Archives de catégorie : Voeux

Voeux 2018. Dans un monde globalisé, l’espoir d’un monde meilleur doit demeurer (Markus S. Schulz)

Le média numérique Portes de l’Essonne Environnement (ISSN 2495-1161), publié sur le site http://portes-essonne-environnement.fr, est supporté par une structure associative et contributive, Porte de l’Essonne Environnement (PEE). Son Conseil d’orientation adresse ses remerciements à l’intention de tous ses lecteurs et de toutes ses lectrices qui suivent ses publications depuis la création du site en 2014. En ce mois de janvier 2018, il leur adresse ses voeux les plus sincères.


Quels sont les avenirs que nous voulons pour 2018 et pour les années suivantes ?

Nous ne nous satisfaisons pas de la contrainte exercée par l’actualité qui impose l’immédiateté au détriment des réflexions de fond. Pas plus que nous ne nous satisfaisons des réseaux sociaux qui créent une société dont le quotidien consiste – en boucle – à commenter des commentaires, et à s’indigner de toute pensée dès qu’elle s’écarte de l’opinion dominante.

Quant-à ce qui est qualifié communément par le terme de « débat », il s’agit le plus souvent, non pas d’une pesée véritable de faits et d’arguments (Je suis pour / Je suis contre), mais d’une réfutation d’opinions finalement banales (C’est vrai ? / C’est faux ?), sans aucun recours à des idées provenant de recherches, pertinentes et novatrices provenant de l’extérieur.

Nous pensons à d’autres avenirs. Pour en dessiner les contours nous nous inspirerons ici des travaux du sociologue américain Markus S. SCHULZ, vice président de l’Association internationale de Sociologie. Ils sont intéressants parce qu’ils proviennent de la communauté universitaire des sociologues du monde entier à qui portent un regard :

  • sur l’état et sur l’évolution de nos sociétés,
  • sur l’état de la recherche universitaire portant sur nos sociétés.

Nous en avons besoin, parce que ces regards diffèrent de nos propres idées.

La réflexion de Markus S. SCHULZ, construite à partir des études menées par les sociologues concernant The Futures We Want, part le rappel que nous vivons dans un monde globalisé. Et que celui-ci possède, à partir des enquêtes menées, trois caractéristiques

  • des injustices persistantes,
  • des conflits endémiques,
  • une destruction de l’environnement naturel.

On ne peut en aucun cas se satisfaire du monde mondialisé présent dans lequel nous vivons. Il faut le faire évoluer dans les faits, par des actes. A nous de le faire également évoluer par nos idées, par nos recherches, par nos enquêtes, celles qui construisent une intelligence des territoires.

Toutes les feuilles doivent-elles toujours partir d'un centre commun en rayonnant autour ?. D'autres conception d'organisation existent. © Photographie CAD/BM pour PEE, 2017

Doit-on prendre toujours, comme unique modèle, celui des feuilles qui partent toutes d’un centre commun en rayonnant autour ? Où bien doit-on prendre en compte un autre type d’organisation comme celui du rhizome ? © Photographie CAD/BM pour PEE, 2017.

DANS UN MONDE GLOBALISÉ…

« Dans un monde globalisé marqué par les injustices persistantes, les conflits endémiques, et la destruction de l’environnement. Pourtant persiste l’espoir d’un monde meilleur. (…)

L’augmentation des incertitudes exige d’innover tant sur les plans méthodique, théorique, pratique.(…)

Partout dans le monde, des mouvements de protestation s’élèvent contre les inégalités, l’oppression et la destruction des ressources naturelles. Ils affirment qu’un autre monde, est possible.(…)

L’avenir n’apparaît plus comme prédéterminé par des évolutions inéluctables mais comme le résultat incertain de dynamiques complexes, multiscalaires, et à l’origine de controverses dont l’intensité est variable. (…)

Les acteurs sociaux poursuivent, souhaitent, envisagent, anticipent, craignent, imaginent, prévoient, projettent, rejettent, défendent et combattent pour des avenirs possibles. » (1)

Markus S. SCHULZ

RÉFÉRENCES

1. SCHULZ Markus S., « The Futures We Want. Global Sociology and the Struggles for a Better World », 3e ISA Forum of Sociology, July 10-14, 2016, Vienna (Austria).

SCHULZ Markus S., « La crise et la politique des avenirs » in CONSTANTOPOULOU Christiane, Les récits de la crise. Mythes et réalité de la société contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2017.

Markus S. SCHULZ est  professeur de sociologie. Il a enseigné à l’université de New York, et à l’université de l’Illinois. Il a effectué un séjour à la Maison des sciences de l’Homme (MSH) à Paris en 2017.
Il est vice-président de l’Association internationale de Sociologie (International Sociological Association / ISA). Cette association sans but lucratif a pour objet de représenter les sociologues du monde entier, sans considération de leurs approches disciplinaires ou leurs idéologies. Elle vise à faciliter la recherche sociologique et à en augmenter sa visibilité internationale. Créée sous les auspice de l’UNESCO en 1949, elle est membre du Conseil international des Sciences sociales, et possède un statut d’organisation non gouvernementale (ONG) auprès du Conseil économique et social des Nations Unies.

© Sylvie MONNIOTTE-MÉRIGOT pour le conseil d’orientation de PEE, 17 janvier 2018, 16 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2018
http://portes-essonne-environnement.fr

MGP. Cérémonie des vœux de la Métropole du Grand Paris

Le président Patrick OLLIER, et les membres du bureau de la supra-collectivité territoriale parisienne, ont convié les médias à la cérémonie des vœux de la Métropole du Grand Paris le lundi 23 janvier 2017, au siège. (1)

Carte de vœux de la MGP pour l’année 2017. Service de communication de la MGP.

L’association média PEE y sera donc représentée par Bernard MÉRIGOT, membre du conseil d’orientation.

RÉFÉRENCE
1. Service de communication de la MGP, courriel d’invitation en date du 18 janvier 2017.

© Sylvie MONNIOTTE-MÉRIGOT, 22 janvier 2017, 19 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017.

2014, 2015, 2016, 2017… Le mot du président

Comment nous appelons-nous ?

Il y a an, le titre de nos vœux 2016 était Demain la fête ? Une année de plus d’existence pour notre association Portes de l’Essonne Environnement, créée en 2014. Si nous nous étions « amusés » à courir après les changements de dénomination, elle pourrait s’appeler Grand Orly Seine Bièvre Environnement, puisque l’ancien établissement public territorial (EPT 12) « Grand Orly Val-de-Bièvre Seine-Amont » a décidé le 26 septembre 2016 de s’appeler « Grand Orly Seine Bièvre », ce qui ne change pas grand chose, sinon que deux mots ont été retirés (« Val-de » et « Amont », et que « Seine » a pris la place de « Bièvre »).

En ce qui nous concerne, nous persistons : Portes de l’Essonne Environnement nous sommes, Portes de l’Essonne Environnement nous demeurons.


Le territoire auquel nous appartenons

Créée le 1er janvier 2016, la Métropole du Grand Paris, vient de terminer sa première année d’existence. Cette structure gigantesque (131 communes, 6 999 077 habitants – population légale 2014 –  entrée en vigueur le 1er janvier 2017) semble lointaine à beaucoup d’entre nous. C’est la plus grande des poupées gigognes territoriales auxquelles nous appartenons. L’établissement public territorial Grand Orly Seine Bièvre Environnement (24 communes, 686 407 habitants – population légale 2014 – entrée en vigueur le 1er janvier 2017) en fait partie.

Qu’en retenir ? Les grands chantiers comme le nouveau réseau du Grand Paris Express avance mais à une allure de sénateur. Pour le reste, les assemblées territoriales métropolitaines mettent en lumière des élus (qui rappelons-le n’ont pas été désignés au suffrage direct, mais désignés par les conseils municipaux, ce qui explique que les citoyens ne les connaissent pas) et une administration déconnectée de la réalité. Notre jugement est hâtif et injuste, nous diriez-vous ? Que l’on nous apporte la moindre preuve de la présence d’associations de citoyens dans les processus décisionnels que l’on appelle plus communément la démocratie participative. Ah si, nous avons été consultés, à partir d’une liste fermée, sur le choix de la dénomination du territoire métropolitain n°12. Ce qui est hautement passionnant !

Autrement, la Métropole du Grand Paris a inauguré son nouveau siège dans le 13ème arrondissement de Paris. Cela occupera de nouveaux fonctionnaires territoriaux à de nouvelles missions dont la première sera de justifier l’existence de cette nouvelle strate territoriale à laquelle ils appartiennent. Les périmètres d’intervention font doublon avec ceux d’autres organisations territoriales adjacentes comme celles du conseil régional d‘Île-de-France et les conseils départementaux qui la constitue.


fumees-cheminee

Pollution de l’air par les usines franciliennes. © Photographie, BM/CAD pour PEE, 2016.

L’air que nous respirons.

A la suite de la COP 21, et des promesses qui ont été faites, l’année 2016 a été marquée par une série significative de mesures anti-automobiles qui ciblent dans le même temps les deux-roues motorisés. Interrogé à ce sujet, Airparif a été ou n’a pas été en mesure de justifier les décisions prises. Un peu de bon sens aurait pourtant éclairé les décideurs de la mairie de Paris en quête de « coups » de communications. Les véhicules anciens sont largement minoritaires et ne circulent encore qu’occasionnellement parce qu’ils sont bien entretenus. Pendant ce temps, les transports en commun échouent dans leur modernisation notamment en étant plus efficients. On ne peut donc espérer un report modal massif dans cette direction. Nous assistons à une régression inédite de la mobilité, où les générations antérieures se déplaçaient plus vite que les générations actuelles ! C’est une première dans l’histoire de l’humanité.


Les transports que nous utilisons.

Il faut d’abord se poser la question des causes de cette mobilité. Serait-ce à des fins « futiles » de loisirs ou de détente (au prix actuels des carburants !) ou bien, autre hypothèse jamais envisagée, serait-ce l’hyper spécialisation croissante des métiers qui obligeraient les populations à se déplacer quotidiennement de plus en plus loin du domicile parce qu’il n’existe pas assez d’opportunités d’emplois spécialisés à proximité ?

Nous ne contestons par l’existence des pics de pollution mais, mais il nous semble que cibler spécifiquement l’usage de certaines catégories de véhicules par leur âge (auto-moto) et interdire les feux de cheminée des particuliers sont des mesures peu ou pas efficaces alors que d’autres hypothèses de pollutions urbaines semblent bien curieusement écartées.

Il en est ainsi de la pollution des centrales au charbon allemandes et de la pollution des avions. On ne peut pas reprocher aux Allemands d’avoir pris leurs distances avec la production d’électricité nucléaire vu les catastrophes irréversibles que cela peut engendrer, mais leur transition énergétique vers le charbon a créé un nuage de pollution qui se moque bien des frontières et dont ils nous font profiter.


avions-trainees

Parmi les innombrables nuisances aériennes, la pollution visuelle. © Photographie, BM/CAD pour PEE, 2016.

Les nuisances aériennes que nous subissons.

Concernant le développement débridé, et sans complexe, du transport aérien (une nouvelle aérogare est en cours de construction à Orly), en dehors de quelques associations de lutte contre les nuisances aériennes, il y a un silence total concernant la pollution chimique des plates-formes aéroportuaires de Roissy et d’Orly. Discret, lorsqu’il est question de pollutions chimiques à l’oxyde d’azote et aux particules fines, le monde du transport aérien se manifeste l’été venu pas ses nuisances sonores alors que nous pourrions vivre quelques moments de détente sur nos balcons, dans nos jardins ou dans les espaces publics. L’été 2016 a été un interminable cauchemar de 8 semaines qui se renouvellera à coup sûr en 2017, 2018 et 2019 conformément au calendrier des travaux publié par Aéroports de Paris.


Ce que nous consommons.

Nous l’écrivions déjà dans notre éditorial en janvier 2016 : « Demain la fête ? ». La COP 21 fut fortement médiatisée, mais ses conséquences se sont apparentées davantage à une l’écologie punitive qu’à une véritable révolution de société, voulue et acceptée par tous.

« Demain », c’est aussi le titre du documentaire de deux heures de Cyril DION et Mélanie LAURENT diffusé dans les salles de cinéma depuis décembre 2015. Parmi les solutions abordées, nous constatons que le fil conducteur repose pour beaucoup sur la réappropriation de la production et des échanges locaux. Une réappropriation qui passe aussi par la mise en valeur des savoir-faire locaux, non pas à des fins « folkloriques », mais tout simplement parce qu’elle constitue la solution la moins coûteuse. La production de grande masse en quelques points de la planète semble très séduisante sur le plan de la productivité, mais les coûts logistiques sont trop sous-évalués, ne serait-ce que par l’épuisement des ressources naturelles qu’il occasionne. N’oublions pas que tous les cargos de transport maritime emploient du fuel lourd, énergie fossile.


La population qui habite le monde.

On peut regretter que ce documentaire, comme d’autres documentaires, n’ose pas aborder la question de la démographie. La Terre comptait 1,66 milliards d’habitants en 1900, 6 milliards en 2000, et compte actuellement 7,4 milliards. La question est taboue car l’aborder signifie des arbitrages en faveur ou en défaveur de différentes populations. Il est illusoire de croire qu’il n’existe pas de compétition entre les populations : les guerres et les famines passées attestent du contraire.

Certaines populations ont-elles, consciemment ou pas, envie d’être la plus nombreuse dans l’espoir de déborder sur son voisin ? L’hypothèse est bien pessimiste et dérangeante mais elle n’est pas absurde. Concernant nos sociétés occidentales, la fuite en avant serait plutôt justifiée par la recherche d’une population jeune qui viendrait soutenir un niveau de vie acceptable pour ses anciens. Notons que cette croissance démographique amène à construire dans des zones à risques, les populations habitantes à proximité des cours d’eau d’Ile-de-France l’ont appris à leurs dépens au début du mois de juin dernier.

En 120 ans, nous sommes 4,5 fois plus nombreux à nous partager la même planète avec des ressources que l’on sait incontestablement limitées. Refuser d’aborder la question ne nous empêchera pas d’entrer dans le mur. Il serait raisonnable d’y penser dès à présent.


L’année 2017 que nous vivrons.

C’est le rendez-vous quinquennal où l’Assemblée Nationale et la présidence de la République seront renouvelées. Parmi les candidats et les partis en lice susceptibles d’accéder au pouvoir, aucun n’a su mener jusqu’à maintenant une politique ambitieuse, réaliste et concrète, permettant aux citoyens d’être réellement associés aux questions de société et de l’environnement. Seuls dominent, au dessus de la mêlée politique, dans l’Olympe de la mondialisation, les dieux de l’« économie » et celui de la « consommation ».

Le choix dans l’isoloir s’annonce difficile, très difficile … très difficile …

© Jean-Marie CORBIN, président de PEE, 8 janvier 2017.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017.

Vœux de PEE pour l’année 2017

pee-voeux-2017Le conseil d’orientation de Portes de l’Essonne Environnement vous adresse ses meilleurs vœux pour l’année 2017.

RÉFÉRENCE
© Crédit photographique SMM pour PEE, Aube brumeuse, 2016.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017.