L’intelligence territoriale est une nécessité démocratique

Comment produire des connaissances sur la compréhension des structures et des dynamiques territoriales ?

Le Réseau de recherche-action sur l’intelligence territoriale a tenu sa 17e Conférence Internationale à l’Université de Salerne (Italie) les 23 et 24 octobre 2018. Son thème, qui portait sur l’intelligence collective et les territoires innovants était consacré à « Transitions, changements culturels et inégalités ».

Quel rapport y a-t-il entre un congrès international de recherche en sciences humaines et sociales  et les problèmes des territoires concrets dans lesquels nous habitons ou bien nous travaillons ? En quoi ce que disent des chercheurs et des universitaires qui se réunissent à Saragosse, en Italie, peut concerner, par exemple, nos communes de l’Essonne (Athis-Mons, Viry-Châtillon, Juvisy-sur-Orge, Savigny-sur-Orge…), dans laquelle nous habitons ou bien nous travaillons ?

« Intelligence collective et territoires innovants. Transitions, changements culturels et inégalités (Collective Intelligence and Innovative Territories. Transitions, Cultural Changes and Inequalities) , 17e Conférence internationale », organisée par l’ International Network of Territorial Intelligence (INTI), Université de Salerne (Italie), 23-24 octobre 2018. https://inti.hypotheses.org/

Ce rapport entre une discipline du savoir et un « terrain », tient au fait que personne ne peut vivre, individuellement ou collectivement, en ignorant le monde qui l’entoure. Nul individu, nul territoire ne peut – seul et isolé – réfléchir :

  • à ce qu’il fait, ou ne fait pas,
  • si c’est bien ou si ce n’est pas bien,
  • à ce qu’il faudrait faire et à ce qu’il ne faudrait pas faire.

L’approche de l’intelligence territoriale doit être marquée par la volonté déterminée de laisser de côté les réseaux sociaux qui se limitent pour l’essentiel à des commentaires de commentaires. On ne peut pas se satisfaire de voir lignorance et l’absence d’esprit critique des uns, juger l’ignorance ou le parti pris des autres. Le point ultime de la pensée ne peut être  constituée par des appréciations, qui sont finalement de nature enfantine, fondées sur une seule alternative : Jaime / J’aime pas. Parce que lalternative imposée par les réseaux sociaux, qui est à la fois simpliste et réductrice, crée de fausses situations et induit de faux jugements.

Nous ne pouvons pas être les seuls juges, aussi bien de nos vies que de la vie du monde. D’une part, parce que la science – auxquelles les sciences humaines et les sciences sociales appartiennent – ont un droit de regard naturel sur toute les actions humaines. D’autre part, parce que nous avons tous besoin de connaître des exemples qui nous sont étrangers, des études, des concepts, des théories… aussi bien pour comprendre la réalité présente que pour envisager l’avenir. Une conclusion s’impose : des connaissances nouvelles, produites par des enquêtes, sont nécessaires.

Comme l’écrit Jean-Jacques GIRARDOT « Il s’agit d’apporter des informations publiques aux élus, aux acteurs locaux et aux citoyens afin qu’ils puissent élaborer des projets locaux avec des données fiables qui les informent dans le cadre régional sur les potentiels locaux ». Il est à noter que dans l’exemple  de Prototype de Webmapping diffusé en Open data développé par l’Observatoire de la transition écologique en Franche-Comté, les données ont été établies, à l’échelle de la commune, sur la base de 826 indicateurs publics disponibles.


SOMMAIRE

I. CONCEPTS ET DÉFINITIONS

1. L’intelligence territoriale
2. La gouvernance territoriale
3. La valorisation des ressources territoriales
4. La durabilité des modèles de développement
5. L’intelligence collective

II. CHANTIERS DE L’INTELLIGENCE TERRITORIALE

1. L’observation territoriale
Les dispositifs d’observation territoriale socio-technique (OTST) au service de l’intelligence collective
2. La gouvernance territoriale participative
La planification de la transition socio-écologique et de l’innovation, territoires et réseaux
3. La vulnérabilité et la résilience des territoires et des populations
4. Les droits fondamentaux, les inégalités et les systèmes de protection
5. Les genres, les territoires et le développement durable
6. Les changements culturels, la communication, et la connaissance

Indicateurs pour la transition socio-écologique dans le domaine économique, social et écologique. Prototype de Webmapping pour diffuser en Open data. (Observatoire de la transition écologique en Franche-Comté, 2016). « Il s’agit d’apporter les informations publiques aux élus, aux acteurs locaux et aux citoyens afin qu’ils puissent élaborer des projets locaux avec des données fiables qui les informent dans le cadre régional sur les potentiels locaux. Il a été établi à l’échelle de la commune sur la base de 826 indicateurs publics disponibles ». https://inti.hypotheses.org/2100


I. CONCEPTS ET DÉFINITIONS

1. L’intelligence territoriale (« Territorial Inteligence », en anglais) est un projet scientifique « polydisciplinaire » international conduit par l’ International Network of Territorial Inteligence (INTI).  Cette discipline a un objet, le développement durable des territoires, et des sujets,  les communautés territoriales.

Elle se fonde sur une vision systémique du territoire, en intégrant :

  • un espace géographique et la communauté qui y vit,
  • les représentations qui en sont faites
  • les comportements auxquels il donne lieu.

Elle accorde une importance particulière à l’échelle locale dans une logique interscalaire, du local au global. En tant qu’intelligence collective, elle se fonde :

  • d’une part sur l’interaction entre chaque être humain et son environnement,
  • d’autre part, sur les relations entre les personnes.

Elle bénéficie aujourd’hui, dans ses moyens d’action et ses moyens d’analyse, des technologies de l’information.

Elle influence la gouvernance et les comportements de chaque individu, des organismes et des collectivités.

2. La gouvernance territoriale comprend la participation, l’équilibre entre la collaboration et la compétition, l’accès équitable et durable aux ressources, le bien être, « l’empowerment » individuel et collectif.

Son observation, à l’aide des technologies de partage des informations et des connaissances, doit permettre un accès égal et durable à une co-constrution du développement durable des territoires.

3. La valorisation des ressources territoriales prend en compte la tradition culturelle d’une communauté : elle en constitue le capital social. En ce sens, le territoire n’est plus seulement considéré d’un point de vue économique, comme dans la société industrielle, c’est-à-dire comme un milieu d’exploitation de ressources matérielles, sans souci leurs effet d’épuisement territorial et d’inégale distribution, mais comme un lieu de ressources qui sont limitées qui doivent être gérées.

4. Le concept de développement ne saurait se limiter à des paradigmes économiques. Aujourd’hui il ne peut pas être être envisagé autrement qu’ un développement durable offrant des garanties environnementales, sociales et économiques à tous les membres d’une communauté, sans pour autant compromettre la structure de l’environnement et du système social.

Le concept de développement durable change la structure et la dynamique des processus qui ont caractérisé la société industrielle : la richesse d’un territoire ne dépend plus seulement de la capacité à produire des biens faciles à mettre sur le marché, mais encore de la capacité à intégrer tous les membres qui constituent une communauté, surtout s’ils sont des sujets défavorisés et / ou non productifs, au sens économique du terme.

5. La durabilité des modèles de développement doit être évaluée :

  • en analysant, dans leur pluralité, les possibilités d’investissement multidimensionnel des ressources locales,
  • en favorisant, et en améliorant et dans de nombreux cas, les composantes historico-culturelles.

En ce sens, le territoire est le un cadre dans lequel les ressources culturelles, humaines et historiques constituent un patrimoine immatériel.

Le développement d’un territoire se mesure donc aujourd’hui à travers sa durabilité. Elle place les ressources humaines au centre des politiques territoriales. La promotion de ce développement est configurée comme un processus qui doit durer dans le temps, ouvert sur l’environnement social, sans sacrifier les ressources non renouvelables.

6. L’intelligence collective s’inscrit depuis 2002 dans le cadre d’une réflexion développée au travers d’articulations et d’approches disciplinaires diverses. Son rôle est d’identifier les voies permettant de réaliser des objectifs partagés par une communauté conformément aux politiques environnementales.

  • Elle produit des connaissances sur la compréhension des structures et des dynamiques territoriales. Elle conduit les partenaires sociaux dans le choix des moyens mobilisés par les stratégies à utilisées par les acteurs publics et les individus. En produisant et en mettant en place un savoir partagé elle favorise le développement durable du territoire.
  • Elle apparaît comme une pratique de changements sociaux, culturels et économiques, contrôlant ses fonctions et ses performances dans la poursuite d’objectifs programmés. En ce sens elle favorise l’action politique et économique du développement territorial durable. La gouvernance établie de cette façon une interaction communicationnelle et éducative cohérente entre les partenaires sociaux qui opèrent sur un territoire.

Dès lors, « l’intelligence collective joue un rôle de premier plan, parce qu’elle est responsable de la direction de l’innovation et du développement ». Cette stratégie de développement vise à justifier la territorialisation par la croissance et le renforcement du consensus et de l’équilibre social. Pour y parvenir, les groupes sociaux qui sont porteurs d’intérêts matériels, de désirs et de besoins différenciés, doivent à la fois identifier – et être identifiés par les autres – par les effets qu’ils produisent :

  • partage de valeurs relatives aux aspects fondamentaux de la société,
  • promotion de la coexistence pacifique, participation,
  • croissance de la source inépuisable de capital des ressources pour un territoire.

Un exemple d’équilibrisme territorial, Exposition « Ci t’as la trouille », 23 octobre 2018. © Photographie Bernard Mérigot, 2018.


II. CHANTIERS DE L’INTELLIGENCE TERRITORIALE

1. L’observation territoriale. Les dispositifs d’observation territoriale socio-technique (OTST) au service de l’intelligence collective.
L’observation des territoires connaît une forte croissance avec les moyens apportés par les technologies de l’information et de la communication (géolocalisation, Big-data, intelligence artificielle).

L’observation territoriale permet de dépasser la simple production d’indicateurs. « Elle permet aux acteurs d’un territoire de déterminer leurs besoins, de les évaluer et de mettre en œuvre des initiatives concertées et concrètes ». Le développement de bonnes pratiques de ces dispositifs d’observation permet de vérifier leur impact général sur l’économie sociale et solidaire et sur l’amélioration de la vie de la communauté.

2. La gouvernance territoriale participative. La planification de la transition socio-écologique et de l’innovation, territoires et réseaux La gouvernance territoriale, en stimulant l’innovation dans le cadre de programmes de transition socio-écologiques adaptés aux spécificités de chaque territoire, soutient l’évolution du comportement individuel et social.

La gouvernance participative vise à étudier les grandes urgences mondiales qui se posent à l’espèce humaine :

  • l’amélioration du lien entre la connaissance et les réponses aux problèmes socio-écologiques,
  • l’intégration des synergies (intelligence territoriale),
  • la planification de la transition socio-écologique.

Cela conduit à repenser le rôle de toute l’activité humaine dans la société, remettant en question la responsabilité de chacun dans les activités de coopération concertée.

3. La vulnérabilité et la résilience des territoires et des populations
Deux concepts clés sont étroitement liés dans l’étude des territoires et de leurs réponses aux situations de crise :

  • la vulnérabilité sociale,
  • la résilience.

La « résilience » est définie comme la capacité d’un individu ou d’un groupe de retrouver un équilibre après des événements critiques.

Au cours des dernières décennies, depuis les années 2000, l’attention a été portée sur les manques et les pertes des territoires impliqués dans des catastrophes, mais également sur la capacité des individus à s’adapter et à grandir, indépendamment des situations critiques rencontrées.

4. Les droits fondamentaux, les inégalités et les systèmes de protection
Les trois grands courants de la pensée politique moderne (le libéralisme, le socialisme, le christianisme social) convergent pour donner naissance à un système de droits fondamentaux. Les droits de l’homme, bien qu’ils aient souvent été considérés comme naturels, ne sauraient être donnés une fois pour toutes.

La phase actuelle des formes dominantes de pouvoir, différent de celles des époques précédentes, produit sans cesse une demande sociale de nouveaux droits visant à réduire les inégalités et à créer des systèmes de protection.

5. Les genres, les territoires et le développement durable
La question du genre est de nature transversale. Elle exige que l’on étudie son intégration dans la définition de nouveaux modèles de développement afin de réduire les inégalités de genre et ainsi combler des déséquilibres peu favorables au développement.

Dans la nouvelle culture de développement et d’évaluation de la capacité des méthodes participatives à réduire ce déséquilibre, le genre n’est pas seulement une dimension identitaire à travers laquelle il est possible d’analyser ce qui se présente aujourd’hui au niveau de l’imaginaire collectif comme un choc entre les civilisations, mais aussi une dimension permettant d’étudier certains aspects du processus d’intégration sociale.

6. Les changements culturels, la communication, et la connaissance
Au cours des deux derniers siècles, au XIXe et au XXe siècle, les sociétés sont devenues de plus en plus complexes, que ce soit dans leurs relations ou dans leurs processus. Elles se sont de plus en plus diversifiées à partir :

  • de la base de leurs zones géographiques,
  • de leurs contextes socioculturels.

Les processus de sécularisation, de rationalisation et d’individualisation ont produit des transformations culturelles :

  • répercutant dans les représentations sociales et les croyances,
  • affectant les sujets qui interprètent les territoires dans lesquels ils vivent,
  • touchant les valeurs dont ils se servent pour s’orienter.

Les transformations des rythmes et des modes de vie conduisent à un « déclin de la vie quotidienne » qui mesure le bien-être humain. Elles dépassent les systèmes économiques et affectent la capacité des individus à choisir leurs activités, à trouver une identité culturelle, s’investir dans des formes de sociabilité.

L’intelligence collective, comme l’intelligence de la communication, du savoir et de l’éducation, demeurent des éléments de production de transformation et d’identité des territoires.


RÉFÉRENCES
INTERNATIONAL NETWORK OF TERRITORIAL INTELLIGENCE (INTI),
« Intelligence collective et territoires innovants. Transitions, changements culturels et inégalités, Collective Intelligence and Innovative Territories. Transitions, Cultural Changes and Inequalities, 17e Conférence internationale », Université de Salerne (Italie), 23-24 octobre 2018.

LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

  • « Intelligence collective et territoires innovants. Transitions, changements culturels et inégalités (Collective Intelligence and Innovative Territories. Transitions, Cultural Changes and Inequalities) , 17e Conférence internationale », organisée par l’ International Network of Territorial Intelligence (INTI), Université de Salerne (Italie), 23-24 octobre 2018. https://inti.hypotheses.org/
  • Indicateurs pour la transition socio-écologique dans le domaine économique, social et écologique. Prototype de Webmapping pour diffuser en Open data. (Observatoire de la transition écologique en Franche-Comté, 2016). « Il s’agit d’apporter les informations publiques aux élus, aux acteurs locaux et aux citoyens afin qu’ils puissent élaborer des projets locaux avec des données fiables qui les informent dans le cadre régional sur les potentiels locaux. Il a été établi à l’échelle de la commune sur la base de 826 indicateurs publics disponibles ». https://inti.hypotheses.org/2100
  • Un exemple d’équilibrisme territorial, Exposition ci t’as la trouille, 23 octobre 2018. © Photographie Bernard Mérigot, 2018.

ARTICLES EN LIGNE SUR L’INTELLIGENCE TERRITORIALE
http://portes-essonne-environnement.fr/lintelligence-territoriale/


© Sylvie MÉRIGOT-MONNIOTTE et Bernard MÉRIGOT, article mis en ligne le 20 novembre 2018, 10 heures.


COMMENTAIRES

21 novembre 2018

L’intelligence territoriale ouvre des perspectives intéressantes en offrant un cadre de réflexions critiques sur l’état d’un territoire, sur ses atouts et ses faiblesses, sur sa gestion par les services publics nationaux, régionaux, départementaux, intercommunaux, locaux…
Elle constitue aujourd’hui un espoir pour vivre où nous vivons, et pas ailleurs.
L
es compétences et les pouvoirs qui s’exercent sur un territoire donné sont un domaine où règne la plus extrême confusion : plus personne ne sait très bien qui fait quoi, qui subventionne quoi et surtout, à la fin, qui paye quoi ? Les gouvernements successifs SARKOZY, HOLLANDE, MACRON ont chacun apporté leur pierre à l’édifice. Un édifice qui, en cette année 2018, est comparable à l’état des immeubles vétustes de Marseille qui, faute d’entretien et d’intervention des élus et des administrations locales, s’écroulent sur leurs malheureux habitants, obligés de les évacuer d’urgence, hélas.
On oublie qu’un territoire a pour caractéristique principale d’être, d’abord et avant tout, un projet de ses habitants. Que veulent-ils ? Quelles initiatives prennent-ils ? Quelles actions volontaires conduisent-ils ? Quels efforts sont-ils prêts à faire ?
Cela étant,
a contrario – autrement dit « dans l’hypothèse du contraire » – il faut reconnaître qu’il existe une bêtise territoriale. Elle se caractérise par une absence de toute réflexion, de toute attention, de tout projet, de toute initiative collective. Il est difficile d’en sortir parce que chaque fois qu’un habitant fait une demande, ou émet une idée, soit l’administration locale, soit les élus locaux, et parfois les deux, démontrent ses inconvénients, son coût trop élevé, ou bien l’impossibilité de la réaliser. Autant de raisons de ne rien faire.
Une telle politique est pernicieuse. N’oublions pas que les territoires ne sont pas des entités inertes. Tout territoire est en compétition avec ses voisins : pour créer des emplois, pour conserver et accroître sa population, pour maintenir ses commerces et ses services publics, pour entretenir son cadre de vie…Comment se fait-il que les citoyens n’en aient pas conscience et continuent d’attendre que tout vienne tout seul des autres (l’État, la Région, le Département, l’intercommunalité…) que ce soit des administrations ou des élus, sans rien faire ?

Combien de temps la bêtise territoriale continuera à être tolérée comme étant naturelle, alors qu’elle est l’exact contraire de l’esprit de la démocratie ?

L’intelligence est ce par quoi advient un milieu qui donne à la « raison » son sens premier de raison de vivre. Ceux qui entendent lutter contre la bêtise doivent prendre en compte que n’est jamais bête – ou intelligent –ni un individu, ni un milieu, mais la relation qui les lie l’un à l’autre. Le milieu transforme l’homme moderne au point que « nous ne supportons plus la durée » écrivait Paul VALÉRY dans « Le bilan de l’intelligence » (1935).
Voir aussi : STIEGLER Bernard, États de choc, Bêtise et savoir au XXIe siècle, Mille et Une Nuits Éditeur, 2012, 300 p. Voir Faire et dire des bêtises, p. 73-105.
BM


Portes de l’Essonne Environnement
http://portes-essonne-environnement.fr
Média numérique
ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2018

Métropole du Grand Paris (MGP). Quelle politique pour la biodiversité ?

Comment les élus de la Métropole du Grand Paris pensent-ils la place de la biodiversité dans leur territoire ?

Depuis la fin des années 1990 les pouvoirs publics des grandes agglomérations affichent l’ambition de développer une gestion écologique du patrimoine naturel de leur territoire (espaces verts, parcs urbains, plantations, arbres, etc.)

  • en promouvant la biodiversité,
  • en renaturant le tissu urbain,
  • en libérant des espaces artificiels (friches urbaines entre autres hospitalières, ferroviaires ou industrielles, etc.) au profit de l’établissement de milieux de nature.

Une étude intitulée « Politiques urbaines et biodiversité en ville : un front écologique ? » a été menée en 2018 par une équipe de six universitaires (géographes, architectes, écologues). Conduite dans le cadre des appels à projets de l’Agence nationale française de la recherche (ANFR), elle s’est appuyée sur des entretiens avec 21 élus de la Métropole du Grand Paris (MGP). (1)

Le monde de la biodiversité. Un tronc ne concerne pas seulement l’arbre dont il porte les branches. Il est un monde pour d’autres végétaux (mousses, lichens…) et pour différents animaux (insectes…). Son écorce remplit de multiples fonctions à l’égard de son environnement et des utilisations qu’en font les hommes. © Photographie CAD/BM pour PEE, 2018.


Le mot « biodiversité » (en anglais « biological diversity ») a été introduit la première fois en 1980 par Thomas LOVEJOY, biologiste américain, puis repris en 1985 par Walter G. ROSEN qui préparait le Forum Biology diversity pour le National Research Council en 1986. Edward O. WILSON, biologiste et entomologiste américain, a consacré le terme de biodiversité.

La biodiversité désigne l’ensemble des êtres vivants, des micro-organismes, des plantes, des champignons, des animaux… C’est un concept plus vaste que la simple collection d’espèces animales et végétales à laquelle on la réduit souvent.

Elle désigne aussi les interactions qui relient chaque être vivant à tous les autres et au milieu dans lequel ils vivent. (2)

  • Diversité génétique. Chaque être vivant possède des caractéristiques génétiques uniques. La diversité génétique recouvre la diversité des gènes de tous les organismes vivants. Les gènes sont supportés par l’ADN. Ils sont transmis lors de la reproduction. La diversité des gènes influence la diversité des caractères d’une individu, d’une population ou d’une espèce (par exemple la couleur des yeux ou la résistance à une maladie).
  • Diversité spécifique. La classification des êtres vivants s’appuie sur le concept d’espèce. Il existe plusieurs définitions de ce concept, mais la plus classique rassemble des individus potentiellement capables de se reproduire entre eux et de donner une descendance viable et elle-même féconde.
    – On a identifié actuellement un peu moins de 2 millions d’espèces.
    On estime que le nombre total d’espèces restant à identifier serait de 10 millions à 100 millions d’espèces. (3)
  • Diversité écosystémique. Les ensembles de populations d’espèces différentes, formant des communautés, interagissent entre elles et avec leur milieu ambiant (air, terre, eau). Elles constituent ainsi des écosystèmes. Une forêt, une mare, la flore intestinale de l’homme sont ainsi des écosystèmes.
    Cette diversité comprend la richesse des relations et des flux de matière et d’énergie entre les populations des différentes espèces, entre elles et avec leur environnement physico-chimique. Les relations entre espèces recouvrent toutes sortes de fonctions et d’adaptations : chaîne alimentaire, parasitisme, symbiose, prédation, compétition, coopération….
    Les paysages qui nous entourent expriment la diversité des écosystèmes. Ils sont le fruit de l’histoire de l’évolution et des influences humaines.

Les politiques territoriales publiques en faveur de la biodiversité poursuivent plusieurs objectifs :

  • porter une attention renouvelée en faveur de la place de la nature en ville,
  • contribuer à l’atténuation du réchauffement climatique et à la diminution des canicules, des ruissellements urbains par temps d’orage à la pollution atmosphérique urbaine
  • s’interroger sur les continuités écologiques et leur fragmentations, sur les impacts réciproques entre le tissu urbain dense et les espaces de nature environnants,
  • assurer les fonctions du métabolisme des villes : évacuation des eaux usagées, évacuation des déchets, fonctions de loisir qui sont représentées par les espaces de nature pour la population urbaine.

 

Figure 2. Schéma représentant les rôles décisionnels des différents acteurs identifiés par les élus de la MGP à propos de la renaturation.

Les acteurs de la biodiversité et de la renaturation en ville. Rôles décisionnels des différents acteurs identifiés par les élus de la Métropole du Grand Paris. Schéma extrait de « Les politiques urbaines et biodiversité en ville : un front écologique ? », VertigO, Revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 18, 2018.


Quelles conclusions ?

  • La configuration du système intercommunal des territoires du Grand Paris est complexe. Le système de gouvernance actuel est un compromis entre diverses rivalités territoriales (l’État, la ville de Paris, les départements, le Conseil régional, les intercommunalités, les communes…) et économiques. Certains établissements publics territoriaux (EPT) sont des territoires hybrides où « la mise en place d’une intercommunalité de gestion administrative prend le pas sur la fondation d’un projet territorial ».
  • Le volontarisme politique s’implante au-delà des compétences initiales de la Métropole et entre en conflits d’intérêts et des composantes économiques.
  • Une majorité d’élus interrogés, aux orientations politiques diverses, semblent connaître les principaux enjeux de la préservation de la biodiversité en ville, notamment en l’exprimant sous les termes de services écosystémiques. « On retrouve ici la double logique du front écologique fondée sur le développement de la biodiversité au sein du tissu urbain et sur le verdissement de la politique ».
  • Ces élus s’accordent pour préserver ce qu’ils perçoivent comme une « richesse naturelle ». Seront-ils majoritaires au sein du collectif d’acteurs politiques pour imposer un respect des zones à protéger.
  • Aucune stratégie de valorisation de la biodiversité n’existe en dehors d’opérations de communication.
  • Il n’existe pas de schéma propre à la MGP concernant la biodiversité, le travail effectué à l’échelle régionale servant de référence.
  • Les élus demeurent ancrés géographiquement au territoire d’action qui leur confié par leur mandat. Peu nombreux sont ceux qui parviennent à penser une action politique qui s’appliquerait à l’ensemble des territoires du Grand Paris.
  • La conception d’une nouvelle entité territoriale peut-elle émerger au sein de la question environnementale à partir de la biodiversité ?

RÉFÉRENCES

1. ROCHARD Hugo, ABOUT Cédissia, FRASCARIA-LACOSTE Nathalie, JACOB Philippe, SIMON Laurent et PECH Pierre, « Politiques urbaines et biodiversité en ville : un front écologique? Le cas de la MGP, Métropole du Grand Paris », VertigO. Revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 18, numéro 1, mai 2018. http://journals.openedition.org/vertigo/19753 ; DOI : 10.4000/vertigo.19753.

2. http://www.fondationbiodiversite.fr/fr/societe/avec-la-societe/diffusion-de-connaissances/en-savoir-plus/qu-est-ce-que-la-biodiversite.html

3. « Les zoologistes et les botanistes ont décrit 1,9 million d’espèces, mais le nombre réel d’espèces de la biosphère pourrait se situer entre 10 millions et 100 millions ». BOUCHET Philippe, « L’inventaire des espèces, une quête inachevée », Muséum Moodle, 12 février 2018. http://edu.mnhn.fr/mod/page/view.php?id=1630


LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

  • Le monde de la biodiversité. Un tronc ne concerne pas seulement l’arbre dont il porte les branches. Il est un monde pour d’autres végétaux (mousses, lichens…) et pour différents animaux (insectes…). Son écorce remplit de multiples fonctions à l’égard de son environnement et des utilisations qu’en font les hommes. © Photographie CAD/BM pour PEE, 2018.
  • Les acteurs de la biodiversité et de la renaturation en ville. Rôles décisionnels des différents acteurs identifiés par les élus de la Métropole du Grand Paris. Schéma extrait de « Les politiques urbaines et biodiversité en ville : un front écologique ? »,  VertigO, Revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 18, 2018.

PUBLICATIONS SUR LA BIODIVERSITÉ EN ESSONNE

ÉCOLE DU JARDIN PLANETAIRE/UNIVERSITE POPULAIRE DES LACS DE L’ESSONNE, Abécédaire de la Biodiversité des lacs de l’Essonne, Tome 1, Bruno Leprince éditions, 2013, 64 p, Préface de Gabriel AMARD « Sauver la Terre pour sauver l’humanité », p. 5. ISBN 978-2-36488-020-7 Premier tome abécédaire de la biodiversité des Lacs de l’Essonne, l’ouvrage propose 24 fiches explicatives. Loin d’être complète, la collection de l’Abécédaire s’enrichira au cours du temps avec de nouvelles thématiques visant à sensibiliser le citoyen et à consolider ses connaissances sur la biodiversité qui l’entoure, lui permettant de la reconnaître et de l’identifier afin de mieux la protéger.

  • Asteraceae
  • Biodiversité
  • Clé de détermination
  • Dactyle aggloméré
  • Échassier
  • Feuille
  • Gestion différenciée
  • Hérisson
  • Iris
  • Jardin de la biodiversité
  • Knautie des champs
  • Lichen
  • Mammifère
  • Nomenclature binominale
  • Oiseau
  • Phylogénie
  • Quercus (Chêne)
  • Rosaceae
  • Sélection naturelle
  • Tortue de Floride
  • Ulmus (Orme)
  • Virus
  • Xénophyte
  • ZNIEFF

RÉSEAU BIODIVERSITÉ ESSONNIEN, Vademecum de la Biodiversité, 40 questions, 40 réponses, s.d. (2013), Impression Grenier,100 p. Editorial de Gabriel AMARD.

http://www.savigny-avenir.fr/wp-content/uploads/2013/01/IMG2.jpg

La Biodiversité en milieu urbain, Abécédaire des Lacs de l’Essonne, 2013. Fonds CAD.


ARTICLES EN LIGNE SUR LA BIODIVERSITÉ EN ESSONNE


DOCUMENT

QUESTIONS POSÉES
Grille d’entretien auprès des élus de la Métropole du Grand Paris

Introduction, présentation de l’acteur

1. Pouvez-vous brièvement expliquer ce qui vous a conduit à vous engager sur les questions d’environnement dans votre circonscription? (Présentation de la carte du découpage territorial de la Métropole du Grand Paris, support conducteur de l’entretien)


Identification de la situation ou du problème : le territoire du Grand Paris, ses acteurs et l’état de la nature en ville

2. Comment définiriez-vous le projet de la métropole du Grand Paris? Quelles sont ses grandes qualités et qu’attendez-vous de cette nouvelle institution?
– en tant que territoire?
– en tant qu’EPCI?
3. Quels sont les éléments du patrimoine naturel (bois, parcs…) dans ce tissu urbain? Existe-t-il aussi une homogénéité qui structure les espaces naturels de ce territoire ou une fragmentation de ces espaces?
4. Quelle est la fonction des espaces verts pour l’espace urbain parisien et ses usagers? Peuvent-ils abriter une importante biodiversité d’après vous? Quels services écosystémiques peut-on imaginer?
5. Qu’évoque pour vous les termes de « biodiversité ordinaire » en ville?
Quels sont les espaces les plus propices à accueillir des formes de nature en ville selon vous?
6. Percevez-vous une demande d’accès à la nature à l’échelle des territoires de la métropole? Quels acteurs expriment cette demande? Par quels moyens en avez-vous eu connaissance?
7. Aujourd’hui, la biodiversité vous paraît-elle menacée à l’échelle du Grand Paris?


Diagnostic des actions engagées : les formes de nature à l’échelle du Grand Paris dans les plans d’aménagement 

8. Quels seraient les compétences environnementales de la MGP?
Dans le but de gérer ou de développer la biodiversité, la structure même du Grand Paris ne permettrait-elle pas de dépasser les limites administratives et les stratégies de chaque groupe d’acteurs (municipalités, intercommunalités, Mairie de Paris, Région Ile-de-France)?
9. À votre avis, quels peuvent être les outils institutionnels permettant des opérations de renaturation des territoires du Grand Paris?
10. En milieu métropolitain, la conservation de la biodiversité s’apparente-t-elle, selon vous, à un laissez-faire ou à un interventionnisme plus important ou plus efficace?
11. À votre avis les infrastructures de transport jouent-elles un rôle positif ou négatif sur la biodiversité?
12. La métropole sera-t-elle dotée de compétences qui permettraient de concilier les différents plans en faveur des continuités écologiques comme celles inscrites dans le Schéma Régional de Cohérence Ecologique de l’Île-de-France?
13. La structure institutionnelle du Grand Paris pourrait-elle uniformiser des règles d’urbanisme déjà existantes qui intègrent des normes en termes de biodiversité (ex : coefficient de biotope)?
14. Concernant les plans de protection de la biodiversité comme le Plan Biodiversité de Paris : les moyens institutionnels sont-ils en adéquation avec leurs objectifs?
15. Pour vous, quel(s) interlocuteur(s) représente(nt) un élément de blocage :
Au sein de votre institution ? A l’extérieur ?
À l’inverse, quels sont, à votre avis les interlocuteurs partenaires de votre démarche : Au sein de votre institution ? A l’extérieur ?


Prospectives d’action et propositions stratégiques

16. À quelles échelles spatiales et temporelles prévoir la renaturation des territoires du Grand Paris? Peut-on imaginer un plan Biodiversité à l’échelle de la métropole?
Et un observatoire de la biodiversité?
17. Les acteurs privés sont cités dans le SRCE ou dans le plan biodiversité de Paris? Comment coordonner leurs actions avec celles des acteurs publics?
18. D’après la mission de Préfiguration, l’EPCI doit établir un plan métropolitain de l’environnement, de l’énergie, du climat (ou plan climat-énergie territorial (PCET) à compter de janvier 2016), quelle place pourrait y occuper la biodiversité? La renaturation du tissu urbain parisien peut-elle être valorisée seulement par le truchement d’une politique de lutte contre le réchauffement climatique?
19. Quelles actions favorables à la biodiversité pourrait-on envisager autour des infrastructures du Grand Paris Express et du prolongement des lignes de métro/RER?
20. À votre niveau, pensez-vous pouvoir influencer des orientations stratégiques sur cette question?
21. Avez-vous connaissance de ce qui est fait ailleurs en France et à l’étranger en matière de renaturation en milieu urbain?
22. Pouvez-vous donner des « futurs plausibles » contrastés pour l’avenir de la biodiversité du Grand Paris? Un futur tendanciel, réalisable et un futur qui vous semble idéal.

Source : ROCHARD Hugo, ABOUT Cédissia, FRASCARIA-LACOSTE Nathalie, JACOB Philippe, SIMON Laurent et PECH Pierre, « Politiques urbaines et biodiversité en ville : un front écologique? Le cas de la MGP, Métropole du Grand Paris », VertigO. Revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 18, numéro 1, mai 2018. http://journals.openedition.org/vertigo/19753 ; DOI : 10.4000/vertigo.19753

COMMENTAIRE du 2 octobre 2018

DOCUMENT

Athis-Mons. Libellules, papillons et crapauds de retour au Coteau des Vignes. Après ses travaux de renaturation du site, le Syndicat de l’Orge a révélé un enrichissement et un renouvellement de la biodiversité », Le Parisien Essonne, 2 octobre 2018.

L’ENRICHISSEMENT ET RENOUVELLEMENT DE LA BIODIVERSITÉ
ET LA
RENATURATION DES SITES A ATHIS-MONS (Essonne)

Après des travaux de renaturation sur la rivière au Coteau des vignes, le syndicat de l’Orge a mené des suivis qui ont révélé un enrichissement et un renouvellement de la biodiversité.

La vie reprend et s’enrichit même sur le Coteau des Vignes. C’est le constat qu’ont pu établir les agents du syndicat de l’Orge ces dernières semaines. Après les travaux de renaturation menés sur cette portion de la rivière à hauteur d’Athis-Mons, les suivis de la faune et de la flore ont débouché sur des résultats très positifs.

Les chantiers menés jusqu’à l’an dernier ont entraîné une diversification des espèces d’insectes et de plantes notamment, mais aussi l’arrivée inattendue de nouveaux pensionnaires.

Le Gomphe à pinces a ainsi pris ses aises depuis quelques mois en bord de rivière. Cette espèce de la famille des libellules est répertoriée comme menacée et son retour fait partie des bonnes surprises. Deux autres invertébrés rares en Ile-de-France y ont aussi été observés. Il s’agit du l’Oedipode émeraudine, un criquet; et de la Mélitée du Plantain, un papillon protégé dans la région. L’Alyte accoucheur, un crapaud rare et protégé, est venu repeupler lui aussi cette zone humide. Enfin, de nouvelles espèces végétales sont apparues comme le Faux-riz, très rare dans le département.

« Nous nous attendions à y découvrir une flore et une faune plus banales »

« L’action principale conduite lors de ces chantiers de renaturation a été d’éloigner la promenade piétonne de la rivière, précise Sébastien Nys, chef du service Prospective et études des milieux naturels au syndicat de l’Orge. Cela donne davantage de mobilité au cours d’eau. Les sédiments circulent plus librement. Les poissons aussi. Du coup, l’écosystème s’en trouve modifié. Jusqu’à présent, on trouvait dans l’Orge à cet endroit des espèces d’eau stagnante comme la tanche ou la brême. Là aussi, les résultats évoluent de façon assez rapide et d’autres espèces reviennent. Les résultats de ces suivis nous ont agréablement surpris. Le coteau des vignes se situe en territoire plutôt urbanisé et nous nous attendions à y découvrir une flore et une faune plus banales. »

Cette démarche de suivi est assez récente puisque les relevés concernant la faune date depuis 2016, il y a deux ans à peine. Pour la mener à bien, le syndicat de l’Orge a développé des compétences en interne. Deux chargés d’étude pour la flore et la faune ont ainsi été engagés pour mener ces études d’impact des différents chantiers menés le long de la rivière.

DEGRADI Laurent, « Athis-Mons. Libellules, papillons et crapauds de retour au Coteau des Vignes. Après ses travaux de renaturation du site, le Syndicat de l’Orge a révélé un enrichissement et un renouvellement de la biodiversité », Le Parisien Essonne, 2 octobre 2018.


© Sylvie MÉRIGOT-MONNIOTTE, Bernard MÉRIGOT, Marie LAPEIGNE, article mis en ligne le 28 septembre 2018, 18 heures

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2018
http://portes-essonne-environnement.fr

 

Métropole du Grand Paris. 7 millions d’habitants, 1 million de victimes du bruit

La pollution sonore rend-elle malade ? Abrège-t-elle la vie des habitants ?

Le bruit du trafic routier, aérien et ferroviaire est un phénomène général des agglomérations urbaines. Outre les témoignages de ses victimes, il doit être apprécié de façon localisée par des mesures des niveaux de nuisance subie. Cela permet de dresser des cartes et d’en tirer des conclusions concernant les effets territorialisés sur la santé de la population.

C’est à ce travail que s’est livré Bruitparif pour les 7 millions d’habitants des 131 communes de la Métropole du Grand Paris (MGP). Cet observatoire du bruit en Ile-de-France créé en 2004 a pour objet de mesurer l’environnement sonore, d’informer le public et d’aider les autorités (administrations, élus…) à élaborer des politiques de prévention et de lutte contre le bruit. (1)

Un million de personnes victimes du bruit. Nombre de mois de bonne santé perdus à cause du bruit. Carte établie par Le Parisien/Infographie à partir des sources de Bruitparif et de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) d’Ile-de-France extraite du journal Le Parisien, 26 aout 2018.


Quel rapport y a-t-il entre le bruit et la santé ? En s’appuyant sur les références retenues par l’Organisation mondiale de la santé, l’étude conduite par Bruitparif a modélisé les impacts sanitaires du bruit des transports (routiers, aériens, ferroviaires) selon des « mailles » de 500 mètres de côté et a calculé le nombre d’années de vie en bonne santé perdues par zone géographique.

Il en ressort qu’en moyenne, un habitant de la Métropole du Grand Paris perd au cours de son existence huit mois de vie en bonne santé en raison des effets du bruit. Les différences territoriales au sein de la métropole apparaissent en outre considérables, puisque ce chiffre peut atteindre 19 mois dans les communes les plus exposées.

Sept effets du bruit sur la santé ont été identifiés par l’Institut national de Recherche et de sécurité pour la prévention de la santé (INRS) : accidents du travail, troubles circulatoires, troubles du sommeil, stress, baisse des performances cognitives, accidents sur les femmes enceintes. (2)


Autoroute A6 à la hauteur de Savigny-sur-Orge. © Jean-Marie Corbin pour PEE, 2 décembre 2016.

En s’appuyant sur les références retenues par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), cette étude dédiée modélise les impacts sanitaires du bruit des transports par maille de 500 mètres de côté et permet notamment de calculer le nombre d’années de vie en bonne santé perdues par zone géographique pour les bruits des transports routier, ferroviaire et aérien, ainsi que de leur cumul.

L’indicateur statistique des années de vie en bonne santé mesure la santé d’une population en considérant sa qualité de vie dans ses dimensions humaines, solidaires, productives et économiques. Il se fonde sur « le nombre d’années qu’une personne peut vivre sans limitation résultant d’une maladie ou d’une incapacité » (3) en prenant en compte les maladies chroniques, les états fragiles, les troubles mentaux et les incapacités physiques qui surviennent notamment chez les personnes âgées, qui détériorent la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes, ainsi que les problèmes de santé qui ont une incidence sur le financement des soins médicaux et des retraites.


Avion survolant Savigny-sur-Orge. © BM/CAD pour PEE, 19 juillet 2016.

RÉFÉRENCES

1. BRUITPARIF, « Publication du diagnostic Bruit de la Métropole du Grand Paris », 4 juillet 2018. https://www.bruitparif.fr/publication-du-diagnostic-bruit-de-la-metropole-du-grand-paris/

2. L’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) est un organisme contrôlé par l’État. Son budget provient du fonds national de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles alimenté par les cotisations des entreprises cotisant au régime général de la Sécurité sociale.  http://www.inrs.fr/risques/bruit/effets-sante.html

3. EUROSTAT, « Statistiques sur les années de vie en bonne santé », mai 2017, https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Healthy_life_years_statistics/fr

Voir aussi :
CENTRE D’INFORMATION ET DE DOCUMENTATION SUR LE BRUIT (CIDB), « Bruit et santé », (s.d.) 24 p. http://www.bruit.fr/images/stories/pdf/guide-bruit-sante-cidb-2013.pdf


LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

  • Un million de personnes victimes du bruit. Nombre de mois de bonne santé perdus à cause du bruit. Carte établie par Le Parisien/Infographie à partir des sources de Bruitparif et de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) d’Ile-de-France extraite du journal Le Parisien, 26 aout 2018.
  • Autoroute A6 à la hauteur de Savigny-sur-Orge. © Jean-Marie Corbin pour PEE, 2 décembre 2016.
  • Avion survolant Savigny-sur-Orge. © BM/CAD pour PEE, 19 juillet 2016.

DOCUMENT

UN MILLION DE PERSONNES VICTIMES DU BRUIT

Nuisances. Une étude réalisée par Bruitparif, unique en France, a permis d’identifier les zones les plus touchées par les nuisances sonores. Elles auraient un impact important sur la santé des habitants.

 

Et si l’Enfer, c’était le bruit ? Selon un diagnostic récemment établi par Bruitparif, « près d’un million de personnes sont hautement gênées par le bruit des transports » sur les 7 millions d’habitants que compte la Métropole du Grand Paris. Le sommeil de 500 000 d’entre eux serait aussi « très perturbé » par les trafics routiers, aériens et ferroviaires, « les principales nuisances sonores au niveau métropolitain », précise Fanny MIETLICKI, directrice de Bruitparif.
Une véritable pollution de masse aux effets insidieux car invisibles. Mais pourtant bien réels en Ile-de-France, l’agglomération française où ils sont les plus marqués. Selon Bruitparif – qui s’est appuyé sur une méthodologie de l’Organisation mondiale de la santé – les résidents des zones les plus durement frappées  perdent jusqu’à 19 mois de vie en bonne santé, alors que la moyenne est de 8 mois dans l’ensemble de la métropole.
« Le bruit, tout le monde pense pouvoir vivre avec, poursuit Fanny Mietlicki. Sans se rendre compte du stress et de la fatigue qu’il génère. » Les résultats de cette étude, une première en France, seront donc extrêmement précieux pour endiguer ce fléau sanitaire que les autorités jugent aussi délétère que la pollution de l’air.
Parmi les zones les plus touchées figurent celles où se trouve un aéroport. Le diagnostic pointe clairement les habitants des environs d’Orly comme les plus touchés par le phénomène. « Il doit en être de même autour de l’aéroport de Roissy, qui n’a pas été pris en compte par l’étude, précise la directrice de Bruitparif. Les secteurs les plus impactés cumulent le bruit des avions avec celui des transports routiers qui desservent les zones aéroportuaires. »
Construire un autre aéroport à Montargis ?
Les nuisances aériennes sont un sujet particulièrement sensible en Ile-de-France qui compte trois aéroports (Roissy, Le Bourget, Orly) et un héliport, à Issy-les-Moulineaux, reconnaît la Métropole du Grand Paris.
Mais que ses élus comptent prendre à bras-le-corps : Jacques-Alain BENISTI, maire (LR) de Villiers-sur-Marne et conseiller métropolitain délégué à la mise en œuvre des mesures de lutte contre les nuisances sonores appelle l’ensemble des acteurs du secteur à « élaborer d’ici la fin de l’année 2018 un plan d’actions métropolitain à la hauteur des enjeux ».
Parmi ses propositions, une retient particulièrement l’attention : construire un nouvel aéroport dans les environs de… Montargis (Loiret). « L’aéroport d’Orly est l’un des rares en Europe à avoir prospéré dans une zone de plus en plus urbanisée. À part le faire déménager, il n’y a pas de solutions. »
Le revêtement antibruit comme solution ?
Les habitants des abords du boulevard périphérique et des principales autoroutes sont également les premières victimes des nuisances sonores, et ce malgré les dispositifs antibruit déjà mis en place. Mais une nouvelle technologie, déjà présente sur certaines portions du périph’ et des autoroutes A4, A6 et A86, pourrait y remédier en partie : le revêtement antibruit. Malgré des retours mitigés de riverains, il serait capable de diviser par trois le bruit provoqué par automobiles et camions.
Les deux-roues motorisés, dont certains sont particulièrement bruyants, sont également identifiés comme une source importante de nuisances sonores. Quant au trafic ferroviaire, il s’agit plus pour le moment d’identifier des « zones calmes » qui seront sanctuarisées afin qu’aucune nouvelle ligne ne puisse y voir le jour.
Des concertations doivent être menées, diagnostic à l’appui, avec les habitants et les associations des zones les plus touchées, afin de dégager des pistes de travail.

Le Parisien, 26 août 2018.


© Bernard MÉRIGOT et Sylvie MÉRIGOT-MONNIOTTE, article mis en ligne le 27 août 2018, 10 heures 30.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2018
http://portes-essonne-environnement.fr

 

Savigny-sur-Orge. Quelle concertation pour le projet de ZAC quartier Gare-Davout ?

Qu’est-ce que qu’un « projet concerté » d’aménagement urbain ?

« L’un des grands enjeux du développement des métropoles françaises est de construire des villes compactes pour limiter l’étalement urbain, rééquilibrer les inégalités territoriales et loger une population croissante. Or, créer de la densité implique davantage de promiscuité. Les nouvelles opérations immobilières bousculent les équilibres locaux et créent des situations conflictuelles ». Cette constatation est faite par Olivier LECLERCQ, architecte et membre du Conseil des architectes d’Ile-de-France. (1)

Comment résoudre ces situations conflictuelles ? Il n’existe qu’une seule réponse conforme aux impératifs de la démocratie : conduire un urbanisme collaboratif. Or, sur ce sujet, Olivier LECLERCQ remarque que les démarches participatives qui voient le jour sont embryonnaires : « elles sont loin de constituer un processus de fabrication de la ville ». Une évaluation sur le terrain s’impose. Les dispositifs publics qui se présentent comme participatifs le sont-ils réellement ?

Le projet de Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) du quartier de la Gare et de la place Davout de Savigny-sur-Orge (Essonne). Éric MEHLHORN (LR), maire de Savigny-sur-Orge, conseiller départemental de l’Essonne, vice-président de l’Établissement public territorial (EPT) Grand Orly Seine Bièvre, en chemise blanche, présente sous une petite tente installée par la Mairie, devant le marché, le lancement des études concernant le projet de ZAC, le vendredi 29 juin 2018 à 18 heures 30. Derrière lui, une affiche, seul document présenté aux habitants sur le stand. © Photographie BM/CAD pour PEE.


L’aménagement urbain se définit comme le résultat de la mise en oeuvre, dans un espace défini, de l’ensemble des sciences et des techniques qui conçoivent (pour un quartier neuf), ou qui améliorent (pour un quartier ancien), l’organisation et la vie quotidienne des hommes, des femmes et des enfants,

  • qu’ils y habitent durablement, ou
  • qu’ils y résident temporairement (travail, études, loisirs, etc.).

Il concerne plusieurs disciplines (géographie, sociologie, histoire, architecture, anthropologie…) et associe de nombreux intervenants, aussi bien publics que privés. De nombreux textes  publics en vigueur fixent les obligations d’information et de concertation que les collectivités locales et les administrations doivent respecter vis à vis des citoyens sous peine de vices de forme et de décisions d’annulation par les tribunaux administratifs dans le cas où des citoyens ou des associations les saisissent.


Quelles formes les informations et les concertations à l’égard des citoyens prennent-elles ? Prenons l’exemple du conseil municipal de Savigny-sur-Orge : il vote le mercredi 20 juin 2018 des études portant sur une Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) concernant le quartier de la Gare et la place Davout. Une semaine plus tard, le vendredi 29 juin 2018, à 18 h 30, Éric MEHLHORN (LR),  maire de Savigny-sur-Orge, conseiller départemental de l’Essonne, vice-président de l’Établissement public territorial (EPT) Grand Orly Seine Bièvre, se tient sous une tente installée par la mairie, place Davout.  Volontairement, un nombre restreint d’habitants a été informé de cette initiative.

Aucune mention n’a été faite sur le site Internet de la mairie. Quelques tracts seulement sont distribués dans quelques boîtes à lettres. Un seul document est présenté sous la tente. Il s’agit d’une affiche contenant peu d’informations. Avec ce minuscule attroupement de Saviniens devant, il n’est pas accessible et peu visible, scotché grossièrement avec du ruban adhésif d’emballage marron sur la toile plastifiée blanche de la tente. On est obligé de noter que le soin apporté par la Mairie de Savigny-sur-Orge pour diffuser une information « éclairante » à ses administrés en matière d’aménagement urbain est demeuré à un niveau minimal… On est loin des brochures en couleur, des PowerPoint et autres séquences vidéo diffusées en d’autres circonstances.


Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du quartier de la Gare et de la place Davout de Savigny-sur-Orge (Essonne). Affiche de la mairie, 29 juin 2018. © Photographie BM/CAD pour PEE.

Les objectifs de l’étude concernant cette ZAC, formulés par la municipalité, tels qu’ils figurent sur l’affiche, sont au nombre de quatre :

  • Donner un avenir à un quartier « historique » de la ville »,
  • Retrouver une diversité dans l’offre de commerces et de services de proximité,
  • Définir et organiser les déplacements de demain,
  • Harmoniser l’urbanisation et renforcer l’attractivité du quartier. 

Qui pourrait être en désaccord avec de tels énoncés, tant ils sont généraux ? Tout dépend du cahier des charges des études confiées à un cabinet spécialisé. Les études d’urbanisme sont comme la langue d’ÉSOPE : elles peuvent apporter de bonnes ou de mauvaises réponses, tout dépend des questions qui sont posées.

Il est à noter :

  • qu’aucune concertation n’a eu lieu préalablement à la délimitation de la zone de la ZAC,
  • qu’aucun autre document que l’affiche n’a été communiqué à ce jour,
  • qu’aucun cahier des charges concernant ces études n’est rendu public à ce jour,
  • que ces études doivent être financées et conduites, non pas par la commune, mais par l’Établissement public territorial Grand Orly Seine Bièvre, établissement public territorial regroupant 24 communes, qui détient à ce jour la compétence aménagement pour la commune de Savigny-sur-Orge.

Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du quartier Gare – place Davout de Savigny-sur-Orge (Essonne). Information aux habitants sur le lancement des études par le maire Eric MEHLHORN. Un stand sous tente a été installé place du marché Davout. Une quarantaine de personnes y sont présentes le vendredi 29 juin 2018 à 18 heures 30. © Photographie BM/CAD pour PEE.


La toute puissance de la légitimité des majorités en place est un problème.  Dans un conseil municipal, il y a une majorité qui a élu le maire, et une ou plusieurs minorités qui sont composées des têtes des listes battues lors des élections municipales. Alors que certaines décisions sont votées par consensus (tout le monde vote pour, ou bien la majorité vote pour et une minorité s’abstient), il y en a d’autres pour lesquelles les avis sont partagés. Lors des séances de conseil municipal, l’information de tous les membres siégeant est rarement égale, de nombreux documents publics détenus par la majorité étant cachés aux minorités. Il faut tenir compte que, durant un mandat municipal de six ans, la plupart des actes qu’un maire et sa majorité accomplissent ont pour objet d’obtenir le soutient d’une majorité d’électeurs susceptibles de les réélire lors des élections municipales suivantes. Ce manque d’égalité dans l’accès aux informations font qu’Il est difficile pour un conseiller municipal de se prononcer sur le lancement d’études concernant une ZAC alors qu’il n’est pas en possession de son cahier des charges. (2)

Qui est présent et qui n’est pas présent sur de tels stands présentant des aménagements urbanistiques ?  Les membres de la majorité du Conseil municipal se sont fortement mobilisés pour être présents sur le stand. On a ainsi pu noter la présence de Sébastien BENETEAU, adjoint au maire chargé des Finances ; Daniel GUETTO, adjoint au maire chargé de la Solidarité et du Monde combattant ; Daniel JAUGEAS, adjoint au maire chargé de la Sécurité, Joëlle EUGENE, adjointe au maire chargée de la Culture ; Mathieu FLOWER, adjoint au maire chargé des Sports et de la démocratie locale ; Nicolas FROGER, conseiller municipal ; Raymond GUYARD, conseiller municipal ; ainsi que Bernard BLANCHAUD, conseiller municipal minoritaire.

En revanche, la présence de Nadège ACHTERGAËLLE, première adjointe au maire chargée de l’Urbanisme, n’a pas été relevée, ce qui est inattendu. En effet, c’est elle qui a donné lecture, d’une façon assez laborieuse il est vrai, de la note de synthèse sur la délibération concernant la Zone d’aménagement concerté (ZAC) lors de la séance publique du conseil municipal du mercredi 20 juin 2018.

ZAC du quartier de la Gare et de la place Davout de Savigny-sur-Orge. Sébastien BENETEAU, adjoint au maire chargé des Finances devant l’affiche de la ZAC, vendredi 29 juin 2018. © Photographie BM/CAD pour PEE.


La participation directe de la population dans les décisions d’urbanisme a été expérimentée dans de nombreux pays européens (Civic Wise, cartographies participatives, Col-Urbs, Unlimited Cities…). Olivier LECLERCQ observe que tous les procédés développés misent sur la capacitation citoyenne. Ils s’appuient sur « une montée en compétence collective pour permettre d’exploiter l’intelligence d’un large public sur les questions du cadre de vie ». C’est ainsi que se met en pratique une gouvernance ascendante (bottom-up) par l’intervention effective, aux côtés des élus et des administrations locales et des urbanistes et architectes, et à égalité avec elles, de toutes les compétences locales de la société civile.

Il faut rappeler que l’évaluation d’un dispositif participatif ne peut en aucun cas être réalisé par les exécutifs (élus, administration communale, administration intercommunale, services de l’État…). On considère qu’il existe quatre paliers successifs : information, consultation, diagnostic partagé, co-décision. (3) Aucun pallier ne peut exclure la dimension conflictuelle qui lui est propre.

  • L’information est à flux unique depuis les porteurs du projet vers le public. L’objectif est d’expliquer le projet afin de tester l’adhésion ou le refus suscité par le projet. Ce palier autorise les participants à réagir et à se construire une opinion.
  • La consultation consiste à collecter tous les avis des participants. Ceux-ci sont rendus publics dans leur intégralité (éventuellement anonymisés, si la demande en est faite par les intéressés). Les décideurs en font un retour explicatif aux participants.
  • Le diagnostic partagé consiste à faire lister les dysfonctionnements du territoire urbain considéré.
  • La co-décision confère aux habitants un pouvoir effectif, par exemple dans le choix du programme ou des tâches de conception.

Tous les projets urbains appartiennent à la sphère publique (depuis la délivrance des permis de construire locaux, les ZAC, PLU, SCOT…). Ils doivent se dérouler « à dossiers ouverts » dans le cadre par d’un vaste Open data démocratique.

Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du quartier de la Gare de de la place Davout de Savigny-sur-Orge (Essonne). Pierre JACQUEMARD, ancien maire-adjoint, prend des notes sous la tente du stand de présentation le vendredi 29 juin 2018. © Photographie BM/CAD pour PEE.


RÉFÉRENCES

1. LECLERCQ Olivier, « L’urbanisme collaboratif n’est pas une option mais une nécessité », in Comment fabriquer la ville ?, Universités d’été de l’architecture, Paris, 2017. http://www.universites-architecture.org/lurbanisme-collaboratif-nest-option-necessite/
Olivier Leclercq est architecte et conseiller à l’Ordre des Architectes d’Ile-de-France.

2. GODIER Patrice, Fabrication de la ville contemporaine. Processus et actions, Thèse de doctorat de Sociologie, Université de Bordeaux II Victor Segalen, 2009, 322 p.

3. CHELZEN Hélène Chelzen et JÉGOU Anne, « À la recherche de l’habitant dans les dispositifs participatifs de projets urbains durables en région parisienne : les éclairages de l’observation participante », Développement durable et territoires, Vol. 6, n°2, septembre 2015. http://journals.openedition.org/developpementdurable/10896
DOI : 10.4000/developpementdurable.10896


LÉGENDES DES ILLUSTRATIONS

  • Le projet de Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du quartier de la Gare et de la place Davout de Savigny-sur-Orge (Essonne). Éric MEHLHORN (LR),  maire de Savigny-sur-Orge, conseiller départemental de l’Essonne, vice-président de l’Établissement public territorial (EPT) Grand Orly Seine Bièvre, en chemise blanche, présente  sous une tente installée par la Mairie devant le marché le lancement des études concernant le projet de ZAC, le vendredi 29 juin 2018 à 18 heures 30. Derrière lui, le seul document qui est affiché dans le stand. © Photographie BM/CAD pour PEE.
  • Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du quartier de la Gare et de la place Davout de Savigny-sur-Orge (Essonne). Affiche de la mairie. 29 juin 2018. © Photographie BM/CAD pour PEE.
  • Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du quartier Gare – place Davout de Savigny-sur-Orge (Essonne). Information aux habitants sur le lancement des études par le maire Eric MEHLHORN. Un stand sous tente a été installé place du marché Davout. Une quarantaine de personnes y sont présentes le vendredi 29 juin 2018 à 18 heures 30. © Photographie BM/CAD pour PEE.
  • ZAC du quartier de la Gare et de la Place Davout de Savigny-sur-Orge. Sébastien BENETEAU, adjoint au maire chargé des Finances devant l’affiche de la ZAC, vendredi 29 juin 2018. © Photographie BM/CAD pour PEE.
  • Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du quartier de la Gare et de la place Davout de Savigny-sur-Orge (Essonne). Pierre JACQUEMARD, ancien maire-adjoint, prend des notes sous la tente du stand de présentation le vendredi 29 juin 2018. © Photographie BM/CAD pour PEE.
  • Bernard BLANCHAUD, conseiller municipal minoritaire (à gauche sur la photo) était présent le vendredi 29 juin 2018 sur le stand de la ZAC du quartier de la Gare / Place Davout. © Photographie BM/CAD pour PEE.

Bernard BLANCHAUD, conseiller municipal minoritaire (à gauche sur la photo) était présent le vendredi 29 juin 2018 sur le stand de la ZAC du quartier de la Gare / Place Davout. © Photographie BM/CAD pour PEE.


DOCUMENT

Ville de Savigny-sur-Orge

ZONE D’AMÉNAGEMENT CONCERTÉ
Quartier de la Gare – Place Davout

La Ville travaille à la définition d’une ZAC pour

  • Donner un avenir à un quartier « historique » de la ville
  • Retrouver une diversité dans l’offre de commerces et de services de proximité
  • Définir et organiser les déplacements de demain
  • Harmoniser l’urbanisation et renforcer l’attractivité du quartier

Un projet concerté commençant dès aujourd’hui !

  • Mercredi 20 juin 2018
    Le Conseil municipal vote le lancement des études d’opportunité.
  • Septembre 2018
    Le Grand Orly Seine Bièvre qui assure la compétence aménagement engage les études
  • 1er semestre 2019
    Le Grand Orly Seine Bièvre adopte une délibération créant la ZAC et définit les règles de concertation des habitants et des forces vives du quartier.

RÉFÉRENCE DU DOCUMENT
COMMUNE DE SAVIGNY-SUR-ORGE,
« Zone d’aménagement concerté. Quartier de la Gare – Place Davout », Affiche format 59 cm x 24 cm, 30 juin 2018.


© Bernard MÉRIGOT. Mise en ligne de l’article : 1er juillet 2018, 16 heures. Modifié le 5 juillet, 18 heures.


COMMENTAIRE du 2 juillet 2018
Bernard BLANCHAUD, conseiller municipal de la minorité
L’article est bien fait. Il explique la manière avec laquelle les choses auraient pu être menées en matière d’aménagement urbain à la condition qu’il y ait eu la volonté de le faire.
Les nombreuses questions posées par le petit nombre d’habitants de la commune présent ce vendredi 29 juin à 18 h 30 n’avaient pas de lien direct avec le sujet qui demeure celui de la construction urbanistique. Mais elles prouvent les très fortes attentes des administrés et des administrées pour un nombre considérable de problèmes de vie quotidienne dans le quartier qui ne sont pas résolues à ce jour.

COMMENTAIRE du 5 juillet 2018

SAVIGNY-SUR-ORGE : UN PLAN D’ACTION POUR REDYNAMISER LE CENTRE-VILLE

Le conseil municipal vient d’adopter une délibération qui lance le dossier de réhabilitation du quartier gare/centre-ville.

Manque de stationnement, enclavement, commerces fermés et insécurité. Le quartier centre-ville de Savigny-sur-Orge et les abords de la gare RER sont clairement en souffrance. A l’image de la Grande-Rue, cœur historique de la ville, minée par les squats et les rideaux de fer éternellement baissés, le secteur n’est plus du tout attractif. Pour tenter de le redynamiser, la commune vient d’adopter une délibération en conseil municipal afin de lancer les premières réflexions sur le devenir du quartier.

La volonté de la municipalité est de créer une zone d’aménagement concertée (ZAC). Une option sur laquelle va maintenant devoir délibérer le Grand Orly Seine-Bièvre (GOSB) qui détient seul la compétence sur l’opportunité de création d’une ZAC. « Des études de faisabilité financées par le GOSB devraient démarrer en septembre », indique le cabinet du maire Eric Mehlhorn (LR). Par la suite, un aménageur sera désigné et des procédures de concertation lancées. Le calendrier de cette vaste opération de réhabilitation et de redynamisation s’annonce donc plutôt long.

« Cela ne se fera pas en six mois »

« Nous sommes sur des délais proches de celui du programme ANRU du quartier Grand-Vaux, prévient le maire. Cela ne se fera pas en six mois. Les premières réflexions doivent nous mener jusqu’à la fin de l’année 2019. Une fois l’aménageur désigné, le dossier pourra accélérer. » Ce dossier, l’un des principaux de sa fin de mandat, tient particulièrement à cœur à Eric Mehlhorn. « Nous souhaitons redonner à la ville un centre attractif, confie-t-il. Il faut retrouver une offre commerciale satisfaisante et diversifiée là où trop de fast-foods se sont installés par exemple. Entre la gare et les deux lycées implantés dans le quartier, le passage est très important mais il n’existe actuellement aucun lieu convivial de fixation pour ce public. »

Ces arguments n’ont pas convaincu le groupe d’opposition « Savigny, notre ville » qui s’est exprimé contre cette délibération. « Le périmètre choisi pour cette ZAC ne correspond pas à la réalité du quartier, rétorque Jean-Marc Defrémont, opposant EELV. La répartition est favorable aux intérêts des constructeurs mais pas à la cohérence du quartier. »

RÉFÉRENCE
DEGRADI Laurent, « Savigny-sur-Orge : un plan d’action pour redynamiser le centre-ville », Le Parisien, Édition Essonne, 5 juillet 2018, p. IV.

http://portes-essonne-environnement.fr
ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2018

Savigny-sur-Orge. Vente de la colonie de vacances de La Tranche-sur-Mer (Vendée) pour 385 000 €

C’est pour une somme de 385 000 € qu’un acheteur a enfin acquit les 2,4 hectares et les 2 589 m2 construits de la colonie de vacances La Savinière, à La Tranche-sur-Mer  (Vendée), que possédait la commune de Savigny-sur-Orge (Essonne). La vente aux enchères à la bougie, le 26 juin 2018 à la Chambre des notaires de Paris, 12 avenue Victoria, dans le 11e arrondissement, a été laborieuse puisqu’on se souvient qu’une première vente aux enchères s’était déroulée le 22 novembre 2017. La mise à prix était alors de 408 000 €. Aucun acheteur ne s’était présenté.

Vente par la commune de Savigny-sur-Orge de la colonie de vacances de La Tranche-sur-Mer (Vendée). Extrait de «Vente aux enchères immobilières des Notaires», n°410, Séances des 26 juin et 3 juillet 2018, édité par la Chambre des notaires de Paris, p. 7.


Ce dernier épisode clos un bien triste dossier et amène à s’interroger sur la valeur réelle des biens immobiliers des communes. D’abord estimée à plus de 1 000 000 €, puis à 500 000 €, ce n’est qu’à la somme de 385 000 € qu’un acheteur a été trouvé.

Cela met le m2 construit à 148 €, ce qui n’est pas cher ! Il y a en effet 2 589 m2 construits. D’autant plus que ce prix intègre un terrain de 2,4 hectares, dont une partie boisée ! Ces questions d’estimation des biens communaux font rêver les élus, les fonctionnaires territoriaux, et les consultants des collectivités locales : ils ont une tendance naturelle à surestimer leur valeur, sans tenir compte de la réalité du marché immobilier.

Ce qui n’est pas cher dans la mesure où pour 385 000 €, on peut difficilement acheter deux pavillons avec jardin dans la plupart des quartiers de la commune de Savigny-sur-Orge en 2018.

Il est à noter que la ville de Savigny-sur-Orge n’encaissera pas la somme exacte de 385 000 €, divers frais venant les diminuer…

Le temps des joyeuses colonies de vacances est révolu.


ARTICLES EN LIGNE SUR http://portes-essonne-environnement.fr

LÉGENDE DES ILLUSTRATIONS
Vente par la commune de Savigny-sur-Orge de la colonie de vacances de La Tranche-sur-Mer (Vendée). Extrait de «Vente aux enchères immobilières des Notaires», n°410, Séances des 26 juin et 3 juillet 2018, édité par la Chambre des notaires de Paris, p. 7.

© Bernard MÉRIGOT, le 29 juin 2018, 21 heures.

http://portes-essonne-environnement.fr
ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2018