Archives de catégorie : Aéroport de Paris (Groupe ADP)

Aéroport d’Orly. Nouvelles nuisances en perspective, les riverains se mobilisent

Une nouvelle tranche de travaux de réfection des pistes de l’aéroport d’Orly durant l’été 2019 (du 22 juillet au 18 novembre) est annoncée. Elle aura pour conséquence le détournement des avions. De ce fait, de nouvelles zones seront survolées à basse altitude, ce qui créera de nouvelles nuisances pour les habitants survolés. Comme disent les médias, « les riverains se mobilisent ».

Fermeture de la piste 3 (08/26) du 29 juillet au 1er décembre 2019, extrait de « Travaux Orly Piste 3 (08/26) » édité par le ministère de la Transition écologique et solidaire, Direction générale de l’aviation civile, FABEC, SESAR, p. 2.


Mobilisations citoyennes

Il faut qu’une situation se dégrade, ou bien que l’on annonce qu’elle se dégradera, pour que des mobilisations citoyennes se manifestent. Ce principe se vérifie dans tous les domaines, notamment dans celui des relations que les institutions en place entretiennent avec les habitants.

  • D’un côté, le pouvoir et ses représentants (1) essaient de « faire passer » (au nom du progrès, de modernisation, d’amélioration de la sécurité…) des actions qui ont pour conséquence de détériorer des conditions de vie existantes.
  • D’un autre côté, des riverains et leurs associations qui dénoncent ces atteintes. Les uns et les autres sont confrontés à une notion à la fois réelle et fuyante,  celle du seuil de tolérance, dans le cas des nuisances aériennes, vis-à-vis du bruit et de la pollution de l’atmosphère (combustion du kérosène, émission de poussières fines…).

Comment définir l’optimum de tranquillité, de qualité de vie et de limitation des pollutions pour les habitants d’un territoire ? Peut-être comme un état précaire et passager dont le souci est simple : pas d’augmentation des gènes existantes, le moins de nuisances possibles, le plus de réduction des nuisances actuelles.

L’association de Défense des riverains de l’Aéroport de Paris-Orly (DRAPO) a tenu une réunion à Savigny-sur-Orge le vendredi 1er février 2019. Son président Gérard BOUTHIER, maire-adjoint de Yerres (Essonne), a rappelé que « les vols de nuit ont progressé de 2% entre 2014 et 2016, les gros porteurs étant les avions les plus bruyants. L’été dernier, il y a eu jusqu’à un survol toutes les seize minutes ». L’association a été créée en 2001 sous le nom de AVEVY. Son action s’étend sur les 1 900 000 habitants qui vivent dans les 251 communes du Sud Essonne survolées par les avions desservant l’aéroport d’Orly. Elle organise un rassemblement de protestation ce samedi 16 février à l’aéroport à 10 heures.


RÉFÉRENCES DE L’ARTICLE
1. Quels sont les représentants des pouvoirs ? Il est étonnant de constater que les documents publics concernant les nuisances produites sur les riverains par les travaux d’aménagement n’émanent pas d’une autorité, mais d’une pluralité d’autorités responsables :

  • Ministère de la Transition écologique et solidaire
  • Direction générale de l’aviation civile (DGAC)
  • Functional Airspace Block Europe Central (FABEC)
  • Single European Sky ATM Research (SESAR)
  • Groupe ADP/Aéroport de Paris

On peut considérer que la complexité des dossiers traités peut servir de justification à une pluralité d’autorités. En revanche, on doit également prendre en compte le jeu de renvoi que chaque autorité pratique à l’égard des autres : « Ce n’est pas moi, c’est l’autre ». L’espace aérien français appartient de plus en plus à des instances européennes et mondiales (Functional Airspace Block Europe Central, Single European Sky ATM Research). Cela ne saurait en rien excuser que l’habitant ou le riverain des zones survolées se voit imposer des nuisances : il veut savoir ce qui se passe au-dessus de son appartement, de sa maison, de son jardin, de son école, de son entreprise…


LÉGENDE DES ILLUSTRATIONS
Fermeture de la piste 3 (08/26) du 29 juillet au 1er décembre 2019, extrait de « Travaux Orly Piste 3 (08/26) » édité par le ministère de la Transition écologique et solidaire, Direction générale de l’aviation civile, FABEC, SESAR, p. 2.


DOCUMENT

NUISANCES AÉRIENNES AUTOUR D’ORLY
L’INQUIÉTUDE DES RIVERAINS

DRAPO, l’association de Défense des riverains de l’Aéroport de Paris-Orly, est un réseau qui défend les riverains de l’aéroport d’Orly, va mener des actions face à l’accroissement des nuisances faites aux riverains.

Face aux nuisances aériennes autour de la plateforme d’Orly, ils ont décidé de hausser le ton. Les membres du réseau DRAPO, qui défendent les riverains de l’aéroport, comptent bien faire parler d’eux ces prochains jours. Inquiet de la probable privatisation du groupe ADP, ce collectif appelle à un rassemblement de protestation le 16 février à l’aéroport d’Orly.

Ce vendredi 1er février 2019 à Savigny-sur-Orge (Essonne), Gérard BOUTHIER, président de DRAPO, entouré d’élus de communes de l’Essonne, du Val-de-Marne, de Seine-et-Marne, et d’associations environnementales, a rappelé les derniers développements dans ce dossier des nuisances aériennes qui impactent près de deux millions d’habitants autour d’Orly.

Avec le passage d’ADP sous giron privé, les défenseurs des riverains, tout comme certains élus, craignent que des verrous sautent. « Le couvre-feu sera-t-il préservé ? Y aura-t-il des travaux d’extension des pistes ? », questionne ainsi Eric MEHLHORN, maire (LR) de Savigny-sur-Orge. Pour DRAPO, c’est bel et bien la question des pollutions qui est au coeur du débat. Pollution sonore bien sûr mais aussi celle de la qualité de l’air, moins souvent évoquée dans ce débat sur les nuisances aériennes.

« Une étude d’AirParif révèle que les émissions d’oxydes d’azote de la plateforme d’Orly sont équivalentes à celle du périphérique parisien », rappelle Gérard BOUTHIER. « La qualité de l’air autour des aéroports est également dégradée par une présence très supérieure à la normale de particules ultra-fines », ajoute le responsable associatif. « Il y a une vraie communication à mettre en place auprès des habitants qui n’ont pas toujours conscience du lien entre l’activité des aéroports et la pollution de l’air », reconnaît de son côté Michel Papin, le maire (LR) de Lésigny.

De 27 millions à 33 millions de voyageurs

L’extension prochaine de l’aéroport du sud francilien et le passage en 4 ans de 27 millions à 33 millions de voyageurs sont un autre sujet de préoccupation. « Le bruit est un problème de santé publique qui trouble le sommeil et favorise le stress, rappelle DRAPO. Or, les vols de nuit ont progressé de 21, 8 % entre 2014 et 2016. Les gros porteurs sont les plus bruyants. Leur nombre a augmenté de 13% en dix ans. Un record a été battu l’été dernier avec un vol de ces gros avions toutes les 16 minutes. »

Si ADP admet que certaines compagnies aériennes passent volontiers à des appareils de plus forte capacité, elle met aussi en avant la modernisation des flottes : « L’A 320 Néo qui est moins bruyant et consomme moins fait son apparition, avance le groupe. Par ailleurs, le développement d’Orly comme des autres plateformes est très encadré. Nous faisons en sorte de nous montrer exemplaires avec une croissance maîtrisée des aéroports qui restent facteurs de richesses pour les territoires et d’emplois pour les habitants. »

RÉFÉRENCES DU DOCUMENT
« Nuisances aériennes autour d’Orly : l’inquiétude des riverains », Le Parisien, (Édition numérique), 2 février 2019. Article de Laurent DEGARDI.
http://www.leparisien.fr/essonne-91/nuisances-aeriennes-autour-d-orly-l-inquietude-des-riverains-02-02-2019-8002563.php
Voir aussi :
« Les riverains d’Orly haussent le ton », Le Parisien (Édition papier du quotidien), 3 février 2019. Article de Laurent DEGRADI.

© Marie LAPEIGNE, article mis en ligne le 16 février 2019, 8 heures.

Portes de l’Essonne Environnement
http://portes-essonne-environnement.fr
Média numérique
ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2019

Grand Orly Seine Bièvre s’installe à Orly : nouveau siège social, nouvelles attentes

L’établissement public territorial (EPT) Grand Orly Seine Bièvre (GOSB) est une structure qui s’étend sur 24 communes du Val-de-Marne et de l’Essonne et totalise 700 000 habitants.  Son président Michel LEPRÊTRE a inauguré le 14 décembre 2018 son nouveau siège social situé à Orly. Une occasion pour lui de faire le point sur l’action qu’il mène en tant que président depuis 2016. Une occasion aussi de réfléchir aux attentes citoyennes à l’égard de cette institution.

Michel LEPRÊTRE, président de Grand Orly Seine Bièvres (GOSB) le vendredi 14 décembre 2018 lors de son discours à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège de l’établissement public territorial dans l’immeuble Askia, 11 avenue Henri Farman à Orly. © Photographie Bernard Mérigot/CAD pour PEE.


360 fonctionnaires sur 1 600. Comme Michel LEPRÊTRE l’a indiqué dans son allocution, le GOSB emploie 1 600 fonctionnaires territoriaux et environ 75 % d’entre eux (soit 1 200 fonctionnaires) sont employés dans les communes adhérentes où ils occupent des fonctions dans les équipements sportifs et culturels. En ce qui concerne le siège social, il regroupe désormais 360 fonctionnaires qui se partagent 360 bureaux distincts (178 bureaux au premier étage et 279 bureaux au second étage), auxquels s’ajoutent un certain nombre de locaux fonctionnels (salles de réunion, services communs, etc.).


Une communauté de travail. Dans son allocution, Michel LEPRÊTRE a précisé que cet emménagement constituait « un changement qui va contribuer à modifier le rôle de chacune et chacun, au service de notre intercommunalité ». D’abord en interne : « nous pouvons nous féliciter de ce qui est en train de se passer dans nos services : on se voit, on se côtoie, on se croise, on se parle ». Ensuite, vis-à-vis de l’extérieur. Car pour lui « c’est dans les communes que se conçoivent et se dessinent les projets, les ambitions devenant communes au sein de l’intercommunalité… ». La répétition des mots « commune » et « commun » n’est pas anodine. Elle exprime ce qui constitue la raison d’être d’une intercommunalité créée en 2016 : être partagée en 24 parties distinctes, et être rassemblée en un tout. Comment vivre en étant à la fois séparés et réunis ? Étrange paradoxe. Qu’est-ce qui donne de la différence ? Qu’est-ce qui donne de ressemblance ?


Faire du commun ou ne pas faire de commun : il s’agit d’une lourde tâche pour une institution récente (janvier 2016- décembre 2018 : soit moins de trois années). Elle est aujourd’hui incomplètement identifiée par les habitants qui vivent sur son territoire. Comme le précise Michel LEPRÊTRE, c’est « un processus qu’il nous faut améliorer tous les jours ». Faire du commun dans chacune des communes, qui soit reconnu comme commun par les citoyens, est une mission d’autant plus complexe qu’en ces mois de novembre et de décembre 2018, les « gilets jaunes » manifestent précisément leur méfiance à l’égard des structures imposées par les appareils administratifs ou politiques, et à l’égard des nouveaux impôts que celles-ci génèrent. Autant dire que tout constat d’échec remet en cause de facto la légitimité de l’institution.

Michel LEPRÊTRE résume en trois impératifs ce qui constitue la « feuille de route » de Grand Orly Seine Bièvre :

  • « utiliser nos atouts,
  • profiter de la diversité urbaine,
  • veiller aux intérêts des habitants. »

Il la décline en trois actions :

  • « faire en sorte que l’on puisse se loger dans la métropole sans devoir sans cesse s’exiler toujours plus loin,
  • pouvoir se déplacer sans obstacles et de manière fluide,
  • travailler sans devoir traverser la métropole d’est en ouest, ou du nord au sud,
  • vivre la ville positivement, en bénéficiant d’innovation qui soient au service de l’humain ».

Patio intérieur du nouveau siège de Grand Orly Seine Bièvres dans l’immeuble Askia, 11 avenue Henri Farman, à Orly, inauguré le 14 décembre 2018. © Photographie Bernard Mérigot/CAD pour PEE, 2018.


Maintenir et développer l’emploi. En 2018, les 24 communes de Grand Orly Seine Bièvre (GOSB) totalisent en 700 000 habitants et 285 000 emplois, soit un emploi pour 2,4 habitants. Ils sont, bien évidemment, très inégalement répartis. Qui s’en soucie ? Comment les conserver ? Comment les développer ? Une question urgente à l’heure des effets pernicieux de l’économie mondialisée.

Michel LEPRÊTRE a rappelé la tenue le jeudi 20 décembre 2018 des 2e Assises du développement économique organisées par le GOSB. « Nous portons une stratégie. Nous avons un rôle fédérateur, un rôle facilitateur. Tout ne dépend pas de nous, bien sûr. Mais nous avons une responsabilité : réunir les acteurs, favoriser les réseaux. Pour que les acteurs économiques trouvent dans le territoire les conditions d’un développement utile. » Cette utilité doit être triple : utile à l’activité innovante, utile à la formation, utile à la production de valeur ajoutée. Et donc utile à l’emploi pour les habitants. Car aujourd’hui, de plus en plus, la richesse d’un territoire se mesure à la proximité existant entre le lieu d’habitation et le lieu de travail.

Le Bureau de Michel LEPRÊTRE, président de l’établissement public territorial (RPT) Grand Orly Seine Bièvres dans le nouveau siège social de l’immeuble Askia, 11 avenue Henri Farman, à Orly. Situé au 2e étage, il porte le n° 254. © Photographie Bernard Mérigot/CAD pour PEE.


L’aéroport d’Orly : ouverture et nuisances. « A quelques centaines de mètres d’ici, des avions venant du monde entier atterrissent à l’aéroport d’Orly. Ils se posent à la fois dans le Grand Paris et sur le territoire du Grand-Orly Seine Bièvre » a remarqué le président Michel LEPRETRE, tout en soulignant que « toute l’attention nécessaire doit être portée aux nuisances provoquées auprès des habitants par cette activité ».

Le nouveau siège de l’établissement public territorial (EPT) Grand Orly Seine Bièvres (GOSB) dans l’immeuble Askia, 11 rue Henri Farman Orly vu depuis la station du Tramway T7 Aéroport d’Orly. L’inauguration a eu lieu le 14 décembre 2018. © Photographie Bernard Mérigot/CAD pour PEE.

L’un des problèmes majeurs des intercommunalités, et en particulier des 12 établissements publics territoriaux (EPT) membres de la Métropole du Grand Paris est qu’ils demeurent encore ignorés des citoyens des communes. Un petit nombre d’habitants assiste aux séances publiques des conseils municipaux de leur communes. Certaines communes effectuent même leur captation vidéo qu’elles diffusent en direct par Internet. Mais qui assiste aux séances publiques des conseils territoriaux ?


La visibilité institutionnelle de Grand Orly Seine Bièvre, et l’accessibilité  aux bureaux de son état-major, situé au centre de son territoire d’intervention, est désormais assurée. Il lui reste à gagner en visibilité citoyenne pour ses habitants.

Les 24 communes de l’établissement public territorial Grand Orly Seine Bièvre (GOSB). Carte extraite du dossier « Territoire productif et innovant. Agir pour le développement économique », 2018.


RÉFÉRENCES

  • GRAND ORLY SEINE BIÈVRE (GOSB), Immeuble Askia, 11 avenue Henri Farman, BP 748 94398 ORLY AÉROGARE CEDEX. HTTP://grandorlyseinebievre.fr
  • GRAND ORLY SEINE BIÈVRE (GOSB), Guide de l’emménagement, (2018), 28 p.
  • GRAND ORLY SEINE BIÈVRE (GOSB), Territoire productif et innovant. Agir pour le développement économique (Dossier de six fiches recto verso, 2018), 6 p.
    1.Porter et animer une stratégie économique pour un territoire productif et innovant.
    2.Concrétiser le fort potentiel de développement et d’innovation d’un territoire en mutation.
    3.Stimuler et favoriser l’innovation.
    4.Offrir des services et un accompagnement renforcé et coordonné avec les partenaires à destination de porteurs de projets et d’entreprises.
    5.Agir pour l’emploi et la formation des habitants, favoriser les retombées locales du développement économique du territoire.
    6.Soutenir une économie inclusive et solidaire pour un territoire durable.
  • GRAND ORLY SEINE BIÈVRE (GOSB), Manifeste pour un territoire industriel et productif, juin 2018, 4 p.

LÉGENDE DES ILLUSTRATIONS

  • Michel LEPRÊTRE, président de Grand Orly Seine Bièvres (GOSB) le vendredi 14 décembre 2018 lors de son discours à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège de l’établissement public territorial dans l’immeuble Askia, 11 avenue Henri Farman à Orly. © Photographie Bernard Mérigot/CAD pour PEE.
  • Patio intérieur du nouveau siège de Grand Orly Seine Bièvres dans l’immeuble Askia, 11 avenue Henri Farman, à Orly, inauguré le 14 décembre 2018. © Photographie Bernard Mérigot/CAD pour PEE, 2018.
  • Le Bureau de Michel LEPRÊTRE, président de l’établissement public territorial (RPT) Grand Orly Seine Bièvres dans le nouveau siège social de l’immeuble Askia, 11 avenue Henri Farman, à Orly. © Photographie Bernard Mérigot/CAD pour PEE.
  • Le nouveau siège de l’établissement public territorial (EPT) Grand Orly Seine Bièvres (GOSB) dans l’immeuble Askia, 11 rue Henri Farman Orly, vu depuis la station du Tramway T7 Aéroport d’Orly. L’inauguration a eu lieu le 14 décembre 2018. © Photographie Bernard Mérigot/CAD pour PEE.
  • Les 24 communes de l’établissement public territorial Grand Orly Seine Bièvre (GOSB). Carte extraite du dossier « Territoire productif et innovant. Agir pour le développement économique », 2018.

DOCUMENT

ÉTABLISSEMENT PUBLIC TERRITORIAL (EPT)
GRAND ORLY SEINE BIÈVRE (GOSB)
7 CONVICTIONS, 7 ENGAGEMENTS

•   Construire un territoire productif et innovant : 7 convictions

1. Développer un territoire mixte et résilient.
2. Transformer les contraintes urbaines et environnementales en leviers d’actions.
3. Apporter une meilleure visibilité aux métiers industriels et aux formations correspondantes.
4. Construire une économie diversifiée.
5. Être un territoire produisant de la valeur.
6. Être un territoire conservant ses entreprises.
7. Être un territoire qui agit et met en réseau les acteurs.


•   Mettre en œuvre des solutions concrètes à la hauteur des enjeux métropolitains et régionaux :
7 engagements

1. Se mobiliser pour proposer du foncier économique en milieu urbain dense et à proximité de pôles de transports.
2. Se mobiliser pour favoriser l’activité productive dans les programmations d’aménagement.
3. Se mobiliser pour la mise en œuvre d’outils favorisant la production d’immobilier productif à loyer modéré.
4. Se mobiliser pour favoriser le partenariat public-privé innovant et co-construit.
5. Se mobiliser pour faciliter l’expérimentation dans l’intégration d’activités productives.
6. Se mobiliser pour apporter une réponse aux besoins des entreprises souhaitant se maintenir en zone urbaine dense.
7. Se mobiliser en faveur de la formation.

RÉFÉRENCE
GRAND ORLY SEINE BIÈVRE (GOSB), Manifeste pour un territoire industriel et productif, juin 2018, 4 p.


© Sylvie MÉRIGOT-MONNIOTTE et Bernard MÉRIGOT, article mis en ligne le 20 décembre 2018, 07 heures.

Portes de l’Essonne Environnement
http://portes-essonne-environnement.fr
Média numérique ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2018

 

Aéroports de Paris. Hausse de 3,6 % sur un an du trafic passagers des aéroports parisiens

Une dépêche toute fraiche de l’AFP qui ne réjouira pas les riverains d’Orly et de Roissy. Les deux aéroports de Paris se portent très bien et ne sont pas près de faire faillite. Quand on réalise le poids financier du groupe, restons lucide et intégrons que l’avis des riverains que nous sommes, ne pèse pas lourd dans la balance. À charge pour nous de rester mobilisés …

© Jean-Marie CORBIN, le 14 novembre 2017, 21 h 20.


Paris (AFP) – Le trafic passager des aéroports parisiens a bondi en octobre de 3,6% sur le même mois de 2016, tiré par le trafic hors Europe (« 5,8%), a annoncé mardi leur gestionnaire Groupe ADP, Orly et Roissy-Charles-de-Gaulle affichant ainsi « 4,6% et 86,2 millions de passagers depuis le 1er janvier.

En octobre, le trafic avec la zone Moyen-Orient s’est envolé de 14,7%, suivi par la zone Amérique du Nord (« 7,4%), la zone Afrique (« 6,4%) et les DOM-COM (+4%).

Le trafic avec la zone Asie-Pacifique n’a progressé que de 1%, et celui concernant la zone Amérique du Sud a reculé de 3,7%.

Le trafic Europe était en hausse de 3,1%, mais le trafic France était en légère décroissance (-0,2%).

En octobre, le nombre de passagers en correspondance sur les deux plateformes parisiennes a augmenté de 2,7%, et le taux de correspondance a baissé de 0,4 point, à 22,5%.

Le trafic du groupe turc TAV Airports, dont le Groupe ADP détient 46,1% du capital, est en hausse de 12% en octobre et de 8,2% depuis le début de l’année.

A l’aéroport de Santiago du Chili, dont le Groupe ADP détient 45% du capital, le trafic est en hausse de 12% en octobre et de 8,2% depuis le début de l’année.

En 2016, le groupe, qui construit, aménage et exploite des plateformes aéroportuaires, a accueilli plus de 97 millions de passagers sur Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly et plus de 42 millions au travers d’aéroports qu’il gère à l’étranger.

Il a réalisé un chiffre d’affaires de 2,947 milliards d’euros avec un résultat net de 435 millions d’euros.

Aéroport d’Orly. Survol par des avions en infraction au couvre-feu nocturne

Dimanche 30 juillet 2017, dans les communes de la Vallée de l’Orge, voisines de l’aéroport de Paris-Orly, il va bientôt être minuit. Vous pensez que des dizaines de milliers d’habitants soit dorment, soit vont bientôt dormir ? Et bien non.

Minuit moins vingt. un premier avion décolle de la piste n° 2 et les survole. Minuit moins dix passé, un deuxième avion décolle à son tour et les survole. Tous deux sont en infraction avec les règles d’utilisation établies par l’État : un couvre-feu entre 23 heures 30 et 6 heures.

  • Vol de nuit est un roman d’Antoine de SAINT-EXUPÉRY paru en 1931 qui a obtenu le Prix Fémina. André GIDE en a rédigé la préface.
  • Vols de nuits n’est pas de la littérature, mais une machine à réveiller les riverains des aéroports et à les empêcher de dormir. Il s’agit bien d’un vol : vol de sommeil, vol de repos, vol de tranquillité.

Ces deux survols, qui proviennent de décollages de la même piste 2 d’Orly, concernent les communes d’Athis-Mons, Paray-VieIlle-Poste, Juvisy-sur-Orge, Savigny-sur-Orge, Morsang-sur-Orge, Villemoisson-sur-Orge…

Nous avons interrogé ADP qui nous a founis les indications ITRAP ci-dessous (NB. L’altitude concerne la commune de Savigny-sur-Orge. Elle est plus faible pour Athis-Mons et Juvisy-sur-Orge, et plus élevée pour les autres communes).

Premier survol : vingt minutes avant minuit (environ)

Aéroport d’Orly est en infraction à la réglementation du couvre-feu qui interdit les survols aériens. Dimanche 30 juillet 2017, 23 heures 42.

  • Date et heure : 30/07/2017
  • Heure : 23 :42 :00
  • Vol n° : 13354764
  • Type d’avion : B734
  • Plateforme : Orly
  • Mouvement : Décollage
  • Altitude : 624
  • Vitesse : 323

Second survol, cinq minutes avant minuit (environ)

Aéroport d’Orly est en infraction à la réglementation du couvre-feu qui interdit les survols aériens. Dimanche 30 juillet 2017, 23 heures 55.

  • Date et heure : 30/07/2017
  • Heure : 23 :55 :00
  • Vol n° : 13354774
  • Type d’avion : A320
  • Plateforme : Orly
  • Mouvement : Décollage
  • Altitude : 112
  • Vitesse : 255

Pour quelles raisons de telles nuisances sont-elles commises à deux reprises ? Nous avons interrogé la DGAC pour les connaître. Nous attendons sa réponse.

© Bernard MÉRIGOT, 31 juillet 2017, 23 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017.
http://portes-essonne-environnement.fr

Aéroport d’Orly. Travaux 2017 : et revoilà les nuisances pour 5 semaines…

A partir de ce mardi 25 juillet 2017, jusqu’au jeudi 31 août, Paris-Aéroport achève les travaux de rénovation et de remise aux normes de la piste n° 4 d’Orly. Ils occasionnent des modifications d’exploitation de la plateforme et, nécessairement, des nuisances sonores et de la pollution pour les riverains qui ne sont pas gênés par le trafic aérien en temps normal. (1)

Groupe ADP, Aéroport de Paris-Orly, « Information sur les travaux de la piste 4 du 25 au 31 août 2007 », mai 2007, p. 2/2.


La piste n° 2 sera très empruntée…

La piste n° 2 orientée nord-sud, dite « de secours », sera utilisée en principe de façon non continue : « en fonction du trafic et afin de fluidifier et de sécuriser celui-ci, les avions pourront être (…) amenés à décoller de la piste n° 2 vers le Sud (…) ou à atterrir ». Mais, on a pu constater l’année dernière que cette annonce avait été faite avec une grande légèreté puisque une utilisation journalière quasi maximale fut pratiquée régulièrement durant la première phase de travaux sur la piste n° 4.


Des outils mis à la disposition des riverains

Il semblerait que cette piste n° 2 ait été utilisée le 20 juillet 2017, en début d’après-midi. PEE a adressé un courriel à la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) pour en savoir plus. Au jour de la parution de cet article, aucune réponse n’est parvenue.

Par contre, la Maison de l’environnement de Paris-Orly a fait savoir que le Groupe ADP a mis en place un outil de renseignements pouvant permettre d’obtenir des éléments factuels de réponse (comme le type d’aéronef, l’altitude…) par messagerie électronique : il s’agit de l’ITRAP (Investigation et Traitement Automatique des Plaintes), accessible depuis le site Internet www.entrevoisins.org. La réponse est obtenue via les données du logiciel de visualisation des trajectoires des avions VITRAIL. Nul doute que l’ITRAP sera très utilisé au cours des prochaines semaines. (2)

ITRAP, http://www.entrevoisins.org/formulaire-info-survol.aspx. Capture d’écran, 24 juillet 2017.

Par ailleurs, la Maison de l’environnement précise que le site Internet de la DGAC offre la possibilité d’obtenir des informations détaillées en matière de circulation aérienne : http://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/politiques/riverains-des-aeroports.

L’outil ENTRACT permet, lui, d’obtenir des informations sur les conditions de survol d’une commune : http://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/entract-outil-visualisation-des-trajectoires-aeriennes.

Entract, http://entract.dsna.aviation-civile.gouv.fr/ParisRP.html?_PARAM_=ORY. Capture d’écran, 24 juillet 2017.

Grand bémol aux renseignements transmis par la Maison de l’environnement, Entract est un bel outil mais il ne donne que des informations caractéristiques d’une journée à fort trafic, pas des informations en temps réel – même décalé – durant les travaux par exemple. Avec la DGAC, on évolue dans une sphère virtuelle et non réelle. Ce n’est pas ce qui intéresse les populations survolées subissant des nuisances à répétition durant les travaux de rénovation. Pour suivre les avions et leurs trajectoires, mieux vaut préférer le site Internet suivant : https://www.flightradar24.com/. Il suffira de zoomer sur la zone souhaitée.

Capture d’écran du site Internet www.flightradar24.com, avion sur la piste n° 3, 25 juillet 2017.

Capture d’écran du site Internet www.flightradar24.com, avion en phase de décollage depuis la piste n° 2, 25 juillet 2017.


Le respect du couvre-feu : une réalité illusoire

Quant au couvre-feu entre 23 h 30 et 6 h, il devrait être respecté durant les travaux 2017… Là aussi, il est à craindre que cela ne soit qu’une bonne intention sachant qu’il a été enfreint à 3 reprises les 14 et 17 juillet dernier. La DGAC a, en effet, autorisé trois décollages après 23 h 30 en raison de problème de rotation (lié aux retards occasionnés par les contrôles de sécurité) et d’intempéries (orage).

Par ailleurs, les Franciliens du Sud de la Métropole du Grand Paris, notamment de la vallée de l’Orge, savent bien que, depuis plusieurs années, les survols nocturnes d’aéronefs venant ou allant à Roissy sont de plus en plus nombreux et bruyants ce qui oblitère la notion de couvre-feu à Orly… Là, où jadis, il n’y avait pas de nuisances sonores aériennes nocturnes, elles sont désormais bien présentes dans le ciel valdorgien pour ne citer qu’un exemple de territoire.


Rappel des contacts pour ces 5 semaines de travaux

Pour la circulation aérienne : DGAC : environnement-dsna@aviation-civile.gouv.fr

Pour les travaux : Maison de l’environnement de Paris-Orly : environnement.orly@adp.fr et 08 05 712 712.

La mairie de Viry-Châtillon a mis à la disposition de ses administrés une adresse mail pour les inviter à renseigner les élus sur les infractions relatives au couvre-feu : survolavion@viry-chatillon.fr.

Bon courage à tous les Franciliens touchés par les nuisances de ces prochaines semaines…

Aéroport d’Orly, vue de la plateforme prise depuis l’hélicoptère affrété par France Télévision à l’occasion du Tour de France 2017. Capture d’écran de l’émission consacrée au Tour de France par France 2, le 23 juillet 2017.

RÉFÉRENCES
1. Voir les articles publiés sur le présent site Internet, catégorie « Aéroport d’Orly », sous-catégorie « Travaux à l’aéroport d’Orly ».
2. Courriel de la Maison de l’environnement et du développement durable de l’aéroport Paris-Orly reçu par la rédaction de PEE le 24 juillet 2017 à 10 h 37.

© Marie LAPEIGNE, 24 juillet 2017, 19 heures. Mise à jour le 25 juillet 2017, 9 heures.

ISSN 2495-1161. Dépôt légal du numérique, BNF 2017.