oubliées

Les maires et les associations, s’ils évoquent les nuisances sonores, évoquent rarement les nuisances causées par la pollution des gaz de combustion des réacteurs volant à basse altitude. Une altitude qui, contrairement à ce qui a été annoncé dans la presse locale (dernier article du Parisien Essonne-matin), semble plus basse qu’au démarrage des travaux lorsque l’on étudie le sujet pour une localisation terrestre fixe sur toute la durée de la rénovation  de la piste 4. Par ailleurs, des lecteurs du présent site ont rapporté d’importantes déflagrations notamment sur le plateau de Juvisy-sur-Orge causant de nombreux dégâts à des toitures de maisons. Quels recours ont ces riverains ?

IC JSO PLATEAU 24-08-2016 1

Quartier de Juvisy Plateau : passage des avions à basse altitude, des déflagrations suivies de bruits de tuiles, lors des travaux 2016 de la piste 4 d’Orly. © Isabelle CANDELIER, 24 août 2016. (6)

IC JSO PLATEAU 24-08-2016 2

Quartier de Juvisy Plateau : zoom sur la toiture d’une maison ayant subi des dégâts après le passage d’un avion à basse altitude avec déflagration suivie de bruits de tuiles se décrochant de la toiture (voir au centre de la photographie). © Isabelle CANDELIER, 24 août 2016. (6)

Conclusions pour les sinistrés des travaux d’Orly 2016. Davantage de bruit. Davantage de gaz de combustions. Davantage de poussières… Des élus fatalistes et complaisants. Que demander de plus ? Et dire que cela doit recommencer l’année prochaine en 2016, puis en 2018 et en 2019…


RÉFÉRENCES
1. DEGRADI Laurent, « Le bruit des avions s’estompe avec la fin des travaux d’Orly. Transports. En raison de travaux sur les pistes, le Val d’Orge a été survolé tout l’été par les avions. Très vive début juillet, la colère des habitants s’est finalement atténuée », Le Parisien Essonne-Matin, 22 août 2016 (pdf) :
LPE ORLY 22-08-2016.
2. Lettre des maires de Juvisy-sur-Orge, de Savigny-sur-Orge et de Viry-Châtillon à Madame la Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, 25 juillet 2016 (pdf) :
JSO SSO VC A SG 25 juillet 2016.
3. F. L. et C. Ch, « Vallée de l’Orge. Les maires s’unissent contre ADP », www.leparisien.fr, 26 juillet 2016 (pdf) : Vallée de l’Orge : les maires s’unissent contre ADP – Le Parisien. « Aéroport d’Orly. Nuisances aériennes : les maires renoncent à porter plainte », Le Parisien Essonne-matin, 8 août 2016 (pdf) : LPE ORLY CER 08-08-2016.
4. Commune de Morsang-sur-Orge. « Pétition : Morsang mobilisée contre les nuisances sonores », http://www.morsang.fr/spip.php?article15292. Page consultée le 27 août 2016. 331 signataires de la pétition mise en ligne : https://www.change.org/o/ville_de_morsang_sur_orge.

Travaux Aéroport d’Orly : Stop aux nuisances sonores à Morsang
Ville de Morsang sur Orge
La Municipalité et la population Morsaintoise exigent de la DGAC et de la Direction d’ADP que soient respectés les engagements pris :  respect des horaires du couvre feu, de l’altitude lors des phases d’atterrissage et de décollage, réduction de la fréquence et du nombre de vols, afin de limiter, le plus possible les nuisances sonores subies en raison des travaux de rénovation de la piste 4 de l’Aéroport d’Orly.

Rappelons que cette commune fait partie de la communauté d’agglomération Coeur d’Essonne.
5. Commune de Sainte-Geneviève-des-Bois, « Survol de Sainte-Geneviève-des-Bois : des travaux a Orly du 18/07 au 28/08/2016 », www.sgdb91.com/news/actualites/actualites/survol-de-sainte-genevieve-des-bois-des-travaux-a-orly-du-1807-au-28082016-1.html. Page consultée le 8 août 2016.
6. Photographies reproduites avec l’aimable autorisation d’Isabelle CANDELIER, habitante de Juvisy-sur-Orge, 24 août 2016.

© Paul-André BEAUJEAN, 27 août 2016, 23 h.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2016.

Aéroport d’Orly. Chronique des travaux 2016 (3) : la DGAC confirme l’augmentation incessante du niveau des nuisances subies par les riverains

Dans notre précédent article sur les travaux de la piste 4 de Paris-Orly, nous regrettions l’étonnant silence de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Par la voie de sa Mission Environnement, elle vient de nous communiquer les réponses aux questions posées. (1)

La réponse de la DGAC

Lisons ensemble le courriel de la Mission Environnement de la Direction des services de la navigation aérienne (DSNA) de la DGAC :

Sujet : Travaux Orly – Survols de Savigny-sur-Orge (91) Date : Fri, 05 Aug 2016 14:12:41 +0200 De : Environnement-DSNA <environnement-dsna@aviation-civile.gouv.fr> Pour : Jean-Marie CORBIN

Bonjour,

Vous avez demandé des précisions sur le nombre de décollages et atterrissages sur les pistes 2 et 3 à l’aéroport de Paris-Orly dimanche 24 juillet.

Il ressort de l’étude menée que 673 mouvements ont eu lieu ce jour-là :
222 avions au décollage de la piste 2 (aucun à l’atterrissage) ;
114 avions au décollage de la piste 3 et 337 à l’atterrissage de cette piste

Nous vous précisons que ces travaux engendrent des modifications d’exploitation de l’aéroport mais ils contribueront à la sécurité aéronautique et à l’efficacité opérationnelle de la plate-forme.

Cependant, les premières journées de travaux n’ont pas permis de gérer les 3 périodes de pointe comme il avait été annoncé car le trafic a été très dense. Mais nous vous confirmons que la situation devrait progressivement s’améliorer.

Si vous souhaitez obtenir rapidement des informations de nature factuelle sur des survols, n’hésitez pas à prendre contact avec la maison de l’environnement de Paris-Orly, gérée par Aéroports de Paris et ouverte du lundi au vendredi de 08h30 à 16h30 (tél 01 49 75 90 70).

Elle dispose du système VITRAIL permettant d’apporter un premier niveau d’information sur des survols, par la visualisation en temps différé des trajectoires des avions.

Cordialement,
DSNA/Mission Environnement

DECOLLAGE SSO 06-08-2016 2

Survol de Savigny-sur-Orge dans l’axe de décollage de la piste 2 de l’aéroport Paris-Orly, le 6 août 2016, à 14 h 22. © Photographie MM pour PEE.


Confirmation de notre analyse par la DGAC

673 mouvements en une journée représentent sur un an 245 645 mouvements. Nous sommes toujours au dessus de la moyenne annuelle confortant notre première analyse.

Nous sommes dans une relation « un tiers / deux tiers » au niveau des usages des pistes. Conformément à nos calculs, publiés dans notre précédent article, la piste 3 chargée de 451 mouvements a été saturée toute la journée du 24 juillet 2016. Le reste du trafic, un tiers, a donc été reporté sur la piste n° 2. Cela ne relève plus de l’usage exceptionnel comme cela a été présenté en avril dernier.

  • Les travaux « contribueront à la sécurité aéronautique et à l’efficacité opérationnelle de la plate-forme. » Au même titre que l’on ne sait pas quelle est la proportion entre ceux qui sont supprimés et ceux décalés sur les soi-disant 2 000 mouvements réaménagés pendant 6 semaines, on ne sait plus si l’intérêt majeur des travaux est d’améliorer l’efficacité de la plateforme ou bien, comme annoncé, seulement sa sécurité…
  • « Si vous souhaitez obtenir rapidement des informations de nature factuelle sur des survols, n’hésitez pas à prendre contact avec la maison de l’environnement de Paris-Orly, gérée par Aéroports de Paris« . Sauf que dans un courriel en date du 28 juillet 2016, le Pôle relations territoriales Sud de la Maison de l’environnement et du développement durable de Paris-Orly nous avait répondu que : la « Mission Environnement de la Direction Générale de l’Aviation Civile vous apportera directement des éléments de réponse à vos interrogations qui relèvent de leur compétence ». On tourne en rond, tels des avions attendant qu’une piste veuille bien se libérer pour atterir. A ce rythme-là, on va à la panne sèche de kérosène…

Fort de cette seconde série de chiffres, il apparaît qu’ADP n’a jamais souhaité faire de concession pour la tranquillité des riverains et entend bien ainsi tester leur résilience à supporter les développements aéroportuaires à venir d’Orly.

Ces faits confirment que les nuisances aériennes subies par les riverains :

  • sont considérées comme légitimes par la DGAC : c’est-à-dire, comme un mal naturel qui est une conséquence du développement des transports aériens,
  • font l’objet d’une stratégie différenciées selon les territoires survolés (tantôt l’un, tantôt l’autre),
  • sont en constante augmentation. (2)

Pour la journée du dimanche 24 juillet 2016, 673 mouvements d’avions (sur les seules pistes 2 et 3 d’Orly) représentent sur une durée de 17,5 heures (de 6 h 00 à 23 h 30), une moyenne de 39 avions à l’heure, soit un avion toute les deux  minutes.

Il reste important de se mobiliser très fortement pour exiger une réduction significative des mouvements (au moins de 30 %) pour les prochaines sessions de travaux prévus durant les étés 2017, 2018 et 2019. Ce qui nécessite le refus des arguments fatalistes qui justifient l’augmentation du trafic, et par voie de conséquence, légitiment la dégradation continue et durable de la qualité de vie des riverains et des Sud-franciliens.

DECOLLAGE SSO 06-08-2016

Survol de Savigny-sur-Orge dans l’axe de décollage de la piste 2 de l’aéroport Paris-Orly, le 6 août 2016, à 14 h 22. © Photographie MM pour PEE.


RÉFÉRENCES
1. CORBIN Jean-Marie, MÉRIGOT Bernard, « Aéroport d’Orly. Chronique des travaux 2016 (2) : nuisances aériennes, ce qu’ADP (Paris Aéroport) cache aux riverains », www.portes-essonne-environnement.fr, 2 août 2016 : http://portes-essonne-environnement.fr/aeroport-dorly-chronique-des-travaux-2016-2-nuisances-aeriennes-ce-quadp-paris-aeroport-cache-aux-riverains/.

2. Quelles sont les missions de la Direction des services de la navigation aérienne (DGAC) du ministère de l’Environnement ? Elles apparaissent ainsi sur le site officiel du ministère :

« Les missions de la DSNA (prestataire de service de navigation aérienne et service à compétence nationale) sont de fournir aux usagers de l’espace aérien les services de contrôle du trafic aérien, dans les meilleures conditions de sécurité, de régularité et de prix ; préserver l’environnement grâce à différents engagements du Grenelle Environnement ; faire évoluer les moyens du contrôle aérien.”
Site internet consulté le 8 août 2016 : http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Navigation-aerienne-.html.

Le malentendu réside dans le fait que la DSNA s’adresse aux « usagers de l’espace aérien » et non aux « usagers des territoires survolés ». D’où le discours que l’on peut qualifier de « convenu » qu’elle tient : annonce de travaux, justification des nuisances supplémentaires, contraintes du couvre-feu pour ADP, incertitudes diverses…

PEE lui a écrit le 25 juillet 2016. Elle nous a répondu le 8 août 2016, à 11 h 54.

« Objet: Travaux Orly : survols des communes des Portes de l’Essonne

Bonjour,

Par mail du 25 juillet, vous avez demandé des informations sur les passages fréquents d’avions de ligne à basse altitude au-dessus de certaines communes de l’Essonne.

Aéroports de Paris vous a apporté plusieurs réponses et que nous complétons ci-dessous.

Les survols actuels de certaines communes de l’Essonne sont effectivement dus aux travaux de la piste n°4 en cours sur la plateforme de Paris-Orly et programmés du 18 juillet au 28 août 2016.

Ces travaux, réalisés par Aéroports de Paris, engendrent des modifications d’exploitation de l’aéroport et ils contribueront à la sécurité aéronautique et à l’efficacité opérationnelle de la plate-forme.

Pendant cette période, l’objectif des services de la Navigation aérienne d’Orly est que les décollages et atterrissages des aéronefs s’effectuent essentiellement en piste unique (piste 3), avec une utilisation de la piste 2 durant les périodes quotidiennes de pointe (matin, début d’après-midi et soirée).

Ces éléments d’information ont été annoncés lors de la réunion organisée par Aéroports de Paris le 15 avril 2016 pour les élus des communes concernées et lors de la Commission Consultative de l’Environnement (CCE) du 16 juin 2016.

La DGAC avait bien confirmé, lors de cette réunion, l’intention d’utiliser la piste 2 lors des pointes de trafic, compte tenu des limitations de la seule piste Est-Ouest (piste n°3) restant disponible. Cependant, la complexité de la gestion de la plateforme dans cette configuration, où un certain nombre de voies de circulation au sol sont indisponibles pour travaux, rend la tâche des contrôleurs d’autant plus difficile lorsqu’il s’agit d’alterner en toute sécurité des changements de configuration de piste en cours de journée. De plus, la nécessité de respecter le couvre-feu (entre 23h30 et 06h00 locales), imposée sur la plateforme, empêche de lisser le trafic en décalant significativement le programme de vol de la journée.

La DGAC a conscience de l’impact sur les populations riveraines des survols dus à un plan de circulation aérienne exceptionnel très dépendant des travaux réalisés par ADP.

Dans l’immédiat et pour le reste de la période des travaux, la DGAC s’engage à adapter au mieux les configurations de piste à la demande de trafic, tout en respectant les limites qu’impose le couvre-feu.

La baisse de trafic attendue pour le mois d’août laisse espérer une utilisation moindre de la piste Nord-Sud (piste n°2), quoique la situation opérationnelle doive rester tendue jusqu’à la fin des travaux.

Cordialement,
DSNA/Mission Environnement

Ainsi donc, il ne faut guère compter sur un ralentissement des nuisances aériennes et des pollutions au-dessus des villes survolées durant ce mois d’août 2016…

© Jean-Marie CORBIN, Sylvie MONNIOTTE-MÉRIGOT, 9 août 2016, 22 h 30.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2016.


Complément : Vidéo amateur d’un avion au décollage de la piste 2 le 6 aout 2016.

Avion survolant Savigny-sur-Orge dans l’axe de décollage de la piste 2 de l’aéroport Paris-Orly, durant les travaux 2016 de la piste 4, engendrant d’importantes gênes sonores dans un secteur habituellement calme pour ce type de nuisances, ainsi qu’une pollution atmosphérique s’ajoutant au trafic routier et ferré. L’avion décollant a emprunté l’axe Orly (piste 2) / Athis-Mons / Juvisy-sur-Orge / Savigny-sur-Orge / Morsang-sur-Orge / Villemoisson-sur-Orge / Epinay-sur-Orge… © MM pour PEE, 6 août 2016.

© Sylvie MONNIOTTE-MÉRIGOT, 9 août 2016, 22 h 45.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2016.

Aéroport d’Orly. Travaux sur la piste 4 durant l’été 2016 confirmés

Le 15 avril 2016, face à des élus, des associatifs et des riverains, Franck MEYREDE, directeur de l’aéroport Paris-Orly, a présenté le programme de rénovation des pistes en raison de l’usure normale et d’une mise aux normes aéronautiques européennes obligatoires. (1) Une brochure explicative a été distribuée afin de permettre à l’assistance une communication vers leurs adhérents et vers les habitants concernés par les modifications d’utilisation des pistes durant la période du 18 juillet au 28 août 2016. Après une légère modification, elle sera disponible sur le site Internet de la Maison de l’environnement d’Orly et dans les mairies aux alentours. (2) Explications…

ORLY TRAVAUX P4 2016 1

Document 1 : ADP, « Aéroport Paris-Orly. Information sur les travaux de la piste 4 du 18 juillet au 28 août 2016 », Imprimerie spéciale Aéroports de Paris, avril 2016, 1/6 p. Brochure distribuée le 15 avril 2016 aux personnes présentes à la réunion organisée pour les riverains d’Orly. (2)


Deux phases de travaux sur la piste 4

La piste 4 (06/24) sera en travaux du 18 juillet au 28 août 2016 mais également en 2017, à peu près à la même époque. Puis, ce sera le tour de la piste 3 (08/26), certainement en 2018 et 2019. Pour des raisons opérationnelles et techniques, ils ne peuvent pas être réalisés en une seule fois. Les nouvelles normes européennes doivent être mises en place avant 2020. ADP finance 100 % des travaux. Une piste coûte à elle-seule 30 millions € environ.

La rénovation est liée aux conditions d’usure normale de l’infrastructure. L’enrobé de la piste 4 date de 2006, la durée de vie est d’environ 10 ans. Des zones sont abîmées avec des attaques liées à la météorologie et à l’usage de la piste. De ce fait, la maintenance est importante pour sécuriser cette piste. Franck MEYREDE rappelle que les rénovations de pistes sont nécessaires afin de maintenir la capacité opérationnelle de l’aéroport et la sécurité du personnel comme des voyageurs. Les avions roulent dessus à près de 250 km/h.

L’aire de sécurité d’extrémité de piste, dite RESA dans le jargon professionnel, sera prolongée de 200 m afin de réduire les risques. Les déplacements viaires et les cheminements de surveillances de piste avec leurs panneautages seront refaits à neuf.

ORLY N7 avril 2016

Orly, avion sur le taxiway au-dessus de la nationale 7. © Photographie SMM/PEE, 15 avril 2016.

En complément, un certain nombre de modifications à réaliser sont apparues. Elles sont liées en particulier aux réglementations européennes et à la mise en conformité des infrastructures et du balisage. Paris Aéroport profite de l’opportunité de cette rénovation pour améliorer la mise en sécurité de la piste en installant un nouveau système d’atterrissage aux instruments, appelé ILS de catégorie III. Il doit permettre une utilisation plus performante de la piste dans des conditions météorologiques particulières. Il augmentera la sécurité des appareils sur la plate-forme, quel que soit le sens d’atterrissage. Actuellement, il existe un système de radio navigation de chaque côté de la piste, mais ce nouvel ILS abaissera le seuil de visibilité de 800 m à 600 m.

La piste a été réalisée en 1963, rénovée en partie en 1995, puis en 2006 et 2009. Certaines zones sont vétustes. Les équipements électriques, les câblages, toutes les alimentations électriques et tous les systèmes qui permettent d’alimenter électriquement les pistes seront refaits en 2016-2017. Le but est de répondre à aux nouvelles normes européennes. Les travaux seront réalisés dans le cadre d’une démarche environnementale avec la technologie « leds » pour le balisage entièrement rénové. Sans caractère obligatoire, il sera procédé également à l’installation des feux d’indication de distance pour les pilotes.

Sur les six semaines de l’été 2016, les équipes travailleront 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, afin de comprimer le plus possible la gêne. La production de l’enrobé de la piste 4 sera réalisée sur place. Les déchets seront traités et réutilisés sur la plate-forme, notamment pour les chemins de ronde autour des clôtures. L’approvisionnement du chantier et la circulation des camions hors plate-forme seront planifiés afin de créer le moins de nuisances possible autour de l’aéroport. Frank MEYREDE précise qu’en France, le béton est peu employé pour les pistes contrairement à l’enrobé, il dure pourtant plus longtemps. La piste 3 est en béton ainsi que les taxiways (voies de circulation) et les parkings.

ORLY 15 avril 2016

Orly, avion sur le taxiway arrivant de la piste 3. © Photographie SMM/PEE, 15 avril 2016.

Actuellement, Paris Aéroport procède à des travaux nécessairement préalables à la rénovation des pistes comme ceux effectués sur les éléments de sécurité pour la circulation des avions sur la plate-forme.


Et pendant ce temps, comment fonctionnera l’aéroport ?

La piste 4 sera complètement fermée à l’exploitation durant les six semaines de l’été 2016. Seules la piste principale 3 (08/26) et piste 2 dite de secours (02/20) seront en activité. Paris Aéroport a élaboré le phasage de telle manière à optimiser le plus possible la durée des travaux. Il a été demandé aux compagnies aériennes de réduire l’activité durant ce temps. Un travail avec les compagnies a donc été effectué de façon à limiter à la baisse la programmation des vols sur la base du volontariat avec des déplacements ou des suppressions provisoires de vols. Le respect du couvre-feu et l’impact limité des travaux sur les opérateurs aériens ont été les deux cadres de ce phasage.

Le directeur d’Orly, Franck MEYREDE, insiste sur les aléas climatiques moins nombreux en été que lors des autres saisons. En 2006, les travaux ont duré 12 semaines, de fin mars à juin, avec des problèmes météorologiques. Pour cette nouvelle tranche de rénovation, la période estivale est la moins pénalisante pour Paris Aéroport. Pas pour les riverains, certes. Avant et après ces six semaines, le trafic étant plus important, le respect le couvre-feu n’aurait pas pu être fait. Il n’y aura pas de dérogation à celui-ci.

L’exploitation des pistes 3 et 2

MEEM DGAC TO 2016 2

Document 2 : Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, DGAC, « Travaux Orly. Piste 4 (06/24) du 18 juillet au 28 août 2016 », p. 3/14.

La piste 3 sera exploitée de façon unique : dans ce cadre, face à l’ouest et à l’est, l’atterrissage et le décollage se feront sur cette piste.

L’exploitation en pistes croisées a été choisie en pointe de trafic avec l’utilisation de la piste 2. Face à l’ouest, les atterrissages se feront en piste 3 et les décollages en piste 2. Les gros porteurs ne peuvent pas utiliser la piste 2 en raison de sa longueur plus courte que celle des pistes principales. Les gros porteurs, dans cette configuration, pourront également décoller en piste 3. Inversement, face à l’est, les décollages se feront en piste 3 et les atterrissages en piste 2.

En temps normal, seules deux conditions sont impératives pour l’utilisation de la piste 2 : 1/ les situations de vent selon un axe Nord-Sud ou Sud Nord (de 0 à 3 jours par an), quand il y a des vents forts dans cette direction-là, 2/ des travaux lourds sur une des pistes principales. Sans oublier les incidents majeurs sur les pistes principales obligeant Paris Aéroport à détourner les avions sur cette piste de secours. Durant la période de travaux, cet été, il n’y aura pas de trafic avant 7 heures le matin sur cette piste. Par contre, trois créneaux d’utilisation ont été définis : le matin, en début d’après-midi et le soir.

Nouvelles trajectoires de décollage et d’atterrissage

MEEM DGAC TO 2016 4

Document 3 : Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, DGAC, « Travaux Orly. Piste 4 (06/24) du 18 juillet au 28 août 2016 », p. 10/14.

Face à l’ouest, les trajectoires ressembleraient à celles des travaux de 2009, sachant que les flèches de couleurs verte et orange (sur le document 3 ci-dessus) représentent 90 % de la trajectoire en dessous de 2 000 m d’altitude. Ainsi, les avions décolleront de la piste 3 pour rejoindre la trajectoire habituelle (en orange sur le document 3 ci-dessus) empruntée lors d’un départ de la piste 4. En période de pointe, les avions décolleront de la piste 2 avec une dispersion trajectorielle différente (en vert sur le document 3 ci-dessus).

MEEM DGAC TO 2016 3

Document 4 : Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, DGAC, « Travaux Orly. Piste 4 (06/24) du 18 juillet au 28 août 2016 », p. 11/14.

Face à l’est, il est prévu des décollages en piste 3 comme actuellement, mais il est aussi prévu que l’atterrissage se fasse sur cette même piste avec une approche légèrement décalée par rapport à la situation actuelle (en bleu sur le document 4 ci-dessus). En période de pointe, les arrivées se feront en piste 2 (en vert sur le document 4 ci-dessus). Sur la cartographie, la zone bleue doit concerner 2/3 des vols, la zone verte 1/3 et en heures de pointe 90 %.

Dans cette configuration de travaux, Paris Aéroport est en mesure d’offrir aux compagnies des capacités opérationnelles réduites par rapport à une utilisation normale (avec les deux pistes principales). En piste unique, la capacité est de 45 mouvements par heure (25 atterrissages, 20 décollages). En pistes croisées, face à l’ouest, la capacité est de 25 arrivées et 25 départs. Face à l’est, elle passe à 30 atterrissages et 30 décollages (voir le document 2). Malheureusement, l’évaluation de l’impact sonore pour les populations survolées n’a pas été réalisée. Franck MEYREDE précise que les avions de nouvelle génération sont plus silencieux, l’impact dépend grandement du sens des vents. En été, les vents face à l’ouest et face à l’est sont généralement répartis équitablement sur la période. Ainsi, dans le Val d’Orge et pour le sud de l’Essonne, les habitants subiront plus de nuisances qu’en temps normal, où elles sont quasiment inexistantes.


Pour conclure, le directeur de l’aéroport d’Orly ayant assuré que le couvre-feu nocturne (entre 23 h 30 et 6 h) représente une partie de l’équilibre majeur de l’aéroport et des territoires riverains, il ne nous reste plus qu’à être très patient durant cette période de travaux…

On ne peut s’empêcher de s’interroger sur trois points lorsque le bâtiment de jonction entre Orly Ouest et Orly Sud – la fameuse 3e aérogare pour les associatifs – sera construit :
1. Quelle sera la durée de vie des pistes avec des avions de plus en plus lourds ?
2. Quelle sera la fréquence des travaux de rénovation ?
3. Quel sera l’impact sur les populations riveraines et survolées ? N’ont-elles pas, de façon prémonitoire, raison de s’inquiéter cette nouvelle construction ? L’avenir nous le dira.

RÉFÉRENCES
1. Lire également l’article d’annonce de Marie LAPEIGNE, « Aéroport d’Orly. Travaux sur les pistes en 2016 : de l’acceptabilité du bruit au vacarme assourdissant », www.portes-essonne-environnement.fr, 7 avril 2016 : http://portes-essonne-environnement.fr/aeroport-dorly-travaux-sur-les-pistes-en-2016-de-lacceptabilite-du-bruit-au-vacarme-assourdissant/.
2. Document 1 : DGAC, Aéroports de Paris (ADP), « Aéroport Paris-Orly. Information sur les travaux de la piste 4 du 18 juillet au 28 août 2016 », Imprimerie spéciale Aéroports de Paris, avril 2016, 6 p (pdf) : ORLY TRAVAUX P4 2016.
Cette brochure doit être modifiée en raison du changement de dénomination de la branche « services aux voyageurs » d’ADP en  « Paris Aéroport. Paris vous aime ». ADP a choisi une marque commerciale par aéroport, endroit unique où il faut accueillir de manière unique le voyageur.. La brochure sera mise en ligne et téléchargeable sur www.entrevoisins.org. Un numéro vert est ouvert : 0 805 712 712.
3. Documents 2 à 4 : Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, DGAC, « Travaux Orly. Piste 4 (06/24) du 18 juillet au 28 août 2016 », 14 p. (pdf) : MEEM DGAC TO 2016.

© Marie LAPEIGNE, Orly, 27 avril 2016, 21 h 30.

 

Aéroport d’Orly. Travaux sur les pistes en 2016 : de l’acceptabilité du bruit au vacarme assourdissant

Bien que d’un point de vue économique, la grève ne soit pas la panacée, il y a des jours où l’on souhaiterait être heureux comme les personnages du film Nous irons tous au paradis (1971), incarnés par Claude BRASSEUR, Guy BEDOS, Victor LANOUX et Jean ROCHEFORT dans une maison « au calme » de la campagne parisienne… (1)

Vous voyez où l’on veut en venir ? Non ? Prenons un autre exemple.

Bien que d’un point de vue écologique cela soit une véritable catastrophe, il y a des jours où l’on souhaiterait que le volcan islandais Eyjafjallajökull (ou un autre) se réveille. En avril 2010, après 200 ans de sommeil, il éjecta des tonnes de cendres – toxiques, certes – à près de 10 kilomètres d’altitude, contraignant la fermeture d’une partie de l’espace aérien européen pendant près d’une semaine. Le 15 avril, les autorités prirent la décision d’annuler près de 11 000 vols. (2) Quel calme pour des milliers de riverains de l’aéroport d’Orly, notamment ! Vous en souvenez-vous ? Non ? Regardez la petite vidéo prise alors par le président de PEE sur la coulée verte de Paray-Vieille-Poste, à quelques mètres des pistes. (3)


La réfection de la piste 4 d’Orly annoncée pour l’été 2016 : 6 semaines de nuisances sonores potentielles !

Pourquoi revenir sur les perturbations aériennes de 2010 ? Tout simplement parce qu’en complément des travaux pharaoniques actuellement entrepris à Orly pour en faire un aéroport à 32,5 millions de passagers par an à horizon 2019-2020 contre 29,7 actuellement, Aéroport de Paris (ADP) entreprend la rénovation des pistes 3 et 4 en complément de celle des taxiways, afin d’accueillir les gros porteurs dédiés au trafic international (comme l’A-380 ?).

MEE DGAC TO2016 1

Document : Communication du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, Direction générale de l’aviation civile, « Travaux Orly piste 4(06/24) du 18 juillet au 28 août 2016 », p. 2/14. (4)

Ce n’est pas nouveau. Des réfections ont déjà eu lieu en 2006 (piste 4), en 2009 (piste 3) et 2011 (piste 4). Cela suppose des nuisances sonores potentielles pour une partie des riverains qui, jusqu’à présent, en subissent peu, en dehors des périodes d’incidents ou de vents intempestifs. Ainsi, habituellement dans un calme aérien relatif, Savigny-sur-Orge et Juvisy-sur-Orge se sont réveillées ce 5 avril 2016 avec le passage de gros aéronef extrêmement bruyant… Et bien, Saviniens, Juvisiens et autres Franciliens riverains survolés irrégulièrement, il vous faudra vous armer de patience ou faire provision de boules Quiès entre le 18 juillet et le 28 août 2016, soit durant 6 semaines !

MEEM DGAC TO 2016 2

Document : Communication du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, Direction générale de l’aviation civile, « Travaux Orly piste 4 (06/24) du 18 juillet au 28 août 2016 », p. 3/14. (4)

Les décollages et les atterrissages des avions se feront différemment, entraînant des changements de couloirs aériens. Aux heures de pointe, des avions seront amenés à emprunter la piste 2 vers le Sud. Ils survoleront de nouveaux secteurs en créant une gêne sonore pour des milliers de riverains non habitués aux nuisances sonores aériennes quotidiennes de façon continue, au vacarme assourdissant à intervalle régulier…

En mars 2016, la Direction générale de l’aviation civile, associée au ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, a réalisé une brochure numérique sur la première phase des travaux de la piste 4 (06/24) de l’été prochain, la seconde phase étant fixée durant l’été 2017. Les décollages et les atterrissages seront principalement réalisés en piste unique sur la n° 3 (08/26), avec un appui de la piste 2 (02/20) en heures de pointe. Cette piste, utilisée en secours en temps normal, entraîne un survol des villes comme Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge, Savigny-sur-Orge, Épinay-sur-Orge, entre autres, à basse altitude. (4)

MEEM DGAC TO 2016 4

Document : Une configuration possible… Communication du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, Direction générale de l’aviation civile, « Travaux Orly piste 4(06/24) du 18 juillet au 28 août 2016 », p. 10/14. (4)

MEEM DGAC TO 2016 3

Document : Une configuration possible… Communication du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, Direction générale de l’aviation civile, « Travaux Orly piste 4(06/24) du 18 juillet au 28 août 2016 », p. 11/14. (4)

En 2018, ce sera au tour de la piste 3 d’être rénovée…


Des perturbations pour la santé des « nouvelles » populations survolées

Il n’est pas inutile de rappeler qu’une plate-forme aéroportuaire génère des bruits dits instantanés, comme celui du passage d’un avion, et des bruits diffus de fond ou globalisés sur une durée donnée. Les populations survolées sont exposées à diverses pollutions, en particulier atmosphériques et sonores. Elles ont des effets sur leur santé. Sont ainsi observés des troubles du sommeil, des troubles anxio-dépressifs, des pathologie cardio-vasculaires. (5)


Une réunion des élus et de certaines associations est prévue par ADP le 15 avril 2016 sur les travaux de réfection des pistes. (Pour lire le compte rendu précis sur les travaux voir la note n° 6) Généralement, ADP certifie qu’aucune dérogation au couvre-feu nocturne, de 23 h 30 et 6 h, ne sera faite durant cette période. Encore heureux ! Restons vigilant. Refusons que le bâtiment de jonction entre les aérogares Ouest et Sud ainsi que la nouvelle salle d’embarquement, avec ses 12 postes pouvant accueillir les gros porteurs de l’internationale, ne deviennent un troisième aéroport. Quant à nos journées de l’été prochain… souhaitons-nous un été froid et pluvieux !

A suivre…

RÉFÉRENCES
1/ « Nous irons tous au paradis », film d’Yves ROBERT, 1977. La scène de l’acquisition de la maison se déroule au cours d’une grève de pilotes. Or, elle est située au bout des pistes !
2/ « Le trafic aérien suspendu dans la moitié nord de la France », www.lemonde.fr avec AFP et AP, 15 avril 2010 :  http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/04/15/l-eruption-d-un-volcan-en-islande-perturbe-le-trafic-aerien-en-europe-du-nord_1333792_3244.html.
3/ Vidéo de Jean-Marie CORBIN enregistrée le 15 avril 2010, publiée sur Dailymotion par Portes de l’Essonne Environnement le 26 mars 2016.
4/ DOCUMENT : Communication du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, Direction générale de l’aviation civile, « Travaux Orly piste 4(06/24) du 18 juillet au 28 août 2016 », sous la direction de TRASSART-P, 16 mars 2016, 14 p. (pdf) : MEEM DGAC TO 2016.
5/ BOUGHRIET Rachida, « Nuisances aériennes : les riverains des aéroports franciliens, excédés, montent au créneau », www.actu-environnement.com, 13 novembre 2015 : http:/www.actu-environnement.com/ae/news/nuisances-aeriennes-manifestations-riverains-royal-roissy-orly-airparif-bruitparif-25659.php4.
6/ Lire l’article compte rendu de la réunion d’ADP sur les travaux de l’été 2016 : http://portes-essonne-environnement.fr/aeroport-dorly-travaux-sur-la-piste-4-durant-lete-2016-confirmes/.

© Marie LAPEIGNE, 7 avril 2016, 14 h 30.


Compléments en date des 15 et 18 avril 2016

La presse s’est faite l’écho de l’inauguration de la nouvelle « jetée internationale – est », sise dans l’aérogare Sud d’Orly, le 14 avril 2016 par « Paris Aéroport – Paris vous aime », nouvelle dénomination d’ADP pour les services aux voyageurs. Tout un programme pour les riverains ! Cette jetée affiche une capacité d’accueil de 6 gros porteurs et 12 moyens porteurs.

2016-04-15 LPE ORLY

Document n° 1 : Fanny DELPORTE, « La nouvelle « jetée internationale » inaugurée », Le Parisien Essonne-matin, 15 avril 2016, p. IV. (1)

18-04-2016 LP PUB ADP-PAPVA

Document n° 2 : Page publicitaire d’ADP devenu « Paris Aéroport – Paris vous aime », publiée dans le quotidien Le Parisien le 18 avril 2016, p. 40.

RÉFÉRENCES
1. DOCUMENT n°1  : DELPORTE Fanny, « La nouvelle « jetée internationale » inaugurée », Le Parisien Essonne-matin, 15 avril 2016, p. IV (pdf) : 2016-04-15 LPE ORLY.
2. DOCUMENT n° 2 : Le Parisien, page publicitaire d’ADP devenu « Paris Aéroport – Paris vous aime », publiée dans le quotidien le 18 avril 2016, p. 40.

© Marie LAPEIGNE, 15 avril 2016, 12 h 30. Mise à jour de Sylvie MONNIOTTE-MÉRGOT, le 18 avril 2016, 7 h 20.